Nomination de Diane Lemieux à la tête de la CCQ - Un choix audacieux qui ouvre la voie à une réforme en profondeur des relations du travail dans l'industrie de la construction, estime le Conseil du patronat

MONTRÉAL, le 25 janv. /CNW Telbec/ - Le Conseil du patronat du Québec accueille favorablement l'annonce faite plus tôt aujourd'hui par la ministre du Travail, Mme Lise Thériault, de la nomination de Mme Diane Lemieux à titre de présidente-directrice générale de la Commission de la construction du Québec (CCQ). Le Conseil invite du même souffle la ministre à s'inspirer de cette audace pour entreprendre une réforme plus large de la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d'œuvre dans l'industrie de la construction (loi R-20), qui régit l'ensemble des relations du travail dans l'industrie de la construction au Québec.

« En nommant madame Diane Lemieux à la tête de la CCQ, la ministre du Travail fait preuve d'une certaine audace qui témoigne de son désir de changer les choses dans le secteur de la construction. Il faut saluer cette volonté et inviter la ministre à aller encore plus loin en évitant d'assujettir les travaux reliés à la machinerie de production à la loi R-20 et en assouplissant cette loi afin d'en corriger les aberrations pour permettre au Québec de disposer d'un régime de relations du travail dans le secteur de la construction plus concurrentiel », selon le président du Conseil du patronat du Québec, M. Yves-Thomas Dorval.

Une étude indépendante réalisée par la firme KPMG pour le compte du Conseil du patronat du Québec, rendue publique la semaine dernière, révélait en effet qu'un assujettissement total des travaux touchant l'installation, l'entretien et la réparation de la machinerie de production dans les usines à la loi R-20 se traduirait en une augmentation des coûts reliés à la main-d'œuvre et à la productivité de 53 % à 87 % en moyenne. Cela représenterait une hausse de la facture globale annuelle des donneurs d'ouvrage industriels au Québec variant entre 68 millions et plus d'un quart de milliard de dollars (275 millions).

Le Conseil du patronat rappelle que le régime actuel de relations du travail dans l'industrie de la construction entraîne plusieurs coûts non productifs associés aux règles spécifiques du secteur de la construction que l'on ne retrouve qu'au Québec, tels la syndicalisation obligatoire, le placement syndical de la main-d'œuvre, le trop grand nombre de métiers cloisonnés ainsi que la présence d'un délégué syndical de chantier. Le Conseil déplore également que les donneurs d'ouvrage n'aient pas voix au chapitre lors des négociations pour le renouvellement des conventions collectives dans le secteur de la construction et ce, même si ce sont eux qui paient la facture au bout du compte.

L'étude de KPMG est disponible sur le site Web du Conseil du patronat du Québec (www.cpq.qc.ca).

Regroupant plusieurs des plus grandes entreprises du Québec, le Conseil du patronat du Québec réunit également la vaste majorité des associations patronales sectorielles, en faisant ainsi la seule confédération patronale du Québec.

SOURCE CONSEIL DU PATRONAT DU QUEBEC

Renseignements :

Patrick Lemieux
Conseiller - Communications
Cell. : 438 886 9804     

Profil de l'entreprise

CONSEIL DU PATRONAT DU QUEBEC

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.