Quebecor/Sun Media reconnaît avoir utilisé quatre "scabs" dans le conflit au Journal de Québec



    QUEBEC, le 23 août /CNW Telbec/ - En toute fin d'après-midi, la
Commission des relations du travail du Québec (CRT) a émis une ordonnance qui
établit que Quebecor/Sun Media a recouru aux services de quatre "scabs" au
Journal de Québec, contrevenant ainsi aux dispositions du Code du travail.
L'ordonnance de la CRT établit que Dominique Turcotte, directrice adjointe de
la promotion, deux messagers, Patrick Daigle et David Gaudrault et Mathieu Roy
qui signait des chroniques dans la section sportive du quotidien ont travaillé
illégalement à la publication du Journal.
    Denis Bolduc, porte-parole des syndicats de l'imprimerie, des bureaux et
de la rédaction, a réagi en déclarant que "Quebecor a reconnu avoir triché en
ayant recours à ces personnes" pour poursuivre la publication de son journal
malgré l'absence de ses 252 employés. Du même souffle, il a de nouveau invité
la partie patronale à revenir à la table de négociation, "seul endroit où ce
conflit peut se régler".

    Rappel du lock-out au Journal de Québec

    Les employés de bureau et de la rédaction du Journal de Québec sont sous
le coup d'un lock-out décrété par l'employeur le 22 avril. En solidarité avec
leurs collègues jetés sur le trottoir, les employés de l'imprimerie ont voté
la grève à 97 %. Avant le déclenchement du lock-out, aucun des trois syndicats
n'avaient même demandé de mandat de grève à leurs membres.
    Depuis le 24 avril, les employés en conflit publient et distribuent cinq
jours semaine le MédiaMatinQuébec, un quotidien gratuit, pour rappeler leur
cause à la population de Québec. Aucun piquet de grève n'a été érigé par les
syndiqués. Depuis la fondation du Journal de Québec en 1967, aucun conflit de
travail n'avait eu lieu. Il y a un an et demi, tous les employés syndiqués du
Journal avaient accepté de reconduire la convention collective pour un an en
partenariat avec l'employeur qui faisait face à un concurrent, Le Soleil, qui
passait au format tabloid pour mieux le concurrencer.
    Les employés salariés du Journal de Québec sont tous membres du Syndicat
canadien de la fonction publique (SCFP-FTQ) En plus des employés du Journal,
le SCFP compte 7000 membres dans les communications au Québec et est présent
dans plusieurs autres secteurs, notamment la santé et les services sociaux,
les universités, l'éducation, les transports urbain et aérien, les sociétés
d'Etat et organismes publics québécois, l'hydroélectricité et les
municipalités. Avec près de 100 000 membres, le SCFP reste le plus important
affilié de la FTQ qui, elle-même, est la plus imposante centrale syndicale au
Québec avec 500 000 membres.

    
           Ce communiqué et d'autres infos sur le site scfp.qc.ca
    




Renseignements :

Renseignements: Denis Bolduc, porte-parole syndical, cell. (418)
564-8772; Robert Bellerose, Information SCFP, cell. (514) 247-9266; SOURCE:
SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE (FTQ)


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.