Merck Frosst répond à Maclean's



    /NE PAS DIFFUSER SUR LES FILS DE PRESSE AMERICAINS NI DISTRIBUER AUX
    ETATS-UNIS/

    MONTREAL, le 20 août /CNW Telbec/ - A la suite de l'article publié en
première page du numéro du 27 août de Maclean's, une réponse fondée sur des
faits scientifiques a été affichée le vendredi 17 août sur le site de Merck
Frosst. Pour lire le texte complet de la réponse, veuillez consulter le site :
www.merckfrosst.ca.
    "Nous sommes très préoccupés du journalisme irresponsable dont a fait
preuve Maclean's. Mettre en jeu la santé de millions de femmes canadiennes en
suscitant des peurs injustifiées et en exagérant les préoccupations sur
l'innocuité d'un des vaccins les plus étudiés est, à mon avis, irresponsable",
a expliqué Dawn Graham, présidente de Merck Frosst Canada Ltée. "Il ne fait
aucun doute que le VPH touche de nombreuses vies canadiennes et que le profil
d'innocuité de Gardasil(R) est excellent."

    L'impact du VPH au Canada

    Trois Canadiennes sexuellement actives sur quatre (75 pour cent)
présenteront au moins une infection par le VPH au cours de leur vie(1). Les
infections par le VPH provoquent chaque année environ 400 000 résultats
anormaux aux tests Pap(2), 85 000 consultations en raison de verrues génitales
et 36 000 nouveaux cas de verrues génitales(3) ainsi que 1 400 diagnostics de
cancer du col de l'utérus et 400 décès en raison d'un tel cancer(4).
    Le VPH est aussi lié à d'autres cancers tant chez les hommes que chez les
femmes, comme le cancer du pénis, de l'anus, du vagin et de la vulve, ainsi
qu'à la perte de la capacité reproductrice chez les femmes et à l'insuffisance
ovarienne précoce(5). Selon la Société des obstétriciens et gynécologues du
Canada, l'incidence de cancer du col de l'utérus augmente au Canada(6).

    Programme de recherche clinique exhaustif

    Les résultats des études cliniques sur Gardasil(R) sont appuyés par l'un
des plus vastes programmes de recherche jamais menés sur un vaccin en termes
de nombre de sujets ayant participé aux études et de durée de l'évaluation. Le
vaccin a été étudié sur plus de cinq ans dans le cadre d'études cliniques
ayant porté sur près de 25 000 personnes dans 33 pays. A ce jour, 80 pays,
dont le Canada, ont approuvé Gardasil(R) sur la base des données
scientifiques.
    Les études cliniques ont démontré que le vaccin était 96 à 100 pour cent
efficace pour prévenir les infections provoquées par les types de VPH
responsables de la plupart des maladies cliniques : le VPH de types 6, 11, 16
et 18. Ces types de VPH représentent plus de 90 pour cent des verrues
génitales, environ 70 pour cent des cancers du col de l'utérus, des cancers
anogénitaux et des lésions précancéreuses de haut grade ainsi que 35 à 50 pour
cent des lésions cervicales, vaginales et vulvaires de bas grade. De plus, les
quatre types sont responsables de résultats anormaux aux tests Pap(7).
    Les essais cliniques n'ont montré aucune augmentation du nombre de
manifestations indésirables graves chez les sujets vaccinés comparativement au
placebo. Etant donné que plus de dix millions de doses de Gardasil(R) ont été
distribuées aux E.-U., plusieurs des manifestations indésirables signalées
dans ce pays se sont vraisemblablement produites par coincidence après la
vaccination. En particulier, le syndrome de Guillain-Barré (SGB) souvent cité
est une manifestation naturelle qui peut entraîner une paralysie et qui se
produit chez environ 3 personnes sur 100 000 chaque année aux E.-U(8). A ce
jour, le taux de SGB signalé chez les personnes ayant reçu le vaccin est
conforme au taux que l'on s'attendrait à relever dans cette population.

    Approuvé, recommandé et appuyé

    Gardasil(R) a été approuvé par Santé Canada et recommandé par le Comité
consultatif national de l'immunisation, un comité canadien composé d'experts
reconnus des domaines de la pédiatrie, des maladies infectieuses, de
l'immunologie, de la microbiologie médicale, de la médecine interne et de la
santé publique. Le vaccin a aussi reçu l'appui de la Société des obstétriciens
et gynécologues du Canada, de la Société des gynécologues oncologues du Canada
et de la Société canadienne des colposcopistes.
    L'administrateur en chef de la santé publique du Canada, le docteur David
Butler-Jones, a récemment reconnu que "... ce débat survient le plus souvent
quand on envisage l'introduction de mesures de prévention, malgré le fait que
l'histoire ait démontré à maintes reprises que les mesures de protection de la
santé publique conçues pour prévenir la maladie et la mort sont toujours plus
sûres, plus efficaces et moins coûteuses que le traitement."(9)

    A propos de Merck Frosst

    Chez Merck Frosst, les patients passent avant tout. Merck Frosst Canada
Ltée est une société de recherche pharmaceutique. Merck Frosst découvre, met
au point et commercialise une vaste gamme de produits novateurs destinés à
améliorer la santé humaine. Merck Frosst est l'un des vingt premiers
investisseurs en recherche et développement au Canada. En 2006, l'entreprise a
investi 114 millions de dollars en R-D. Merck Frosst s'engage à favoriser les
partenariats afin d'obtenir les meilleurs résultats thérapeutiques pour les
patients canadiens. On peut obtenir de plus amples renseignements sur Merck
Frosst à l'adresse http://www.merckfrosst.com.

    Déclarations prospectives

    Ce communiqué de presse contient des "déclarations prospectives" au sens
du Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Ces déclarations
prospectives sont basées sur les estimations actuelles de la direction et
comportent des risques et des incertitudes, susceptibles d'entraîner des
résultats considérablement différents de ceux projetés. Les déclarations
prospectives peuvent comprendre des déclarations relatives au développement
des produits, à leur potentiel et à leur performance financière. Aucune
déclaration prospective ne peut être garantie, et les résultats réellement
obtenus peuvent être considérablement différents de ceux prévus. Merck n'est
pas tenue de publier des mises à jour des déclarations prospectives, que ce
soit suite à de nouvelles informations, à des événements futurs ou à tout
autre élément. Il convient d'évaluer les déclarations prospectives figurant
dans ce communiqué de presse en tenant compte des nombreuses incertitudes
affectant les activités de Merck, plus particulièrement celles mentionnées à
l'Article 1, Avertissements, du formulaire 10-K de Merck pour l'année
s'achevant le 31 décembre 2006, et dans les rapports périodiques figurant sur
les formulaires 10-Q et 8-K, que la société incorpore par renvoi.

    
    -------------------------------------
    (1) Health Canada, It's Your Health HPV Web site. (Accessed at
        http://www.hc-sc.gc.ca/iyh-vsv/diseases-maladies/hpv-vph_e.html).
    (2) Statement by the Society of Obstetricians and Gynaecologists of
        Canada (SOGC) on CMAJ Commentary, "Human papillomavirus, vaccines and
        women's health: questions and cautions". (Accessed on August 14, 2007
        at: http://www.sogc.org/media/guidelines-hpv-commentary_e.asp)
    (3) Brisson, M et al. The health and economic burden of HPV infection,
        genital warts, cervical dysplasia and cervical cancer in Canada.
        Presented at the 7th Canadian Immunization Conference (CIC) on
        December 3, 2006 in Winnipeg.
    (4) Public Health Agency of Canada, Cervical Cancer Screening in Canada:
        1998 Surveillance Report, Executive Summary. (Accessed at
        http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/ccsic-dccuac/exec_e.html).
    (5) Statement by the Society of Obstetricians and Gynaecologists of
        Canada (SOGC) on CMAJ Commentary, "Human papillomavirus, vaccines and
        women's health: questions and cautions". (Accessed on August 14, 2007
        at: http://www.sogc.org/media/guidelines-hpv-commentary_e.asp)
    (6) Statement by the Society of Obstetricians and Gynaecologists of
        Canada (SOGC) on CMAJ Commentary, "Human papillomavirus, vaccines and
        women's health: questions and cautions". (Accessed on August 14, 2007
        at: http://www.sogc.org/media/guidelines-hpv-commentary_e.asp)
    (7) Efficacy of a Prophylactic Quadrivalent Human Papillomavirus (HPV)
        (Types 6, 11, 16, 18) L1 Virus-Like Particle (VLP) Vaccine for
        Prevention of Cervical Dysplasia and External Genital Lesions (EGL).
        Presented by C. Sattler at the 45th Annual Interscience Conference on
        Antimicrobial Agents and Chemotherapy (ICAAC) in Washington, DC.
    (8) J Infect Dis., Prevots DR, et al, " Assessment of Guillain-Barre
        syndrome mortality and morbidity in the United States: implications
        for acute flaccid paralysis surveillance."
        1997 Feb;175 Suppl 1:S151-5
    (9) Canada's Chief Public Health Officer refutes Maclean's article on HPV
        vaccine. Public Health Agency of Canada. (Accessed on August 19, 2007
        at:
        http://www.phac-aspc.gc.ca/media/cpho-acsp/hpv-vaccine070817_e.html)
    




Renseignements :

Renseignements: Sheila Murphy, Chef des Relations publiques, Merck
Frosst Canada Ltée., (514) 428-2748; Daniel Brennan, NATIONAL PharmaCom, (514)
843-2325

Profil de l'entreprise

Merck Canada Inc.

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.