Rapport du coroner sur le décès d'un bébé naissant - L'Ordre des sages-femmes du Québec réaffirme la solidité de la formation de ses membres et la sécurité encadrant ses pratiques



    MONTREAL, le 30 août /CNW Telbec/ - Madame Dominique Porret, présidente
de l'Ordre des sages-femmes du Québec, a commenté en point de presse
aujourd'hui, le rapport du coroner, Dr Paul G. Dionne, déposé à la suite de
l'investigation tenue pour éclaircir les causes médicales et les circonstances
entourant le décès d'un bébé naissant, Siloan Lorrain, survenu le 21 novembre
2006.
    Mme Porret a d'abord précisé qu'au moins 12 des 16 recommandations émises
par le coroner étaient déjà au coeur de la pratique des sages-femmes.
    La profession est encadrée très strictement par la Loi et des règlements.
Par exemple, le règlement sur les cas de consultation et de transfert
obligatoire à un médecin a été élaboré selon les plus hauts standards de
pratique, en étroite collaboration avec le Conseil consultatif. Soulignons que
ce conseil est composé de deux gynécologues obstétriciens, d'une infirmière,
d'un pharmacien et de deux sages femmes.
    "Bien évidemment, a-t-elle indiqué, la formation la plus solide et
l'encadrement de la pratique le plus rigoureux n'excluent pas que, durant les
accouchements, peu importe le lieu ou le professionnel en fonction, certains
éléments soient hors de notre contrôle. Toutes les mesures sont prises pour
assurer la sécurité et le bien-être des mamans et des bébés. Les décisions
tiennent compte du lieu où se déroulent le travail et l'accouchement."
    Mme Porret a également précisé que l'Ordre des sages-femmes du Québec
dispose des moyens nécessaires et prévus par la Loi pour assurer son mandat de
protection du public, dont le Comité d'inspection professionnelle qui veille à
l'évaluation et au contrôle de la qualité des actes. L'Ordre a également mis
en place un Comité d'étude et d'enquête sur la morbidité et la mortalité
périnatales qui continue d'analyser les dossiers lorsqu'une telle situation se
présente.
    "Il est extrêmement important de préciser que nous avons déjà, pour nos
membres, les exigences suggérées par le coroner, en ce qui concerne
l'obligation d'une formation en réanimation néonatale avancée au deux ans, a
déclaré la présidente. Plusieurs sages femmes sont des instructeurs reconnues
par la Société canadienne de pédiatrie. Il en va de même pour la formation en
urgences obstétricales qui est exigée aux trois ans."
    En conclusion, Mme Dominique Porret a affirmé que le recours aux services
d'une sage-femme restait un choix absolument sécuritaire que les futures
mamans peuvent faire avec la plus grande confiance. "Nos membres aident
quotidiennement des mamans à mettre au monde des bébés en bonne santé. Elles
sont outillées de façon plus qu'adéquate, à la fois par leur formation et par
l'encadrement de la pratique, pour prendre des décisions lorsque surviennent
des imprévus ou des urgences", a-t-elle conclu.
    Mme Porret n'a toutefois pas commenté le dossier de Siloan Lorrain afin
que soit préservée l'indépendance de la Syndic, tel que le stipule le Code des
professions.




Renseignements :

Renseignements: Monique Guay, (514) 732-4114, (514) 951-8202

Profil de l'entreprise

ORDRE DES SAGES FEMMES DU QUEBEC

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.