Le marché résidentiel de la revente est solide en décembre

OTTAWA, le 14 janv. /CNW/ - Selon les statistiques publiées aujourd'hui par l'Association canadienne de l'immeuble (ACI), en décembre 2010, l'activité sur le marché résidentiel de la revente au pays était légèrement supérieure à la moyenne pour le mois de décembre.

Les ventes réelles (non désaisonnalisées) réalisées à l'échelle nationale par l'entremise du système MLS® des chambres immobilières canadiennes ont accusé un recul de 14,4 p. 100 sur douze mois en décembre 2010. Cette réalité tient compte des ventes records conclues en décembre 2009. L'activité enregistrée en décembre 2010 s'est hissée à un niveau légèrement supérieur, comparativement à la moyenne enregistrée au cours des 10 dernières années pour le mois de décembre (http://www.crea.ca/public/news_stats/pdfs/2011_01_14_rapport_media_fr.pdf).

Relativement à l'activité mensuelle, la tendance canadienne est demeurée inchangée en décembre. Les ventes corrigées des variations saisonnières ont accusé une baisse d'une fraction d'un point de pourcentage par rapport au mois précédent. Les ventes désaisonnalisées ont enregistré une hausse mensuelle dans la moitié des marchés locaux, notamment à Calgary, Winnipeg et Hamilton-Burlington. Toronto, Vancouver et Montréal figuraient parmi les marchés qui ont enregistré un léger recul mensuel en décembre.

« Dans l'ensemble, les ventes ont augmenté au cours des derniers mois, mais la reprise variait d'un marché local à l'autre », déclara Georges Pahud, le président de l'ACI. « Souvent, plusieurs facteurs locaux contribuent à la divergence des tendances des marchés résidentiels, donc les acheteurs et propriétaires-vendeurs devraient consulter un AGENT IMMOBILIER de leur localité pour être au fait de l'émergence des tendances dans leur marché ».

Les ventes résidentielles ont augmenté progressivement à l'échelle nationale au deuxième semestre de 2010. Par ailleurs, les ventes désaisonnalisées ont bondi de 18,3 p. 100 en décembre, comparativement au recul enregistré en juillet. Par conséquent, au quatrième trimestre de 2010, l'activité corrigée des variations saisonnières, qui a accusé une hausse de 12,1 p. 100 par rapport aux niveaux atteints au troisième trimestre, a augmenté d'une fraction de point de pourcentage comparativement au deuxième trimestre.

« Par suite des ventes qui ont été enregistrées au quatrième trimestre, on croit que les faibles taux d'intérêt continueront à soutenir le marché de l'habitation en 2011 », déclara Gregory Klump, l'économiste en chef de l'ACI. « Il est possible que les ventes atteignent un plateau dans certains des marchés canadiens les plus actifs et les plus luxueux. Une hausse des nouveaux mandats et de nouvelles hausses des taux d'intérêt réunissent les conditions favorables à une croissance moins importante des prix et à une nouvelle décélération de la dette hypothécaire ».

En 2010, quelque 447 010 résidences ont changé de main par le biais des systèmes MLS® canadiens; cela représente un recul de 3,9 p. 100 par rapport à 2009. Les ventes annuelles étaient plus nombreuses que ne l'avait prévu l'ACI initialement, en raison de l'activité qui s'est avérée plus vigoureuse que prévu au quatrième trimestre.

Compte tenu des ventes désaisonnalisées, le nombre de nouveaux mandats résidentiels inscrits aux systèmes MLS® canadiens est demeuré stable en décembre, accusant une hausse d'une fraction d'un point de pourcentage. Les nouveaux mandats sont toujours de 14,2 p. 100 inférieurs au sommet atteint en avril 2010.

L'offre et la demande sur le marché de l'habitation étaient toujours équilibrées au pays en décembre, enregistrant ainsi des ventes dont la proportion de nouveaux mandats était de 55,2 p. 100. Un peu plus de la moitié des marchés locaux canadiens étaient équilibrés en décembre.

Trois-quarts des marchés locaux restants sont des marchés vendeurs. « Grâce à la stabilité des prix et aux ventes qui ont atteint une fois de plus des niveaux salutaires, on prévoit que plusieurs propriétaires-vendeurs, qui ont évité d'inscrire leur logement à vendre au deuxième trimestre, inscriront leurs propriétés à vendre d'ici le printemps », affirma Klump. « On s'attend que les ventes qui seront conclues au cours des prochains mois n'augmenteront pas aussi rapidement qu'au cours des derniers mois. Par conséquent, une hausse des nouveaux mandats pourrait réduire l'écart entre l'offre et la demande dans plusieurs marchés vendeurs. »

Le nombre de mois d'inventaire représente le nombre de mois qu'il faudrait compter pour vendre l'inventaire actuel au taux de ventes actuel. Il peut également servir à évaluer l'écart entre l'offre et la demande sur le marché de l'habitation. Le nombre de mois d'inventaire désaisonnalisé se situait à 5,8 mois à la fin de décembre à l'échelle nationale. Ce nombre est demeuré le même en novembre et il est toujours de 1,4 mois inférieur au nombre enregistré au mois de juillet. En décembre, en Colombie-Britannique, en Saskatchewan, au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse, le nombre de mois d'inventaire s'est accru par rapport aux niveaux atteints en novembre et il s'est replié comparativement au mois précédent en Alberta, au Manitoba, en Ontario et à l'Île-du-Prince-Édouard.

Au Canada, en décembre 2010, le prix moyen des maisons vendues était de 344 551 $ : une hausse de deux pourcent comparativement à pareille époque l'année dernière, et il se trouvait au même niveau que le prix moyen des logements vendus en octobre et novembre. Environ 60 p. 100 des marchés locaux ont enregistré des gains annuels en décembre. D'une année à l'autre, le prix moyen était moins élevé dans 30 p. 100 des marchés locaux et il est demeuré stable dans les autres.

Le prix moyen annuel des maisons vendues par le biais des systèmes MLS® canadiens a grimpé de 5,8 p .100 pour se hisser à 339 030 $. La hausse tient compte principalement des facteurs qui composent les marchés locaux résidentiels qui ont contribué au recul du prix moyen en 2009.

VOUS ÊTES PRIÉS DE NOTER que les renseignements que renferme le présent communiqué de presse comprennent à la fois les données sur les principaux marchés et sur les ventes MLS® réalisées à l'échelle nationale le mois précédent.

L'ACI tient à signaler que le prix moyen s'avère pratique pour déterminer les tendances au cours d'une période de temps, mais qu'il ne révèle pas les prix réels dans les centres regroupant des quartiers très différents, ni ne tient-il compte des différences de prix d'une région géographique à l'autre. Les renseignements statistiques que renferme la présente analyse comprennent toutes les catégories de logements.

Le système MLS® est un système de commercialisation coopératif exploité seulement par les chambres immobilières canadiennes aux fins d'assurer la diffusion maximum des propriétés à vendre.

L'Association canadienne de l'immeuble (ACI), l'une des plus importantes associations commerciales canadiennes à vocation unique, représente les intérêts de plus de 100 000 AGENTS IMMOBILIERS, qui relèvent de plus de 100 chambres et associations immobilières.

D'autres renseignements sont affichés au http://www.crea.ca/fr_public/news_stats/news_releases.htm.

SOURCE L'Association canadienne de l'immeuble

Renseignements :

Pierre Leduc, Relations avec les médias
L'Association canadienne de l'immeuble
No de tél. : 613-237-7111 ou 613-884-1460
Courriel: pleduc@crea.ca

Profil de l'entreprise

L'Association canadienne de l'immeuble

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.