Réglementation et judiciarisation des personnes itinérantes - Plus que jamais, la Commission des droits de la personne doit agir !



    MONTREAL, le 24 août /CNW Telbec/ - Les groupes en itinérance de Montréal
dénoncent la mise en place récente de mesures favorisant la répression (dont
la remise de contraventions) ainsi que l'inaction de la Commission des droits
de la personne en vue de trouver davantage de solutions globales à la
judiciarisation des moins nantiEs. Le Réseau d'aide aux personnes seules et
itinérantes de Montréal (RAPSIM) tient d'ailleurs aujourd'hui une activité de
sensibilisation au Forum social québécois.
    Il est surtout question ici de deux règlements mis en place ou appliqués
récemment, et ce, malgré que la Ville de Montréal ait reconnu les nombreuses
conséquences de leur application sur les personnes itinérantes : sur la
fermeture de 15 parcs du centre-ville (septembre 2006) et sur l'interdiction
de chiens dans les Carrés Berri et Viger (juin 2007). Au discours rétrograde
et préjudiciable qui accompagne ces réglementations s'ajoute une étincelle de
plus dans la déjà difficile cohabitation au centre-ville entre la population
itinérante et les autres. "L'interdiction de chiens dans deux espaces
fréquentés par leurs maîtres, surtout des jeunes de la rue, a favorisé
l'éparpillement de nombre d'entre eux, indique Pierre Gaudreau, coordonnateur
du RAPSIM. En plus de freiner les efforts d'organismes qui peuvent leur venir
en aide, cette mesure ostracise, une fois encore, la population itinérante
simplement parce qu'elle est présente dans l'espace public."
    La mise en place de cette mesure, de même que la situation révélée dans
une étude récente qui indique que le nombre de contraventions émises dans le
métro a augmenté de 225% depuis deux ans, devraient plus que jamais être
dénoncés par la Commission des droits de la personne et des droits de la
jeunesse (CDPDJQ). Dans le même sens, l'institution devrait se pencher au plus
vite sur l'analyse de la réglementation, son application discriminatoire dans
l'émission des contraventions aux moins nantiEs de même que sur les effets
combien pernicieux de la politique de lutte aux incivilités. Réuni depuis plus
de deux ans, un groupe de travail tripartite composé de la ville de Montréal,
du RAPSIM et de la Commission a développé 5 pistes de travail dont l'une
d'entre, la première, est la réglementation, son analyse et son application.
"Pour nous, c'est nettement la plus importante des avenues proposées, qui
interpelle directement le mandat premier de la Commission, et c'est pourtant
la seule sur laquelle rien n'a été fait", ajoute le coordonnateur.
    L'activité de sensibilisation constitue l'une des quelques initiatives du
RAPSIM, d'autres groupes communautaires et de citoyenNEs visant l'expression
des droits des personnes itinérantes (conférences, projection, pétition, etc.)
dans le cadre de la 1ère édition du Forum social québécois. On y distribue des
contraventions symboliques à la population du centre-ville en vue de la
sensibiliser aux effets néfastes de la judiciarisation et à la discrimination
dans l'émission de ces tickets.
    Vous êtes invités à assister au point de presse et au lancement de cette
activité :

    
           Lieu   Parc Emilie-Gamelin (coin Berri/Ste-Catherine)
           Heure  11h00
           Date   Vendredi le 24 août 2007
    




Renseignements :

Renseignements: Pierre Gaudreau, coordonnateur, RAPSIM, (514) 879-1949,
cell. (514) 603-1949; Bernard St-Jacques, organisateur communautaire, RAPSIM,
cell. (514) 603-0265; www.rapsim.org


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.