Les Canadiens sont préoccupés par leurs dettes plus que jamais au cours des cinq dernières années, selon l'indice de confiance des épargnants Manuvie

WATERLOO, ON, le 11 janv. /CNW/ - Davantage de Canadiens affirment que leur priorité est de rembourser leurs dettes à l'approche de la nouvelle année, selon le dernier sondage réalisé pour le compte de la Financière Manuvie, principale société d'assurance et de gestion de patrimoine du Canada.

La proportion de répondants dont la priorité en matière de finances est de rembourser le solde de leur carte de crédit, de leur marge de crédit et de leur emprunt hypothécaire a atteint un niveau inégalé depuis cinq ans dans ce sondage mené à la mi-décembre par Research House, une société du groupe Environics.

Plus du quart des Canadiens (29 %) ont indiqué que leur priorité absolue était de réduire leur crédit à la consommation, contre seulement 20 % à la fin de 2007. Quatorze pour cent des répondants ont précisé que le remboursement de leur emprunt hypothécaire était la deuxième priorité en importance, ce qui correspondant au même pourcentage que l'année dernière et à une hausse par rapport aux 11 % enregistrés un an auparavant.

Treize pour cent des personnes interrogées ont précisé que l'épargne-retraite constituait leur troisième priorité en importance, contre 11 % l'année précédente.

« La réussite d'un plan financier repose essentiellement sur le remboursement des dettes, et c'est encourageant de constater qu'un grand nombre de Canadiens s'attachent de plus en plus à régler leur crédit, leur emprunt hypothécaire et leurs autres factures, a souligné Paul Rooney, président et chef de la direction, Manuvie Canada. Étant donné les difficultés économiques qui ont si souvent fait la manchette récemment, il n'est pas surprenant que les Canadiens déploient autant d'efforts pour mettre de l'ordre dans leurs finances. »

Lorsqu'on leur a demandé d'évaluer leur situation financière, près de la moitié (49 %) des répondants ont dit qu'ils jugeaient leur situation meilleure qu'il y a cinq ans, alors que 28 % ont indiqué qu'elle n'avait pas changé et moins du quart (23 %) ont affirmé qu'elle était pire.

M. Rooney a également souligné que plus de 20 % des Canadiens bénéficient du large éventail de produits et services financiers de Manuvie, et que l'un des principaux objectifs de l'entreprise est de les aider à prendre de bonnes décisions financières.

« Nous encourageons toujours les gens à travailler en étroite collaboration avec un conseiller et à suivre leur plan financier sans y déroger, a-t-il ajouté. Les gens qui disposent d'un plan financier intégré et qui travaillent avec des sociétés solides, fiables et sûres sont généralement mieux préparés pour l'avenir et plus convaincus d'atteindre leurs objectifs et peuvent composer avec les hauts et les bas de l'économie. »

Indice global
Selon le 48sondage trimestriel, l'indice de confiance des épargnants de Manuvie a chuté de six points à la mi-décembre en raison surtout de la baisse d'intérêt pour les placements immobiliers, les actions et les fonds équilibrés.

L'indice a clôturé l'année 2010 à +20, soit deux points de plus que l'année précédente, après avoir subi des variations importantes plus tôt durant l'année, notamment une baisse de 8 points en juin après avoir fait un bond record de 15 points en mars, le meilleur gain enregistré depuis 1999.

L'indice trimestriel indique le degré de confiance des Canadiens relativement à 11 catégories et instruments de placement. Il correspond au pourcentage des répondants qui jugent la période favorable ou très favorable aux placements, diminué du pourcentage de ceux qui pensent le contraire.

Depuis son lancement en 1999, l'indice de confiance des épargnants Manuvie est demeuré positif. Il a atteint un sommet de +35 au début de 2000, puis il est tombé à +11 en décembre 2001. Au cours des dernières années, l'indice est demeuré généralement près de son sommet des 6 dernières années en se maintenant au-dessus de +20. Toutefois, l'indice a connu une baisse subite à la fin de 2008 pour atteindre un creux historique de +5.

Dans le dernier sondage, les 11 catégories qui composent l'indice ont enregistré un recul. Les catégories qui ont enregistré les plus fortes baisses lors du dernier sondage sont les régimes enregistrés d'épargne-études (REEE), les fonds distincts, les placements immobiliers, les actions et les fonds équilibrés.

Les placements dans les résidences principales sont de très loin demeurés la catégorie la plus populaire.

Faits saillants
L'indice de confiance des épargnants Manuvie repose sur les six catégories de placement suivantes, indiquées selon leur rang respectif dans le sondage.

  • Les placements dans sa propre maison (rénovations ou remboursement de l'emprunt hypothécaire) demeurent la catégorie préférée des Canadiens - une constante depuis 1999. L'indice a reculé de 3 points en décembre, pour s'établir à +56. Il révèle que 66 % des répondants jugent le moment propice ou très propice pour placer dans leur propre maison, alors que 10 % le jugent défavorable ou très défavorable. Le reste des répondants est indécis.

  • Les placements immobiliers ont perdu 8 points en décembre et ont conservé leur avance sur les espèces et les placements à revenu fixe. À +22, les placements immobiliers demeurent toujours à un niveau plus élevé qu'il y a un an, alors qu'ils étaient dans le rouge. Ils n'ont été en territoire négatif que deux fois depuis le début du sondage.

  • Malgré un recul de 6 points, les fonds équilibrés occupent la troisième place parmi les catégories de placement privilégiées. Cette catégorie se situe maintenant à +18; 41 % des répondants jugent que les fonds équilibrés sont une bonne ou une excellente catégorie de placement, comparativement à 23 % qui ont affirmé le contraire en septembre.

  • Les placements à revenu fixe sont toujours en quatrième position, à +14, après avoir perdu 5 points au trimestre précédent.

  • Les espèces (comptes d'épargne compris) sont demeurées au-dessus de leur dernier rang habituel parmi les catégories de placement les plus prisées, à +12, en baisse de 3 points par rapport au dernier sondage. Depuis 1999, les espèces constituaient généralement à long terme la catégorie de placement la moins appréciée des Canadiens. Cependant, elles connaissent une forte progression depuis la fin de 2008, étant donné le ralentissement de l'économie et la perte de popularité des autres produits.

  • Les actions ont perdu 6 points depuis le sondage du dernier trimestre, ce qui illustre la divergence d'opinion quant aux marchés des actions. Selon le sondage de décembre, l'indice des actions s'était arrêté à zéro. Cet indice traduit l'opinion de 31 % des répondants qui ont affirmé que le moment était propice ou très propice pour placer son argent dans des actions, soit directement, soit par l'intermédiaire de fonds communs, tandis que 31 % des répondants ont déclaré que les actions étaient un mauvais ou un très mauvais choix. Vingt-deux pour cent des répondants estiment que la période n'est ni propice ni défavorable pour acheter des actions.

Instruments de placement
La question posée sur les six catégories de placement a également été posée sur cinq instruments de placement.

  • Les comptes d'épargne libres d'impôt (CELI), qui ont été ajoutés au sondage plus tôt cette année, ont obtenu les meilleures notes; ils devancent les régimes enregistrés d'épargne-retraite (REER) et les REEE. Environ les deux tiers des répondants (64 %) estiment que le moment est propice pour souscrire un CELI, alors que seulement 12 % pensent le contraire.

  • Parmi les autres instruments privilégiés par les Canadiens, les REER ont gagné un point depuis le dernier sondage, pour atteindre +46; ils ont ainsi déclassé les REEE en décembre. Chez les sondés, 62 % jugent le moment propice pour placer dans des REER, alors que 16 % pensent le contraire.

  • Les REEE ont reculé de 13 points depuis le dernier sondage. À +39, les derniers résultats pour les REEE montrent que 53 % des répondants jugent qu'il s'agit d'une bonne ou d'une très bonne période pour verser des cotisations dans un REEE, tandis que 14 % d'entre eux jugent qu'il s'agit d'une mauvaise ou d'une très mauvaise période.

  • Les fonds distincts ont connu un recul de 11 points, pour atteindre +14, soit le même pointage que les fonds communs de placement. Trente-huit pour cent des répondants ont une opinion favorable des fonds distincts, tandis que 24 % d'entre eux ont un avis contraire.

  • À +14, l'indice des fonds communs a perdu 6 points depuis septembre. Cet indice a été durement frappé à la fin de 2008 : il avait alors subi une baisse de 31 points. Il reflète l'opinion de 37 % des répondants qui ont affirmé qu'il s'agissait d'une bonne ou très bonne période pour participer à des fonds communs alors que 23 % d'entre eux ont jugé qu'il s'agissait d'une mauvaise ou très mauvaise période. Vingt-trois pour cent des répondants ont jugé que la période n'est ni propice ni défavorable pour acheter des parts de fonds communs, ou n'avaient pas d'opinion sur le sujet.  

Le sondage a été effectué par Research House auprès de 1 000 Canadiens de 18 ans ou plus entre le 9 et le 15 décembre 2010. Les résultats comportent une marge d'erreur de 3,1 %, 19 fois sur 20.

À propos de la Financière Manuvie
La Financière Manuvie, groupe canadien et chef de file des services financiers, exerce ses activités dans 22 pays et territoires. Depuis plus de 120 ans, nos clients ont recours aux solutions solides, fiables, sûres et avant-gardistes qu'offre Manuvie pour prendre leurs décisions financières les plus importantes. Notre réseau international d'employés, d'agents et de partenaires de distribution offre nos produits et services de protection financière et de gestion de patrimoine à des millions de clients partout dans le monde. Nous proposons des services de gestion d'actif à nos clients institutionnels du monde entier ainsi que des solutions de réassurance, particulièrement dans le secteur de la rétrocession vie et accident. Au 30 septembre 2010, les fonds gérés par la Financière Manuvie et ses filiales se chiffraient à 474 milliards de dollars canadiens (460 milliards de dollars américains).

La Société exerce ses activités sous le nom de Financière Manuvie au Canada et en Asie, et principalement sous le nom de John Hancock aux États-Unis. La Société Financière Manuvie est inscrite aux bourses de Toronto (TSX), de New York (NYSE) et des Philippines (PSE) sous le symbole « MFC », et à la Bourse de Hong Kong (SEHK) sous le symbole « 945 ». La Financière Manuvie est présente sur le Web, à l'adresse www.manuvie.com.

SOURCE Financière Manuvie

Renseignements :

Communications avec les médias
Tom Nunn
Financière Manuvie
1 877 782-2363
tom_nunn@manuvie.com

Profil de l'entreprise

Financière Manuvie

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.