Les chauffeurs de Lanau-Bus augmentent la pression



    REPENTIGNY, QC, le 24 août /CNW Telbec/ - La cinquantaine de chauffeurs
de Lanau-Bus qui assurent le transport collectif entre Montréal, Repentigny et
Joliette entend mettre en oeuvre tous les moyens nécessaires afin de débloquer
les négociations pour le renouvellement de leur convention collective. Depuis
que les syndiqué-es ont adopté un mandat de grève, le 15 juillet, les
négociateurs patronaux n'ont fait que retirer de la table des éléments sur
lesquels les deux parties s'étaient déjà entendues et tenter de miner la
crédibilité du syndicat.
    Depuis ce matin, les autobus de la compagnie sont décorés d'autocollants
"En grève bientôt". Les chauffeurs veulent ainsi marquer leur détermination à
obtenir une nouvelle convention collective satisfaisante, et ce, dans les
meilleurs délais. La dernière rencontre de négociation a eu lieu ce mercredi,
en présence d'un conciliateur. Aucune autre rencontre n'est prévue pour le
moment. Rappelons que le 15 juillet, en assemblée générale, les chauffeurs ont
rejeté, dans une proportion de 98 % l'offre finale de la compagnie. Ils ont
également voté en faveur de moyens de pression pouvant aller jusqu'à la grève
à 95 % des voix, par scrutin secret.
    Ils reprochent notamment à la compagnie de ne rien offrir quant à la
participation du syndicat à la gestion des horaires de travail, et ce même si
les parties se sont entendues sur cette question lors des pourparlers. En
fait, non seulement la compagnie revient-elle ainsi sur sa parole mais elle
demande en plus aux syndiqué-es d'accepter les concessions offertes par le
syndicat lors de ces échanges, et ce, sans aucune contrepartie ! En votant la
grève, les employé-es espéraient que Lanau-Bus saisissent l'occasion de mener
une véritable négociation

    Attitude irresponsable

    Mais l'entreprise ne semble pas avoir compris le message puisque lors
d'une rencontre de négociation suivante elle a carrément renié son engagement
de verser une rétroactivité salariale. Enfin, des représentants de l'employeur
multiplient les rencontres individuelles auprès des employé-es pour faire de
l'intimidation et de la désinformation. Pour le syndicat, cette attitude est
irresponsable.
    "Ce que nous voulons, c'est une reprise des négociations sur la base de
ce qui était sur la table avant que Lanau-Bus se mette à reculer sur tout.
Nous avons fait preuve de beaucoup d'ouverture jusqu'à maintenant dans cette
négociation et nous allons continuer à le faire. La balle est dans le camp de
Lanau-Bus. Avec un peu de bonne volonté de chaque côté, on peut régler cette
convention rapidement au bénéfice de tous, des travailleurs, de la compagnie
et des usagers qui ne verront pas le service perturbé", estime le président du
Syndicat des employé-es de Lanau-Bus (CSN) , Yvon Bérubé.

    Revendications

    Outre la rétroactivité salariale et sa participation à la confection des
horaires, le syndicat attend un geste de l'employeur sur deux autres enjeux
chers à ses membres, soit la procédure de remplacement lors d'absence au
travail et la mise en place de blocs de travail d'un minimum de trois heures.
Actuellement, la compagnie profite d'une largesse de la Loi des normes du
travail pour se soustraire de l'application d'un article de la loi qui
obligent tous les employeurs à payer au moins trois heures à un salarié appelé
à travailler pour une courte période.
    Sur les questions des salaires et de la durée de la convention, le
syndicat reconnaît que Lanau-Bus a fait un bout de chemin et croit une entente
possible, à condition que la compagnie accepte de verser la rétroactivité
comme elle s'y était engagée avant de faire volte-face et que des solutions
soient trouvées quant à ses demandes prioritaires. La dernière offre finale de
Lanau-Bus porte sur une convention collective de cinq ans et porterait les
salaires à l'intérieur d'une fourchette de 14 $ à 17,50 $, l'heure.
Actuellement, les chauffeurs gagnent entre 11 $ et 16, 50 $ l'heure.
    Les lacunes dans les conditions de travail actuelles et les bas salaires
font en sorte que Lanau-Bus a beaucoup de difficultés à retenir ses chauffeurs
expérimentés. Le syndicat espère que cette négociation permettra de stopper
l'hémorragie et contribuera à favoriser davantage le développement du
transport en commun dans Lanaudière.

    Le Syndicat des employé-es de Lanau-Bus (CSN) est accrédité depuis le
8 février 1993 et n'a jamais connu de conflit de travail. Il est affilié au
Conseil central de Lanaudière, à la Fédération des employé-es de services
publics ainsi qu'à la Confédération des syndicats nationaux. Fondée en 1921,
la CSN représente 300 000 travailleuses et travailleurs de tous les horizons.




Renseignements :

Renseignements: Jean-Pierre Larche, Service de l'information de la CSN,
(514) 598-2264; Gilles Lapierre, Conseiller syndical CSN à Joliette, (450)
759-3884; Source: Confédération des syndicats nationaux


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.