L'annonce du premier ministre en matière de santé mentale ne permet pas de répondre aux besoins de la population la plus à risque au Canada: les Premières nations



    OTTAWA, le 31 août /CNW Telbec/ - Le chef national de l'Assemblée des
Premières Nations, Phil Fontaine, a affirmé aujourd'hui que l'annonce faite
par le premier ministre ne fait pas écho aux demandes des Premières nations,
qui réclament un programme complet visant à favoriser le bien-être
psychologique.
    "L'investissement dans la Commission canadienne de la santé mentale est
une bonne initiative pour les Canadiens ayant accès à des services de prise en
charge de la santé mentale, mais pour l'instant, les communautés des Premières
nations ne reçoivent pas l'aide nécessaire pour être en mesure d'offrir des
services de prévention et des traitements appropriés dans ce domaine
thérapeutique", a déclaré le chef national Phil Fontaine. "La participation
d'un commissaire des Premières nations et d'un Comité consultatif autochtone
sont des gestes positifs, mais sans pouvoir, argent ni obligation de rendre
directement des comptes aux Premières nations, il est peu probable que des
changements notables se produisent."
    La nouvelle Commission canadienne de la santé mentale repose sur les
recommandations du rapport de mai 2006 du Comité sénatorial permanent des
affaires sociales, des sciences et de la technologie, De l'ombre à la
lumière - La transformation des services concernant la santé mentale, la
maladie mentale et la toxicomanie au Canada. Dans le dernier budget fédéral,
un montant de 10 M$ sur deux ans a été réservé à la mise sur pied de la
Commission canadienne de la santé mentale, et un financement annuel
supplémentaire de 15 M$ a été promis dès 2009-2010.
    "Nous avons témoigné deux fois devant le Comité sénatorial et émis une
série de recommandations portant sur l'investissement dans la formation des
travailleurs communautaires en santé mentale, sur la mise en oeuvre de
programmes et de services fondés sur une démarche holistique et sur la
nécessité de débloquer immédiatement des ressources pour lutter contre les
dépendances qui affligent nos jeunes, comme celle au crystal meth", a fait
remarquer le chef national Fontaine. "Aucune de ces recommandations ne sera
mise en pratique par la Commission.
    "En outre, il est essentiel que la Commission doive rendre directement
des comptes aux gouvernements des Premières nations pour que ses actions aient
une incidence concrète sur nos collectivités; des recherches en matière de
santé démontrent en effet une corrélation directe entre le bien-être
psychologique et l'autodétermination des peuples des Premières nations. Si les
Premières nations n'ont ni rapport d'appartenance ni contrôle sur un programme
complet visant à favoriser le bien-être psychologique, tout nouvel
investissement ou initiative aura l'effet contraire à celui escompté."
    Le chef national Phil Fontaine a ajouté que certains spécialistes en
santé mentale avaient diagnostiqué de légers symptômes de syndrome de stress
post-traumatique chez des membres des Premières nations, résultat d'une vie
marquée par la pauvreté et la détresse. Par ailleurs, l'Enquête régionale
longitudinale sur la santé des Premières Nations de 2002-2003 a permis de
démontrer que 31 % des adultes des Premières nations ont déjà tenté de mettre
fin à leurs jours. Au sein des Premières nations, plus d'un jeune sur quatre a
déclaré s'être senti triste, mélancolique ou déprimé pendant deux semaines
consécutives au cours de l'année précédente.
    "Les clients recevant un diagnostic de SAF/EAF ou de maladie mentale sont
beaucoup plus nombreux qu'auparavant au sein des collectivités des Premières
nations. La plupart de ces collectivités ne disposent actuellement d'aucun
centre de traitement et reçoivent un financement limité, et on s'attend à ce
qu'elles puissent répondre aux besoins spécifiques de ces clients dans ce
contexte", a déploré le chef national Phil Fontaine.
    Comme nous avons déjà écrit au ministre fédéral de la Santé, Tony
Clement, à ce sujet et que n'avons reçu aucune réponse, nous continuerons à
mener des initiatives conjointes pour résoudre ces problèmes.




Renseignements :

Renseignements: Bryan Hendry, directeur intérimaire des communications,
(613) 241-6789, poste 229, cell.: (613) 293-6106, bhendry@afn.ca; Karyn
Pugliese, Health Communications, (613) 241-6789, poste 210, cell.: (613)
292-1877, kpugliese@afn.ca; Rene Pollett, spécialiste des communications,
(613) 241-6789, poste 314, cell.: (613) 295-2149, rpollett@afn.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.