Des infirmières victimes d'une attaque à l'hôpital Hôtel-Dieu Grace: les mesures de sécurité sont toujours insuffisantes



    TORONTO, le 22 août /CNW/ - Trois infirmières autorisées ont été blessées
par un patient de l'unité de psychiatrie de l'hôpital Hôtel-Dieu Grace, ce qui
fait ressortir encore une fois le sérieux manque d'engagement de la direction
de l'hôpital envers la sécurité de son personnel.
    L'attaque a eu lieu le 18 août à l'unité de psychiatrie de l'hôpital, où
était déjà survenu un grave incident de violence. Les mesures de sécurité
supplémentaires prises il y a cinq ans avaient été levées, ce qui faisait
augmenter les risques d'incident pour les infirmières autorisées en service.
De plus, il y avait une pénurie de personnel infirmier, et les infirmières
avaient demandé qu'on appelle une suppléante, ce qu'a refusé la direction.
    "C'est épouvantable d'apprendre qu'un autre cas de violence envers les
infirmières a eu lieu à l'Hôtel-Dieu Grace", affirme la présidente de
l'Association des infirmières et infirmiers de l'Ontario (AIIO), Linda
Haslam-Stroud. "Il n'y a aucune excuse pour laisser les infirmières travailler
dans des conditions aussi dangereuses, surtout que ce n'est pas la première
fois que de tels problèmes surviennent dans cet hôpital et cette unité."
    Un patient - reconnu pour être violent - a projeté l'une des infirmières
au sol et lui a arraché les cheveux en plusieurs endroits. Une deuxième
infirmière, qui combat toujours les effets à long terme d'une agression dont
elle a été victime dans cette même unité, a déclenché son système d'alarme
personnel et a tenté vainement d'éloigner le patient de sa collègue. Une
troisième infirmière, ayant accouru pour aider ses collègues, a subi des
lésions des tissus mous du bras. Finalement, une quatrième infirmière arrivée
sur les lieux a réussi à mettre fin aux actes de violence.
    "Depuis un certain temps, les infirmières sont préoccupées par les
problèmes de personnel et les pratiques de la direction de l'hôpital, qui
cherche à réaliser des économies en ne remplaçant pas la première infirmière
en congé de maladie", ajoute Mme Haslam-Stroud. "Nos membres consignent des
preuves concernant les problèmes de charge de travail. L'AIIO a maintenant
présenté un grief - auquel s'est déjà opposée la direction de l'hôpital - et a
demandé au ministre du Travail de mener une enquête sur cet incident. Mais la
solution à cette situation est entre les mains de la direction. Les dirigeants
doivent prendre plus au sérieux les mesures de sécurité du personnel. S'ils
n'ont pas été convaincus de cette nécessité par le meurtre de Lori Dupont, par
quoi le seront-ils?"

    L'AIIO est le syndicat qui représente 53 000 infirmières et infirmiers
autorisés et membres des professions paramédicales qui travaillent en milieu
hospitalier, dans les établissements de soins de longue durée, en santé
publique, dans les organismes communautaires et en entreprise sur tout le
territoire de l'Ontario.





Renseignements :

Renseignements: Association des infirmières et infirmiers de l'Ontario,
Sheree Bond, (416) 964-8833, poste 2430, Cellulaire: (416) 986-8240

Profil de l'entreprise

Association des infirmiers et des infirmières de l'Ontario

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.