Rapport Payette - Une occasion à saisir

MONTRÉAL, le 26 janv. /CNW Telbec/ - La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) réserve un accueil favorable au rapport final du Groupe de travail sur le journalisme et l'avenir de l'information, bien qu'elle ne puisse être en accord avec la totalité des 51 recommandations.

Ce rapport constitue le début d'une réflexion féconde sur le journalisme, mais pas son aboutissement. Plusieurs points devront être clarifiés ou modifiés en fonction des attentes et traditions du milieu journalistique québécois.

La FPJQ a reçu de ses membres, lors de la dernière assemblée générale annuelle, le double mandat (voté à l'unanimité) d'élaborer une proposition de reconnaissance du titre de «journaliste professionnel» et de consulter les membres avant de poser des gestes pour sa mise en application. Le rapport de Mme Dominique Payette, bien qu'il ne réponde pas à toutes les attentes de la FPJQ, offre une bonne base pour alimenter les discussions.

En effet, le rapport se fonde sur des principes généralement reconnus et défendus par la FPJQ. Parmi les points positifs, nous retenons les suivants:

- Le rapport précise que l'État ne peut s'ingérer dans les conditions d'accès et d'exercice du journalisme. Il stipule que la FPJQ est l'organisation professionnelle la mieux positionnée pour gérer l'attribution d'un éventuel titre de journaliste professionnel.

- Le rapport propose d'entrée de jeu une loi créant le statut de journaliste professionnel, ce qui va dans le sens des sondages menés par la FPJQ,  l'automne dernier, et de la résolution votée à l'assemblée générale du 28 novembre dernier. C'est aux journalistes eux-mêmes de choisir la forme d'encadrement professionnel qu'ils souhaitent. La FPJQ consultera prochainement ses membres à ce propos comme elle s'y est engagée.

- Il n'est pas du tout question de créer un ordre professionnel, mais plutôt d'accorder un statut particulier aux journalistes professionnels. Le journalisme reste ouvert à tous, dans le respect des libertés de presse et d'expression.

- Le rapport reconnaît qu'il est de la responsabilité de l'État d'encourager la production d'une information dite d'intérêt public, par l'entremise d'aides indirectes, sans pour autant s'arroger un droit de regard ou d'ingérence sur les affaires de la presse. Le rapport sensibilise le gouvernement à l'ampleur des défis auxquels il doit répondre en matière d'information et il le convie à sortir d'une longue période de laisser faire.

- Une aide financière est prévue pour les médias en région et les médias indépendants; cette aide est bien ciblée pour encourager la production d'une information d'intérêt public via des crédits d'impôts remboursables à l'embauche de journalistes professionnels.

- Il est implicite, dans ce rapport, qu'il existe un lien indissoluble entre le journalisme et la déontologie, un lien que défend la FPJQ, comme en témoigne son soutien indéfectible à la mission du Conseil de presse du Québec (CPQ), sa réflexion de longue haleine sur les principes déontologiques qui doivent guider l'exercice du journalisme et l'obligation pour les membres de la Fédération de souscrire à son Guide de déontologie.

- Le Groupe de Mme Payette a repris pour siennes des recommandations tirés du Livre noir sur l'information municipale de la FPJQ, afin de faciliter l'accès à l'information et la transparence dans les administrations municipales.

- L'importance de la protection des sources confidentielles des journalistes, par l'entremise d'une loi claire, trouve sa pleine confirmation; c'est une autre demande de longue date de la FPJQ.

Au cours des prochaines semaines, la FPJQ fera une lecture attentive de toutes les recommandations. La Fédération n'est pas encore prête à se prononcer sur la proposition centrale du rapport, la création d'un titre de journaliste professionnel. Il reviendra à nos membres de déterminer le degré de reconnaissance et d'encadrement qui est souhaitable pour les journalistes.

La FPJQ a cependant des réserves, parfois sérieuses, sur certaines autres recommandations qu'on peut considérer plus accessoires. La Fédération en fera part au cours des prochaines semaines. Pour l'heure, il est important que le débat reste centré sur la proposition principale de création d'un titre de journaliste professionnel associé à un code de déontologie obligatoire et à une aide de l'État aux médias qui embauchent des journalistes professionnels.

La Fédération croit que si diverses modalités proposées dans le rapport peuvent se discuter, les objectifs restent ceux qu'il faut poursuivre pour aider durablement et en toute liberté l'information du public selon les meilleurs standards du journalisme.

SOURCE FEDERATION PROFESSIONNELLE DES JOURNALISTES DU QUEBEC

Renseignements :

Source :
Brian Myles, président, cell 514 262-2860
FPJQ : 514 522-6142


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.