Positionnement international du Québec dans le domaine de la recherche en santé mentale - Deux équipes québécoises financées dans le cadre du réseau de recherche européen ERA-NET NEURON

MONTRÉAL, le 11 janv. 2011 /CNW Telbec/ - Le Fonds de la recherche en santé du Québec (FRSQ) est heureux d'annoncer que, pour la première fois, des équipes québécoises travaillant avec des partenaires européens seront financées dans le cadre d'un appel de propositions d'ERA-NET NEURON, un réseau de recherche européen sur les neurosciences et les maladies mentales.

Au total, 11 projets multinationaux ont été retenus pour financement par le réseau européen, dont deux comprennent des équipes québécoises. Pour être admissible à ce concours, un projet devait être présenté par un regroupement de chercheurs provenant d'au moins trois pays différents membres de NEURON. Il s'agit du premier concours d'ERA-NET NEURON auquel les chercheurs du Québec ont eu la possibilité de participer depuis que le FRSQ est devenu partenaire du réseau européen, en juin 2009. Aucun organisme subventionnaire québécois n'avait été jusque-là intégré à un réseau ERA-NET.

« Nous sommes très fiers du succès des équipes québécoises à ce concours et extrêmement heureux de pouvoir offrir à nos meilleurs chercheurs les moyens de travailler en collaboration avec un impressionnant réseau de chercheurs européens dans le domaine des maladies mentales. Cette initiative s'inscrit dans notre stratégie de positionnement international de la recherche québécoise en santé », se réjouit Yves Joanette, président-directeur général du FRSQ. 

Le processus de sélection s'est déroulé en deux étapes. Dans un premier temps, 103 équipes ont soumis une lettre d'intention au comité d'évaluation, dont 24 comportaient des collaborateurs du Québec. Le comité a invité ensuite 32 de ces équipes à soumettre une demande complète; cette fois, six d'entre elles comptaient des membres québécois. Dans un deuxième temps, le comité a choisi 11 projets pour financement, dont deux comportant des chercheurs québécois.

Les équipes du Québec bénéficieront d'un financement total de près de 150 000 $ par an pour trois ans provenant du FRSQ, auquel s'ajouteront des sommes équivalentes en provenance d'organismes tel le FRSQ dans les pays des autres membres des équipes. Les deux projets auxquels collaborent des équipes québécoises portent sur les mécanismes génétiques liés à l'autisme et à la schizophrénie ainsi que sur le stress périnatal et son impact épigénétique sur la dépression. Ces projets sont menés en partenariat avec des équipes de chercheurs provenant d'Allemagne, d'Espagne, de France et d'Italie.

De l'autisme à la schizophrénie

L'équipe québécoise qui participe au premier projet est dirigée par le Dr Guy Rouleau, chercheur et généticien au CHU Sainte-Justine. Elle collabore avec des équipes de la France, de l'Espagne et de l'Allemagne dans le but de mieux comprendre les mécanismes génétiques responsables des anomalies de l'anatomie du cerveau et de son fonctionnement observées chez les schizophrènes et les autistes.

La schizophrénie et l'autisme se caractérisent par des changements subtils dans l'anatomie du cerveau, plus particulièrement dans la matière blanche et dans le cortex. Ces deux maladies ont en commun des symptômes et certaines manifestations neurocognitives. Leurs causes sont complexes : elles sont liées à la génétique des individus ainsi qu'aux changements environnementaux qui surviennent au cours de leur développement.

Selon l'hypothèse des chercheurs, la schizophrénie et l'autisme auraient des fondements génétiques et moléculaires communs. Pour valider cette hypothèse, chaque équipe participant au projet s'attaquera à un aspect de la question, selon son champ d'expertise. Les équipes effectueront des analyses d'imagerie et de génétique, et elles vérifieront leurs résultats à l'aide de modèles de souris mutantes. La complémentarité du travail des différentes équipes du projet permettra de mettre de l'avant une approche intégrée de l'étude de la schizophrénie et de l'autisme.

Pour sa part, l'équipe du Dr Rouleau, experte en génétique des troubles neuropsychiatriques, se concentrera sur l'étude des variations génétiques au sein de familles dont seuls quelques individus sont atteints de schizophrénie et d'autisme (cas sporadiques). Ces travaux pourraient mener à la découverte de nouveaux gènes associés à ces maladies.

La mise en commun de l'ensemble des résultats obtenus par les différentes équipes du projet permettra de mieux connaître les fondements biologiques de la schizophrénie et de l'autisme dans le but d'améliorer le diagnostic et le traitement des personnes atteintes.

Le projet Poséidon : stress périnatal et dépression adulte

Le second projet, appelé Poséidon, a pour but d'étudier le stress pré-, péri et postnatal ainsi que son impact épigénétique sur la dépression. L'originalité et la force de ce projet reposent sur l'étude de ce phénomène chez un certain nombre d'espèces, ce qui est possible grâce à la collaboration internationale de plusieurs équipes. Ainsi, une équipe de l'Allemagne étudiera le phénomène chez l'humain, une équipe d'Italie, chez les rongeurs, et l'équipe du Québec chez les singes. Cette dernière est dirigée par Moshe Szyf, chercheur au Département de pharmacologie et thérapeutique de l'Université McGill.

On sait maintenant que les expériences de vie durant l'enfance peuvent modifier de façon durable l'expression des gènes impliqués dans la réponse au stress et que ceux-ci ont un rôle à jouer dans le développement de troubles psychiatriques. L'existence de ce phénomène, qualifié d'épigénétique, a d'ailleurs été récemment démontrée chez l'humain par l'équipe de Moshe Szyf et ses collaborateurs, Michael Meaney et Gustavo Turecki.

Les chercheurs suivront des cohortes d'animaux afin de découvrir si les modifications épigénétiques qui surviennent à la suite d'une exposition à un stress au tout début de leur vie persistent à l'âge adulte. Les résultats obtenus permettront de savoir s'il existe des similitudes entre les modifications épigénétiques décrites chez les animaux et celles chez les humains. Pour ce faire, les chercheurs étudieront ce phénomène chez une cohorte d'enfants.

Grâce à ce projet, les chercheurs espèrent découvrir des signatures épigénétiques qui pourraient servir à prédire l'apparition de troubles psychiatriques, à les diagnostiquer et, ultimement, à les prévenir et à les traiter.

À propos d'ERA-NET NEURON

ERA-NET est une initiative européenne visant à soutenir la coordination des programmes de recherche entre pays européens. Elle s'adresse notamment aux organismes chargés du financement de la recherche au niveau national ou régional et touche une série de thématiques choisies par les partenaires. Parmi ces dernières, on privilégie celles liées aux priorités du 7e Programme-cadre. Dans tous les ERA-NET, les organismes de financement partenaires soutiennent la recherche collaborative à partir de leurs propres budgets de recherche et en conformité avec leurs propres règles de financement. ERA-NET NEURON est le réseau chargé de soutenir la recherche dans le domaine des neurosciences et des maladies mentales.

www.neuron-eranet.eu

À propos du FRSQ

Relevant du ministre du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation, le Fonds de la recherche en santé du Québec (FRSQ) a pour mission de soutenir la recherche en santé en vue de favoriser le mieux-être de la population québécoise. Il a pour mandats la promotion et le soutien financier de cette recherche, la diffusion des connaissances et la formation des chercheurs, l'établissement de partenariats nécessaires au développement du système québécois de la recherche et de l'innovation, et enfin, le rayonnement de la recherche en santé sur le plan international.

www.frsq.gouv.qc.ca

SOURCE Fonds de la recherche en santé du Québec

Renseignements :

Michelle Dubuc
FRSQ
514-873-2114, poste 235
mdubuc@frsq.gouv.qc.ca

Profil de l'entreprise

Fonds de la recherche en santé du Québec

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.