Maintenant, c'est quand ? Agir maintenant pour améliorer les soins de santé pour toutes les générations de Canadiens



    MONCTON, NB, le 9 août /CNW Telbec/ - Même si les soins de santé ne sont
pas au coeur du programme du Conseil de la fédération cette semaine, les
experts en santé se sont réunis hier, dans le cadre d'une conférence, et ont
incité les premiers ministres des provinces et territoires à cesser de parler
de privatisation et à plutôt se concentrer sur l'amélioration des soins de
santé pour tous les Canadiens.
    La conférence, Maintenant, c'est quand ? Des soins de santé pour toutes
les générations, a été organisée par la Fédération canadienne des syndicats
d'infirmières et infirmiers (FCSII) et a attiré plus de 100 chefs de file en
santé à l'échelle nationale et provinciale.
    "Nous avons voulu rappeler aux premiers ministres que les soins de santé
publics sont une priorité pour la population canadienne et qu'il faut en tenir
compte. Le message est très clair : notre système de soins de santé doit avoir
l'appui de tous les gouvernements, et le panier de services doit être élargi
pour assurer de meilleurs soins aux Canadiens, notamment prévoir une stratégie
pancanadienne en matière de ressources humaines en santé, améliorer les soins
de santé pour les Autochtones, augmenter les services de soins à domicile et
mettre en oeuvre un régime national d'assurance-médicaments", précise Linda
Silas, présidente de la FCSII.
    "Nous savons que les premiers ministres provinciaux et territoriaux ont à
coeur un système de soins de santé qui soit fort, mais l'empathie ne suffit
pas. C'est trop peu de dire 'bientôt'. Il faut agir dès maintenant et mettre
en oeuvre les solutions proposées par les experts en santé pour que tous les
Canadiens et toutes les générations aient un accès égal à des soins de santé
abordables", ajoute Silas.
    Ces commentaires vont de pair avec ceux émis par les conférenciers, dont
Phil Fontaine, Chef national de l'Assemblée des Premières nations. Dans son
discours-programme, le Chef national Fontaine souligne l'importance et
l'occasion de collaborer avec les Premières nations, les professionnels de la
santé et les chefs de gouvernement pour réparer les iniquités auxquelles sont
confrontées les populations autochtones.
    "Il y a des failles au système... des écarts entre les soins offerts dans
différentes parties du pays", précise le Chef national Fontaine. "Il faut
établir une relation continue avec tous les paliers de gouvernement si nous
voulons combler l'écart dans les soins de santé. L'Assemblée des Premières
nations veut collaborer avec d'autres organisations, notamment les infirmières
et les gouvernements, pour améliorer les soins de santé. On ne peut s'attaquer
seul à un enjeu aussi important".
    Le professeur Ted Schrecker (Université d'Ottawa) et le Dr Bob Gardner,
directeur des politiques publiques à l'Institut Wellesley, ont parlé des
divergences quant à l'état de santé de la population canadienne et ont
présenté des solutions tangibles pour améliorer les déterminants sociaux de la
santé. Dans le cadre du panel Accès aux soins de santé, le Dr Steve Morgan
(Université de la Colombie-Britannique) a parlé de la nécessité de mettre en
place un régime national d'assurance-médicaments. Le Dr John Gillis, Médecins
canadiens pour le régime public, et le Dr Judith Shamian,
présidente-directrice générale des Infirmières de l'Ordre de Victoria, ont
parlé de l'importance d'assurer une continuité des soins après le séjour à
l'hôpital.
    Selon le Dr Steve Morgan, "Les régimes d'assurance-médicaments au Canada
sont sur le point de subir des changements majeurs. Il sera nécessaire de
faire preuve de créativité et de volonté politique pour défendre les intérêts
du public et mettre en oeuvre un régime national grâce auquel les Canadiens
auront un accès équitable aux médicaments nécessaires et à coût raisonnable.
Au Canada, les obstacles ne sont pas insurmontables. Choisir d'aller de
l'avant dans ce dossier n'est véritablement qu'un choix à faire".
    "Le système de soins de santé est non seulement très fragmenté en
régions, mais il n'y a pas de continuité entre l'hôpital et les soins à
domicile", mentionne le Dr Judith Shamian. "Il ne peut y avoir d'accès aux
soins de santé sans un dialogue entre les secteurs, sans comprendre et tenir
compte des déterminants de la santé ou sans continuité des soins entre
l'hôpital et le domicile."
    "L'assurance-maladie a besoin de notre aide. Les études appuient le
système public : il fonctionne mieux, il est moins dispendieux et il y a
égalité d'accès aux soins pour tous", précise le Dr John Gillis. "Oui, le
système public connaît des problèmes, mais il y a des solutions pratiques, et
nous devons collaborer pour les mettre en oeuvre."
    Lors de la conférence, la FCSII a lancé sa dernière publication,
Conversations avec des champions de l'assurance-maladie. Ce livre, écrit par
Ann Silversides, se veut une célébration du passé, du présent et de l'avenir
de notre système de soins de santé financé et dispensé par l'Etat et nous
rappelle ce qui est vraiment en jeu lors des débats sur la privatisation. Les
champions de l'assurance-maladie interviewés sont l'honorable Monique Bégin,
l'honorable Allan Blakeney, Kathleen Connors, Shirley Douglas, Tom Kent,
l'honorable Roy Romanow, le Dr Hugh Scully, Evelyn Shapiro et Sharon
Sholzberg-Gray.
    "Lorsqu'il s'agit de notre système de soins de santé, ces personnes sont
des visionnaires", souligne Linda Silas. "Il serait prudent pour les premiers
ministres de suivre leur exemple d'engagement et de dévouement à préserver et
à améliorer notre système public. Les soins de santé ne doivent pas devenir le
privilège des riches; tous doivent y avoir droit."
    Plusieurs leaders ont assisté à la conférence, dont Paul Moist, président
national du Syndicat canadien de la fonction publique; Kathleen Connors,
présidente nationale de la Coalition canadienne de la santé; l'honorable Len
Taylor, ministre de la Santé de la Saskatchewan; Yvon Godin et l'honorable
Andy Scott, députés du Nouveau-Brunswick; Sandra MacDonald-Rencz, directrice
exécutive du Bureau de la politique des soins infirmiers; les présidentes des
syndicats provinciaux d'infirmières et infirmiers; des représentants de
l'Association canadienne des infirmières et infirmiers, de l'Association des
étudiant(e)s infirmier(ère)s du Canada ainsi que des membres des toutes les
professions de la santé.

    Vous pouvez obtenir des exemplaires de Conversations avec des champions
du régime public d'assurance-maladie en communiquant avec le bureau de la
Fédération canadienne des syndicats d'infirmières et infirmiers au
1-800-321-9821.




Renseignements :

Renseignements: Linda Silas, Présidente de la FCSII, (613) 859-4314
(cell); Teresa Neuman, Directrice par intérim des communications et des
campagnes, FCSII, (613) 292-9106 (cell)

Profil de l'entreprise

FEDERATION CANADIENNE DES SYNDICATS D'INFIRMIERES ET INFIRMIERS

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.