Les patients atteints du cancer du rein en Ontario célèbrent leur nouvelle chance de vivre



    L'Association canadienne du cancer du rein applaudit l'annonce du
    gouvernement de l'Ontario de financer un médicament révolutionnaire

    TORONTO, le 28 août /CNW/ - Les patients atteints du cancer du rein
reprennent l'espoir de vivre en apprenant que le gouvernement de l'Ontario
rendra Nexavar - le premier traitement efficace de cette maladie à être conçu
en dix ans - accessible par l'entremise du Programme des médicaments de
l'Ontario.
    "A titre de représentant de l'Association canadienne du cancer du rein et
d'Ontariens atteints du cancer du rein, je me réjouis que le gouvernement de
l'Ontario ait assumé un rôle de leadership dans la lutte contre cette maladie,
déclare Tony Clark, président de l'Association canadienne du cancer du rein et
lui-même atteint de la maladie. L'honorable George Smitherman, vice-premier
ministre de l'Ontario, et ministre de la Santé et des Soins de longue durée,
de même que le gouvernement provincial dans son ensemble, ont fait preuve de
grande vision en décidant de financer le premier traitement révolutionnaire
pour les patients atteints du cancer du rein. Nous espérons que le
gouvernement de l'Ontario continuera d'assurer le leadership dans la lutte
contre le cancer."

    Une nouvelle norme en matière de soins

    Les traitements comme Nexavar sont maintenant la norme au Canada - et
ailleurs dans le monde - pour des patients qui n'avaient auparavant aucun
espoir. En 2006, Santé Canada a homologué deux traitements, Nexavar et Sutent,
qui sont remboursés par la plupart des régimes privés canadiens d'assurance
médicaments. Ils sont reconnus dans plus de treize pays.

    L'Ontario mène la marche : au-delà du Programme commun d'évaluation des
    médicaments (PCEM)

    Plus tôt cette année, malgré le soutien international à l'égard de ces
médicaments, le Programme commun d'évaluation des médicaments - l'organisation
canadienne qui évalue les médicaments - a recommandé que les régimes
gouvernementaux d'assurance médicaments (à l'extérieur du Québec) ne
remboursent pas Nexavar.
    "La décision du PCEM a eu des conséquences dévastatrices pour les
Canadiens atteints du cancer du rein, affirme M. Clark. Ces nouveaux
médicaments sont le seul traitement efficace contre le cancer du rein jusqu'à
ce jour. Des patients de partout au Canada ont attendu avec impatience
l'annonce de la décision du gouvernement ontarien."
    "Les patients des autres provinces nous ont confié qu'ils espéraient que
la décision empreinte de leadership du gouvernement ontarien, de rembourser
Nexavar, soit également prise dans leur propre province, déclare Deborah
Maskens, cofondatrice de l'Association canadienne du cancer du rein. Je ne
trouve pas les mots pour dire à quel point la décision du gouvernement
ontarien est importante pour le traitement du cancer du rein au Canada."

    Traitements révolutionnaires

    "J'ai eu la chance d'être admis à l'essai clinique sur Nexavar. Grâce à
ce traitement, je pourrai passer plus d'années avec mes amis et mes proches;
je pourrai travailler et même payer des impôts plus longtemps, explique M.
Clark. Sans Nexavar, je ne serais pas ici aujourd'hui."
    Il y a deux ans et demi, d'éminents spécialistes du cancer du rein lui
ont dit qu'il lui restait moins d'une année à vivre, mais M. Clark est
toujours vivant aujourd'hui. Bien que Nexavar n'ait pas éradiqué complètement
la maladie, il en a ralenti la progression de manière significative, ce qui
lui a permis de mener à nouveau une vie remplie et active.
    M. Clark et Mme Maskens, qui se sont rencontrés pendant les essais
cliniques sur Nexavar, ont été abasourdis d'apprendre que le gouvernement
canadien ne reconnaissait pas l'efficacité et le rapport coût-efficacité à
long terme de nouveaux traitements oraux comme Nexavar. Ensemble, ils ont
cofondé l'Association canadienne du cancer du rein et ont travaillé de façon
acharnée à augmenter la visibilité de ces nouveaux traitements au Canada.
    "Le gouvernement de l'Ontario était disposé à nous rencontrer, à nous
écouter et à étudier les données au-delà du processus du Programme commun
d'évaluation des médicaments. Nous sommes très encouragés par les changements
apportés dans le processus de l'Ontario", a ajouté M. Clark.

    Vers un nouveau processus d'évaluation des médicaments au Canada

    "Des failles dans les processus d'évaluation et de prise de décision du
PCEM sapaient le premier devoir de diligence des médecins envers leurs
patients" a déclaré la Dre Jennifer Knox, oncologue spécialisée dans le
traitement du cancer du rein, lors d'une séance du Comité permanent de la
santé pour évaluer l'efficience du PCEM.
    "Dans le cas d'une maladie où les options thérapeutiques efficaces sont
extrêmement rares, cette décision du PCEM aurait entraîné le traitement
terriblement inadéquat des Ontariens atteints d'un cancer du rein, à moins que
notre gouvernement provincial n'ait décidé de passer outre cet avis sans
fondement. Je félicite et remercie sans réserve tous ceux qui ont joué un rôle
dans la récente décision de financer Nexavar pour les Ontariens atteints d'un
cancer du rein."
    Le fait que le PCEM ne soit pas capable d'évaluer efficacement les
traitements du cancer a déjà été reconnu par les gouvernements fédéral,
provinciaux et territoriaux. Dans une tentative de mise au point d'une
évaluation plus cohérente des médicaments anticancéreux dans tout le pays,
toutes les provinces (sauf le Québec) ont lancé en collaboration un processus
pilote interorganisationnel provisoire connu sous le nom de Processus d'examen
des médicaments oncologiques pour effectuer une évaluation unique des
médicaments anticancéreux. Au cours de ce processus provisoire, toutes les
demandes d'examen des médicaments utilisés pour traiter activement le cancer
passeront par l'Ontario et seront soumises aux lignes directrices de l'Ontario
sur la présentation et l'évaluation des médicaments.
    Nexavar comptait parmi les premiers médicaments à tester ce nouveau
processus d'évaluation. La Colombie-Britannique est la seule autre province à
publier une annonce sur un remboursement conditionnel relativement à Nexavar.
Le Québec a refusé la couverture au départ. La décision de toutes les autres
provinces est en suspens.

    Une chance à la vie

    "Des percées thérapeutiques comme Nexavar et Sutent offrent aux patients
atteints d'un cancer du rein l'espoir de mener une vie plus longue et plus
productive, dit Mme Maskens. Nous applaudissons les provinces de l'Ontario et
de la Colombie-Britannique qui sont des chefs de file dans la lutte contre le
cancer du rein."

    A propos de l'Association canadienne du cancer du rein

    L'Association canadienne du cancer du rein est un organisme de soutien,
créé et dirigé par des patients, ayant comme objectif d'améliorer la qualité
de vie des patients atteints d'un cancer du rein et de leur famille.
L'Association milite pour l'accès aux nouveaux traitements, offre du soutien
et de l'information aux patients et travaille à accroître la sensibilisation
relative au cancer du rein comme étant un problème de santé important. Pour
plus de renseignements sur l'Association canadienne du cancer du rein, visitez
son site Web à l'adresse suivante : www.accrweb.org




Renseignements :

Renseignements: Tony Clark, Président, Association canadienne du cancer
du rein, (647) 262-0032, tonyclark@kidneycancercanada.org

Profil de l'entreprise

Bayer HealthCare

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.