Révolution au Canada? Kevin Mitchell, président de la Business Travel Coalition, commente le développement de la distribution du voyage au Canada



    RADNOR, PA, le 30 août /CNW/ - Le communiqué suivant est émis par Kevin
Mitchell de la Business Travel Coalition:
    Le 15 août dernier, Air Canada (AC) et Galileo (GAL) ont publié un
communiqué de presse au sujet d'un nouvel outil d'affichage graphique
permettant aux agences de voyages d'accéder à l'inventaire d'AC, déclarant
qu'il s'agissait d'une "solution révolutionnaire". (Voir le lien à l'annonce à
la fin du texte.) Pendant près d'un an et demi, soit depuis que les tarifs
Tango ont été retirés des SMD, l'industrie attend impatiemment qu'AC
réattribue ces tarifs au canal de distribution ayant été proclamé à maintes
reprises le préféré de l'industrie. Dans l'intervalle, AC a ajouté davantage
de contenu disponible exclusivement sur son site Internet, avec ses Passes de
vols et ses tarifs Latitude qui en sont prétendument "dérivés", ce qui
entraîne d'autres répercussions sur la capacité des agences de voyages et des
acheteurs de voyages d'affaires à localiser efficacement la gamme de produits
complète d'AC.
    Malheureusement, la communication récente d'AC/GAL a soulevé plus de
questions qu'elle n'en a répondu, et a laissé les gestionnaires de voyages
d'affaires perplexes à savoir si l'annonce mystérieuse d'AC/GAL mine les
efforts d'obtenir de nouveau un approvisionnement efficace de la gamme de
produits complète d'AC plutôt que d'en faire la promotion. La BTC a publié une
analyse préliminaire le 16 août (voir le lien à la fin du texte) et a cherché
à obtenir plus de renseignements de la part de GAL, d'AC, des agences de
voyages et des gestionnaires de voyages d'affaires au sujet de ce
développement. La BTC a par la suite fourni à GAL une série de questions
posées par les participants de l'industrie au sujet du contenu, de la
fonctionnalité et de l'aspect économique. La réponse de GAL et d'AC n'était
pas très encourageante.
    Alors qu'AC ne voulait pas répondre aux demandes de renseignements
additionnels de la BTC, GAL, à son honneur, a fourni des réponses à certaines
des questions de l'industrie réunies et transmises par la BTC. (Voir le lien à
la fin du texte.) Malheureusement, les réponses de GAL clarifient un faible
nombre de préoccupations clés ayant été exprimées au sujet du fonctionnement
de ce nouveau programme, notamment les questions de la fonctionnalité et du
coût, ainsi que des répercussions éventuelles sur les rendements restants
existant pour la majorité des produits d'AC dont l'achat est toujours
simplifié par les SMD.
    L'analyse qui suit a pour but de permettre aux agences de voyages et aux
gestionnaires de voyages d'affaires de comprendre les enjeux cernés et de
soulever les questions de seuil se rapportant à AC et à GAL. D'ailleurs, à
partir de ce que peut déterminer la BTC à ce moment, l'industrie fait
potentiellement face à de vastes implications découlant de cette entente entre
AC et GAL.

    Contexte

    A la suite de la forte réaction négative de l'industrie au retrait des
tarifs Tango des SMD en 2006 par AC, Air Canada a promis aux agences de
voyages et aux gestionnaires de voyages d'affaires qu'elle allait consacrer
ses efforts à créer en collaboration avec les SMD une solution technologique
visant à satisfaire les exigences de dégroupage et de marchandisage des
nouvelles stratégies d'AC en matière de produit et de distribution.
    Selon de l'information et des déclarations publiques fournies à BTC au
sujet de la fonctionnalité proposée de cette nouvelle solution bureautique
AC/GAL, celle-ci semble offrir au mieux une option inadéquate au client, et
peut représenter une menace aux rendements restants, ce qui pourrait rendre la
localisation des produits AC encore plus onéreuse. Au lieu de la distribution
efficace par le biais du canal préféré des consommateurs, tout porte à croire
qu'au minimum, le contenu qu'AC a choisi de retirer des SMD sera simplement
regroupé à partir du site Internet d'AC.
    Le manque de clarté fait brandir le spectre qu'une partie plus importante
de l'inventaire d'AC, si ce n'est pas l'ensemble de celui-ci, pourrait être
retirée des SMD et que l'accès ne pourrait être accessible qu'à partir du site
Internet du transporteur aérien, réduisant ainsi l'utilité de la nouvelle
solution bureautique de GAL en un simple outil d'agrégation. Si cette
situation se concrétise, il s'agirait d'une solution sous-optimale pour les
programmes de voyages d'affaires et elle pourrait avoir d'énormes conséquences
négatives sur l'économie et le service à la clientèle; les relations
économiques existantes pourraient en être ébranlées.
    De plus, il y a l'enjeu du service lorsque les réservations en ligne sont
hébergées par le système du site Internet du transporteur aérien. Par exemple,
les changements d'itinéraire, les annulations et les surclassements seront
traités au moyen d'appels téléphoniques faits des agences de voyages ou des
services de voyages d'affaires à Air Canada. Plus important encore, il n'y
aura aucune fonctionnalité entre compagnies. Ces services figurent parmi les
meilleures pratiques dans la distribution moderne de voyages. Sans eux, les
gestionnaires de voyages d'affaires seront pris avec des solutions de rechange
coûteuses. Toutes les pratiques non efficientes en matière de service et tous
les coûts à la hausse d'un modèle de la sorte proposé comme solution à long
terme toucheront directement les agences de voyages et ensuite les compagnies,
qui en bout de ligne devront payer davantage pour un service moindre.
    Les réponses de GAL étaient incomplètes ou inexistantes au sujet de
l'endroit où les réservations allaient se trouver, c'est-à-dire dans le
système de GAL ou dans celui d'AC. Il semble aussi que GAL a sous-entendu
qu'elle n'allait pas donner de primes aux agences de voyages pour ces
réservations. En outre, elle a complètement évité de répondre à ces questions
importantes: Qu'est-il arrivé au processus économique et de distribution de
bout en bout? Ce nouveau modèle change-t-il les relations économiques
importantes entre les participants de l'industrie? Qui paiera ce nouveau
modèle de distribution? Le silence sur ces questions essentielles n'est pas un
bon signe pour notre industrie.
    Il se peut que la proposition de cette nouvelle solution soit une
tentative d'instaurer de façon permanente un modèle économique et
d'approvisionnement considérablement différent qui sert les intérêt d'AC.
Cependant, si ce nouveau modèle devient la norme, cela pourrait être de très
mauvais augure pour les agences de voyages et les sociétés qui devront payer
la note et faire face aux défis liés au service à la clientèle. Les coûts
supplémentaires et les frais de service seront probablement facturés à l'accès
aux services de distribution inefficaces exploités à partir du site Internet
d'AC. On ne sait pas vraiment ce en quoi peuvent consister ces coûts et ces
frais, puisque ni AC ni GAL n'abordent le sujet. Il est temps pour les
participants de l'industrie, que ce soit au Canada ou ailleurs dans le monde,
de poser des questions difficiles et de les répéter sans cesse jusqu'au moment
où des réponses satisfaisantes auront été obtenues. L'intégrité et
l'efficacité des programmes modernes de gestion de voyages sont en jeu.

    Analyse: Que pourrait-il se passer réellement?

    La BTC se préoccupe du fait qu'AC, qui domine le marché canadien de
l'aviation, a approché GAL et lui a offert un choix faustien. Dans le pire des
cas, AC a peut-être indiqué à GAL que les SMD ne font pas partie de sa
stratégie d'avenir; qu'un "modèle d'agrégation" existe là où paie l'agence.
Les inefficacité découlant d'un modèle de la sorte seraient endossées par les
agences de voyages et leurs clients, et non par AC. Si GAL pourrait se
réinventer en tant que super agrégateur au Canada et être à la tête de cette
révolution, AC ferait tout en son pouvoir pour y axer ses activités. Peut-être
GAL a-t-elle trouvé cette offre alléchante, même au détriment de services de
distribution efficaces et centrés sur la clientèle.
    BTC espère que son analyse est erronée en raison des répercussions
négatives que cette situation entraînera sur la clientèle. Il est bien connu
que les transporteurs aériens veulent transférer 100 % de leur coûts de
distribution aux clients (y compris les frais payés par les commerçants) en
dépit du fait que le client paie déjà le service de distribution dans le prix
des billets. Les acheteurs de voyages d'affaires ont rejeté avec succès ce
modèle aux Etats-Unis et en Europe. Cependant, si ce modèle y avait été
fructueux, les agences de voyages et les sociétés auraient au moins pu garder
le canal de SMD efficace. C'est une chose de transférer les coûts de
distribution, mais cela devient beaucoup plus sérieux lorsque le transporteur
aérien cherche aussi à forcer les inefficacités et la dégradation du service
en plus du coût transféré. La stratégie d'AC semble être basée sur le contrôle
du passager et le transfert des coûts de distribution, ainsi que sur le
processus accablant l'industrie du voyage de nouveaux niveaux de complexité et
d'inefficacité.
    Si ce modèle AC/GAL correspond à ce qu'il a l'air, et si le marché
accepte d'en faire la norme, l'objectif de retrouver accès à l'ensemble du
contenu des tarifs aériens au Canada par le canal du choix des agences de
voyages et des sociétés aura alors été futile. Cela ne servirait qu'à
souligner la cause première des problèmes dans le marché canadien pour les
services de transport aérien commercial: le manque de niveaux adéquats de
concurrence entre les transporteurs aériens. AC a démontré qu'elle croit se
trouver dans une position tellement dominante sur le marché qu'elle peut
obliger les agences de voyages et les clients d'affaires à négocier seulement
selon les modalités d'AC. D'ailleurs, AC pourrait tenter d'imposer le flux des
travaux des agences de voyages, de réduire leur efficacité, et d'accabler les
meilleurs clients du transporteur aérien de nouveaux frais pour un service
moindre.
    En voyant le communiqué de presse sur le lancement de cette nouvelle
solution, on aurait pu penser qu'il s'agissait d'une occasion de célébrer.
Cependant, si cela implique la perte du rendement restant qu'avaient les
agences de voyages et les acheteurs de voyages d'affaires avec AC, et si cela
envoie le message à tous les autres transporteurs que le marché est prêt à
accepter un modèle d'agrégation inefficace où ce sont les agences de voyages
et les sociétés qui paieront la note pour la distribution des transporteurs
aériens, qu'il y a-t-il à célébrer?

    Préoccupations stratégiques

    Les analystes et journalistes de l'industrie découvriront sans aucun
doute si cette entente permet à AC de contrôler et de manipuler efficacement
le système de GAL au détriment des transporteurs aériens concurrents au
Canada, et au plus grand désavantage des consommateurs et des sociétés, via
des tarifs aériens et des suppléments plus élevés. GAL n'a jamais indiqué à la
BTC où se trouveraient les réservations, soit dans le système de GAL ou dans
celui d'AC. En raison de leur silence sur la question, il est naturel de
présumer que les réservations se trouveront sur le site Internet d'AC. A
l'heure actuelle, les plans énoncés consistent à offrir aux consommateurs la
capacité de comparer les produits d'AC à ceux de ses concurrents.
    Cependant, après une certaine période de temps à attirer les clients sur
son site Internet, qu'est-ce qui inciterait AC à mettre un terme à la
fonctionnalité de magasinage par comparaison, faisant ainsi du tort à WestJet,
à Porter et aux autres transporteurs aériens? Les SMD seraient alors
irrémédiablement affaiblis dans le marché canadien, et GAL deviendrait
éviscéré en un simple intermédiaire pour l'application de la stratégie de
domination d'AC. Les agences de voyages et les gestionnaires de voyages
d'affaires ne disposeraient d'aucun recours ou alternatives efficaces.
L'industrie a déjà vu ce film d'épouvante à de nombreuses reprises et sait
pertinemment bien que la fin n'est pas la même qu'à Hollywood.
    Il est bien connu que les transporteurs aériens des Etats-Unis et de
partout ailleurs dans le monde observent attentivement comment le marché
nord-américain réagit aux programmes et politiques de distribution d'AC. La
majorité des gestionnaires de voyages d'affaires n'ont pas de problèmes de
bris de transaction avec un transporteur aérien séparant les caractéristiques
et les attributs de ses produits, en soi. Toutefois, AC s'est engagée à
travailler sérieusement avec les SMD afin d'établir collectivement des normes
et de concevoir des solutions qui allaient régler les défis de distribution
d'AC tout en protégeant les intérêts des agences de voyages et des acheteurs
de voyages d'affaires des services d'AC.
    AC n'a pas respecté entièrement ces promesses, et pire encore, elle
semble résolue à retourner l'industrie dans la période sombre de la gestion du
voyage. L'industrie ne devrait pas s'y soumettre sans se battre, et encore,
les acheteurs de voyages ont prouvé par le passé que lorsqu'ils exigent
quelque chose de mieux, ils l'obtiennent des transporteurs aériens, des SMD
ainsi que de tous les fournisseurs. Ce n'est actuellement pas le temps de
capituler face à des solutions improvisées et inexpliquées qui menacent les
intérêts de tous les participants dans la chaîne de distribution.
    Les agences de voyages et les gestionnaires de voyages d'affaires doivent
protéger leurs intérêts et s'attaquer sérieusement à cette politique
industrielle d'importance stratégique. Veuillez poser les questions difficiles
de tous les SMD et d'AC et songer à vous joindre à une webdiffusion de la BTC
sur le marché canadien. La BTC tiendra cette webdiffusion le 11 septembre à
midi (HAE) afin de tenir l'industrie à jour sur les problèmes auxquels font
face les sociétés de gestion de voyages et les gestionnaires de voyages
d'affaires au Canada en ce qui a trait à la fragmentation des tarifs aériens
et aux solutions de rechange coûteuses qui y sont associées. Le pionnier des
tarifs peu élevés WestJet fera aussi une courte présentation ainsi qu'une
offre d'une durée limitée aux gestionnaires de voyages d'affaires. Pour vous
inscrire à cette webdiffusion gratuite, veuillez visiter le
http://www.AdvancedSurvey.com/default.asp?SurveyID=54361.

    
    LIENS:
    Communiqué de presse d'AC/GAL:
    http://businssstravelcoalition.com/advocacy/campaigns/97.html
    Analyse préliminaire de la BTC:
    http://businesstravelcoalition.com/advocacy/statements/101.html
    Réponses de GAL aux questions de la BTC:
    http://businesstravelcoalition.com/advocacy/statements/100.html
    REMARQUE:
    

    Le présent article est disponible gratuitement et peut être fourni comme
lien, rediffusé ou reproduit dans n'importe quel format, par exemple de façon
électronique ou imprimée. Aucune autorisation préalable n'est requise; il est
seulement nécessaire d'indiquer la source. Pour utiliser le présent article,
veuillez inclure la mention suivante: "Reproduit avec la permission de
Business Travel Executive/askBTE.com et de Business Travel Coalition."





Renseignements :

Renseignements: Kevin Mitchell de Business Travel Coalition,
+1-610-341-1850, btcmitchell@gmail.com; Site Internet:
http://www.AdvancedSurvey.com/default.asp?SurveyID=54361 http://www.btcweb.biz
 http://www.businesstravelcoalition.com

Profil de l'entreprise

BUSINESS TRAVEL COALITION

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.