Les troubles mentaux sont à l'origine de plus de la moitié des séjours à l'hôpital chez les itinérants du Canada



    Un nouveau rapport de l'ICIS présente un aperçu des liens entre la santé
    mentale, la maladie mentale et l'itinérance

    OTTAWA, le 30 août /CNW Telbec/ - Selon un nouveau rapport publié
aujourd'hui par l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS), en
2005-2006, les troubles mentaux représentaient 52 % des hospitalisations en
soins de courte durée chez les itinérants (excluant le Québec). De plus, le
rapport révèle que les visites dans certains services d'urgence
(principalement en Ontario) effectuées par les itinérants étaient liées à des
troubles mentaux et du comportement dans 35 % des cas, une proportion plus
élevée que celles des autres patients (3 %).
    Le rapport Améliorer la santé des Canadiens : Santé mentale et itinérance
propose un aperçu des recherches, enquêtes et initiatives stratégiques les
plus récentes sur la santé mentale et l'itinérance, et offre pour la première
fois des données sur l'utilisation des hôpitaux par les itinérants canadiens.
    "La maladie mentale touche un large éventail de Canadiens; la plupart des
personnes souffrant de problèmes de santé mentale ne sont pas itinérants et
bon nombre d'itinérants n'ont jamais reçu un diagnostic associé à la santé
mentale", affirme Jennifer Zelmer, vice-présidente, Recherche et Analyse de
l'ICIS. "Toutefois, les études démontrent que les itinérants sont plus
susceptibles d'avoir des problèmes de santé mentale que la population en
général."
    Par exemple, les principales causes d'utilisation des hôpitaux sont
différentes pour les itinérants et les autres patients. En 2005-2006, les
troubles mentaux étaient les diagnostics les plus fréquents chez les
itinérants hospitalisés en soins de courte durée (52 % des admissions). La
grossesse et l'accouchement arrivaient en tête des causes d'hospitalisations
chez les autres patients (13 %). Par ailleurs, 35 % des visites dans certains
services d'urgence (principalement en Ontario) effectuées par les itinérants
étaient liées à des troubles mentaux. Les blessures et les empoisonnements
étaient les causes les plus fréquentes des visites au service d'urgence des
non-itinérants du même groupe d'âge (25 %). Le type de trouble mental le plus
commun chez les patients itinérants admis dans les services d'urgence était
l'abus de substances psychoactives qui représentait 54 % des visites (62 %
chez les hommes itinérants et 30 % chez les femmes itinérantes), suivi
d'autres troubles psychotiques (20 % des visites) comme la schizophrénie.

    L'itinérance est associée au stress, aux facultés d'adaptation, au manque
    d'estime de soi et de soutien social ainsi qu'au suicide

    Le rapport présente de nombreux facteurs personnels et sociaux, comme le
logement, le revenu et les facultés d'adaptation, qui peuvent mener à
l'itinérance ou contribuer à sa prolongation. Bon nombre de ces facteurs sont
aussi liés à des problèmes de santé mentale.
    "Le rapport étudie la relation complexe entre la santé mentale et
l'itinérance. Les personnes souffrant d'une maladie mentale grave risquent
d'être limitées dans leurs choix de logement, d'emploi et de revenu. Par
ailleurs, les itinérants ont tendance à se déclarer plus stressés, à affirmer
manquer d'estime de soi et de soutien social et à adopter des stratégies
d'adaptation différentes. Ces facteurs sont tous associés aux symptômes de
dépression, à l'abus de substances psychoactives, aux comportements
suicidaires et à une mauvaise auto-évaluation de l'état de santé", déclare
Elizabeth Votta, chef de section à l'Initiative sur la santé de la population
canadienne, un programme de l'ICIS.
    Selon les recherches citées dans le rapport, les itinérants éprouvent
souvent plus de difficultés à gérer leur niveau de stress et ont une plus
faible estime de soi et moins de soutien social que les non-itinérants. Voici
des exemples de résultats cités :

    
    - Selon une étude réalisée à Ottawa, les jeunes itinérants de sexe
      masculin ont déclaré un niveau de stress plus de deux fois plus élevé
      que celui déclaré par un groupe de jeunes hommes non itinérants.
    - Une étude menée à Kitchener-Waterloo a révélé que les jeunes de la rue
      étaient plus susceptibles de consommer des substances psychoactives ou
      de s'automutiler, ce qui constitue un mécanisme d'adaptation. Les
      jeunes non-itinérants étaient plus susceptibles de s'adapter à une
      situation en parlant avec une personne digne de confiance ou en
      adoptant une stratégie de résolution de problèmes.
    - Selon une enquête nationale, 2 % des garçons et 6 % des filles de 15 à
      24 ans ont déclaré avoir tenté de se suicider au Canada. Des études
      montrent que les taux sont supérieurs chez les jeunes itinérants. Par
      exemple, une enquête réalisée en Colombie-Britannique en 2006 a révélé
      que 15 % des garçons et 30 % des filles vivant dans la rue ou
      marginalisés ont déclaré avoir déjà tenté de se suicider au moins une
      fois au cours des 12 mois précédents.

    Le rapport cite également de nombreux exemples de recherches qui
établissent un lien entre la maladie mentale et l'itinérance. Ces études,
menées un peu partout au Canada à l'aide de différentes méthodes et sur des
périodes de temps différentes, ont suggéré qu'un plus grand nombre
d'itinérants reçoivent un diagnostic de maladie mentale comparativement à la
population dans son ensemble. Plusieurs études ont également indiqué que les
taux d'abus de substances psychoactives sont plus élevés chez les itinérants
que chez les autres Canadiens. La recherche suggère que les itinérants
toxicomanes atteints d'une maladie mentale sont susceptibles de demeurer
itinérants plus longtemps que les autres itinérants.

    L'Initiative sur la santé de la population canadienne

    L'Initiative sur la santé de la population canadienne (ISPC) relève de
l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS). L'ISPC appuie la
recherche destinée à approfondir les connaissances sur les déterminants de la
santé au Canada et à élaborer des options politiques pour améliorer la santé
de la population et réduire les inégalités de la santé.

    A propos de l'ICIS

    L'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) recueille de
l'information sur la santé et les soins de santé au Canada, l'analyse, puis la
rend accessible au grand public. L'ICIS a été créé par les gouvernements
fédéral, provinciaux et territoriaux en tant qu'organisme autonome sans but
lucratif voué à la réalisation d'une vision commune de l'information sur la
santé au Canada. Son objectif : fournir de l'information opportune, exacte et
comparable. Les données que l'ICIS rassemble et les rapports qu'il produit
éclairent les politiques de la santé, appuient la prestation efficace de
services de santé et sensibilisent les Canadiens aux facteurs qui contribuent
à une bonne santé.

    Le rapport ainsi que les tableaux suivants sont accessibles sur le site
Web de l'ICIS à www.icis.ca.

    Tableau 1. Cinq principales causes des visites à l'urgence, itinérants et
               autres patients, 2005-2006 (d'après le tableau 4 du rapport)

    Tableau 2. Cinq principales causes d'hospitalisation, itinérants et
               autres patients,  2005-2006 (d'après le tableau 5 du rapport)

    Tableau 3. Maladies mentales déclarées chez les itinérants d'un
               échantillon de villes canadiennes : résultats de certaines
               études (d'après le tableau 2 du rapport)
    




Renseignements :

Renseignements: Christina Lawand, (613) 241-7860, poste 4310, Cell.:
(613) 299-5695, clawand@icis.ca; Véronique Perron, (613) 241-7860, poste 4143,
Cell.: (613) 725-4097, vperron@icis.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.