BCE annonce ses résultats du deuxième trimestre de 2007



    
    - Solide performance des activations brutes de services sans fil et
      croissance continue du PMU
    - Reconquêtes de clients en hausse; pertes de SAR stables
    - Croissance soutenue du BAIIA de Bell; améliorations de la productivité
    - BPA de 0,83 $; de 0,56 $ avant éléments exceptionnels
    - Bénéfice net de 667 millions $; de 445 millions $ avant éléments
      exceptionnels

    Le présent communiqué contient des déclarations prospectives. Pour une
    description des facteurs de risque et des hypothèses connexes, veuillez
    consulter la section intitulée "Mise en garde concernant les déclarations
    prospectives" plus loin dans le communiqué. Le présent communiqué
    devrait être lu en parallèle avec le rapport de gestion du deuxième
    trimestre de 2007 de BCE Inc. daté du 31 juillet 2007 (disponible à
    http://www.bce.ca/data/documents/reports/fr/2007/q2/2007q2-sr-fr.pdf )
    qui est intégré par renvoi au présent communiqué, déposé par BCE Inc.
    auprès de la Securities and Exchange Commission des Etats-Unis, sur
    formule 6-K, et auprès des commissions canadiennes des valeurs
    mobilières.
    

    MONTREAL, Québec, le 1er août /CNW Telbec/ - La concentration de Bell
Canada sur la rentabilité aussi bien dans le secteur Services sur fil que dans
le secteur Services sans fil a entraîné une croissance soutenue du BAIIA,
selon les résultats du deuxième trimestre de 2007 annoncés aujourd'hui par BCE
Inc. (TSX, NYSE : BCE), la plus grande entreprise de communications du Canada.
    BCE a atteint deux objectifs importants au deuxième trimestre, soit la
conclusion de son examen des options stratégiques et la poursuite de
l'exécution de son plan d'affaires, avec un accent particulier sur
l'amélioration du secteur Services sans fil, selon Michael Sabia, chef de la
direction de Bell Canada.
    "Nous avons conclu notre examen des options stratégiques avec la
signature d'une entente définitive visant la transformation de BCE en société
fermée par un groupe d'investisseurs dirigé par Teachers' Private Capital,
Providence Equity Partners Inc. et Madison Dearborn Partners, LLC. La
transaction est évaluée à 51,7 milliards $ et offre aux porteurs d'actions
ordinaires de BCE 42,75 $ par action, soit une prime de 40 % par rapport au
cours moyen non perturbé de l'action au premier trimestre de 2007", a dit
M. Sabia.
    "Par ailleurs, notre secteur du sans-fil a connu un regain après deux
trimestres difficiles, avec une solide performance des activations brutes, a
indiqué M. Sabia. Avec une abstention de réglementation prévue pour bientôt
dans plusieurs de nos marchés clés, une amélioration de notre secteur du
sur-fil et l'introduction du Forfait de Bell, l'entreprise entreprend le
deuxième semestre de l'année sur des bases solides."
    Dans le secteur Services sans fil(1) de Bell, le nombre d'activations
brutes a été de 389 000 pour le trimestre, une hausse de 6,0 % par rapport à
la même période l'an dernier, et le meilleur résultat jamais enregistré pour
un deuxième trimestre. Les activations nettes pour le trimestre ont été de
63 000, une importante augmentation par rapport aux 13 000 enregistrées au
premier trimestre de cette année. Toutefois, en raison d'un taux de
désabonnement plus élevé, les activations nettes ont été inférieures aux
97 000 enregistrées au deuxième trimestre de 2006. Les produits d'exploitation
du réseau sans fil ont augmenté de 8,9 % en raison de la croissance du nombre
d'abonnés et d'une hausse de 3 $ du PMU. Le BAIIA du sans-fil a augmenté de
14,9 % pour se situer à 401 millions $, avec contribution de 69 % au BAIIA.
Les marges du BAIIA sur les produits d'exploitation du réseau ont augmenté,
atteignant 43,6 %.
    "Nous sommes satisfaits des progrès accomplis dans le secteur du sans-fil
au deuxième trimestre, a déclaré George Cope, président et chef de
l'exploitation de Bell Canada. Nous avons réussi à relancer la croissance de
notre clientèle tout en enregistrant une solide croissance du PMU et du BAIIA.
Pour l'avenir, nous devons maintenir l'élan de nos canaux de vente, continuer
d'améliorer notre gamme de téléphones, promouvoir notre marque SOLO et
renouveler nos efforts pour réduire les désabonnements.
    "Nous sommes également encouragés par le maintien d'une solide
performance des services sur fil par rapport à notre plan d'affaires, a
affirmé M. Cope. Nous avons eu un autre trimestre avec moins de pertes de SAR
que l'année précédente, une bonne croissance des produits d'exploitation des
services vidéo et Internet haute vitesse, ainsi que des niveaux soutenus de
réduction des coûts grâce aux efforts axés sur la rentabilité dans toutes nos
unités."
    L'unité Services résidentiels de Bell a connu un solide trimestre pour
les reconquêtes de clients, qui se sont accélérées par suite de
l'établissement par le gouvernement canadien, au début d'avril, de nouveaux
critères relatifs à l'abstention de réglementation des services locaux et de
l'élimination des restrictions visant les reconquêtes de clients. Les pertes
de lignes d'accès local (SAR) de Bell ont fléchi pour le deuxième trimestre de
suite, grâce à une atténuation des pertes de lignes locales des unités
Services résidentiels et PME et à une demande plus élevée du marché de gros.
L'entreprise s'attend à ce que ses pertes de lignes d'accès local
résidentielles continuent de se stabiliser pendant le reste de 2007, une fois
que des décisions réglementaires positives auront été rendues touchant ses
demandes d'abstention de réglementation. Certaines de ces décisions pourraient
être rendues dès août 2007 et donneront à Bell une flexibilité qui lui
permettra notamment de grouper, d'offrir en forfait et de tarifer ses services
téléphoniques locaux avec d'autres services non réglementés, dans ses
principaux marchés.
    Les produits d'exploitation des services Internet haute vitesse
résidentiels de Bell se sont accrus au deuxième trimestre grâce à une
clientèle croissante et à des initiatives de tarification. Des hausses du PMU
ont permis une croissance de 12,6 % des produits d'exploitation des services
vidéo ce trimestre. L'unité PME de Bell a enregistré une hausse des produits
d'exploitation de ses solutions SVA/CI virtuel, ainsi que des produits
d'exploitation plus élevés provenant des services IP-large bande et Internet
haute vitesse. L'unité Grandes entreprises a accru ses produits d'exploitation
des services IP-large bande tout en continuant de gérer le rythme des
migrations de clients vers la technologie IP, et a également pu continuer
d'améliorer ses marges sur les contrats de clients gagnés. Toutefois, les
ventes de matériel de TIC ont fléchi pour le trimestre, l'entreprise n'ayant
pas poursuivi certaines opportunités à faible marge.
    Bell a diminué ses coûts de 122 millions $ au deuxième trimestre dans
l'ensemble de ses secteurs Services sur fil et Services sans fil, maintenant
ainsi son engagement envers la réduction des coûts.

    Faits saillants financiers

    Les produits d'exploitation de Bell ont été de 3 648 millions $ pour le
trimestre, en hausse de 1,4 % par rapport au deuxième trimestre de 2006. Les
produits d'exploitation de BCE se sont accrus de 1,5 %, atteignant
4 438 millions $, en raison de produits d'exploitation plus élevés chez Bell,
Bell Aliant et Télésat.
    Le bénéfice d'exploitation de Bell a été de 681 millions $, en baisse de
1,0 % par rapport à la même période un an plus tôt, une augmentation de
l'amortissement et des frais de restructuration ayant contrebalancé la hausse
du BAIIA(2). Le bénéfice d'exploitation de BCE a augmenté de 0,4 %, se situant
à 898 millions $, grâce à une hausse du BAIIA qui a contrebalancé une
augmentation de l'amortissement et des frais de restructuration.
    Le BAIIA de Bell a progressé de 3,2 %, se situant à 1 398 millions $,
grâce à une croissance du PMU, à une réduction des coûts et à une diminution
de la charge de retraite, ce qui a plus que contrebalancé l'érosion continue
des services voix et données traditionnels, à marges plus élevées. Le BAIIA de
BCE a progressé de 2,5 %, atteignant 1 777 millions $ pour le trimestre, grâce
à la croissance du BAIIA à Bell et à Télésat.
    BCE a déclaré des flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation de
1 414 millions $ pour le trimestre, soit 8,6 % de plus que l'année précédente.
Les flux de trésorerie disponibles(3) au deuxième trimestre ont été de
236 millions $, comparativement à 66 millions $ un an plus tôt, en raison
d'une hausse des flux de trésorerie liés aux activités d'exploitation et d'une
baisse des dépenses en immobilisations, partiellement contrebalancées par une
augmentation des dividendes versés par Bell Aliant.
    Le bénéfice net par action (BPA) de BCE a été de 0,83 $ pour le
trimestre, comparativement à 0,53 $ pour la même période l'année précédente.
Cette hausse est reliée à un gain provenant de la vente par Bell Aliant
d'Aliant Directory Services (ADS), à un règlement fiscal favorable et à une
baisse du nombre d'actions ordinaires en circulation de BCE, partiellement
contrebalancés par une hausse des frais de restructuration et autres frais.
    Le BPA avant frais de restructuration et autres éléments, gains nets sur
placements et coûts engagés pour créer Bell Aliant(4), chiffre utilisé aux
fins de l'orientation financière, a été de 0,56 $ pour le trimestre,
comparativement à 0,54 $ pour la même période un an plus tôt, ce qui
s'explique par la baisse du nombre d'actions ordinaires en circulation de BCE.

    Faits saillants de l'exploitation

    Bell a lancé, au deuxième trimestre, le Forfait de Bell, offrant aux
clients résidentiels des économies sur chacun des services d'un ensemble de
deux ou plus parmi les suivants : interurbain, Internet, vidéo et sans-fil.
Environ deux tiers des ventes du Forfait au cours du trimestre ont entraîné la
vente d'un nouveau produit et pratiquement toutes les ventes du Forfait ont
entraîné soit la vente d'un nouveau produit, soit le passage à un produit de
catégorie supérieure.
    Les niveaux de service à la clientèle ont continué de s'améliorer au
deuxième trimestre. La résolution au premier appel dans les centres d'appels
(marchés consommateurs) s'est accrue de 4,2 points de pourcentage par rapport
à la même période l'an dernier, atteignant 78,7 %. Les taux de rendez-vous
manqués pour les installations et réparations de services sur fil se sont
améliorés de 7 % et de 25 % respectivement, tandis que les délais de
réparation du service Internet haute vitesse résidentiel se sont améliorés de
près de 50 %. La qualité du réseau a continué de s'améliorer pour les clients
du sans-fil. Par ailleurs, Bell a ouvert neuf magasins de l'entreprise et a
ajouté 36 emplacements de partenaires détaillants. Comparativement à la fin du
deuxième trimestre de 2006, Bell a accru de 30 % le nombre de ses magasins de
l'entreprise et de 8,4 % le nombre de ses emplacements de partenaires
détaillants.

    Secteur Services sur fil de Bell

    Le secteur Services sur fil de Bell a continué de performer conformément
au plan, enregistrant un nombre record de reconquêtes de clients qui a
contribué à un deuxième trimestre consécutif de réduction des pertes de lignes
d'accès local (SAR) par rapport à l'année précédente, une première depuis le
lancement de services concurrents par les câblodistributeurs.

    - Les produits d'exploitation des Services sur fil de Bell ont diminué de
    0,8 %, se situant à 2 654 millions $ pour le trimestre, car les gains
    des produits d'exploitation des services vidéo, des services Internet
    haute vitesse, des services IP-large bande et des solutions SVA/CI
    virtuel ont été plus que contrebalancés par l'érosion des produits
    d'exploitation des services traditionnels et une baisse des ventes de
    solutions de TIC.
    - Le bénéfice d'exploitation des Services sur fil de Bell a diminué de
    13,1 %, s'établissant à 390 millions $, malgré un BAIIA relativement
    stable, en raison d'une hausse de l'amortissement et des frais de
    restructuration et autres frais.
    - Le BAIIA des Services sur fil de Bell a diminué de 0,8 %, se situant à
    997 millions $, l'érosion continue de notre clientèle des SAR
    résidentiels ayant été en grande partie contrebalancée par des
    initiatives de tarification, des réductions de coûts et une baisse de
    la charge de retraite.
    - Les produits d'exploitation des services locaux et d'accès ont fléchi
    de 3,7 % pour se situer à 910 millions $, en raison surtout de la perte
    de SAR et de fonctions de ligne connexes aux mains des
    câblodistributeurs. Avec des diminutions des produits d'exploitation
    des services locaux et d'accès de 7,8 % au troisième trimestre de 2006,
    de 6,0 % au quatrième trimestre de 2006 et de 5,3 % au premier
    trimestre de 2007, le repli de 3,7 % enregistré ce trimestre représente
    la troisième réduction trimestrielle consécutive du taux d'érosion des
    produits d'exploitation.
    - Le secteur Services sur fil de Bell a enregistré des pertes moindres
    dans son unité Services résidentiels grâce au meilleur trimestre à ce
    jour au chapitre des reconquêtes de clients, ainsi qu'une demande
    accrue du marché de gros et une atténuation des pertes dans l'unité
    PME. Le nombre de SAR a fléchi de 114 000 pour le trimestre, une
    amélioration par rapport à la perte de 129 000  au deuxième trimestre
    de 2006.
    - Les produits d'exploitation des services interurbains ont diminué de
    8,6 % par rapport à l'année précédente, se situant à 307 millions $, en
    raison de l'érosion continue des SAR et d'effets liés à la substitution
    des services. Toutefois, le taux de diminution des produits
    d'exploitation de l'interurbain continue d'afficher une amélioration
    soutenue grâce à diverses initiatives de tarification.
    - Les produits d'exploitation des services de données ont augmenté de
    0,3 % pour le trimestre, atteignant 880 millions $, grâce à une
    croissance des produits d'exploitation des services Internet, à des
    produits d'exploitation plus élevés des services IP-large bande et à
    des ventes accrues de solutions SVA/CI virtuel à la clientèle des PME,
    facteurs partiellement contrebalancés par une poursuite de l'érosion
    des services de données traditionnels et une baisse des ventes de
    matériel de TIC aux grandes entreprises.
    - Le programme de déploiement de la fibre jusqu'au voisinage s'est
    poursuivi, le nombre de noeuds de réseau maintenant déployés se situant
    à 4 227, soit une hausse de 435 pour le trimestre.

    Services Internet haute vitesse

    Les services Internet haute vitesse ont bien performé au deuxième
trimestre avec une solide croissance des produits d'exploitation provenant des
abonnés et du portail, Bell étant demeurée le principal fournisseur de
services Internet au Canada.

    - Le nombre total d'abonnés a progressé de 9,7 % pour atteindre
    1 959 000.
    - Les ajouts nets de 29 000 abonnés étaient en hausse de 16,0 % par
    rapport au deuxième trimestre de 2006, grâce au succès de nos forfaits,
    à l'exécution de nos canaux de distribution de détail et aux faibles
    niveaux des désabonnements.
    - Les produits d'exploitation tirés de notre portail ont augmenté de
    23 %.
    - Sympatico/MSN a accueilli 19,7 millions de visiteurs uniques au cours
    du trimestre, une hausse de 7,1 % par rapport à l'an dernier.
    - Sympatico/MSN a également compté 79 millions de lectures vidéo en
    continu, soit un nombre trois fois plus élevé que l'année précédente.
    - Nous avons lancé la Solution Internet de Bell pour entrepreneurs à
    domicile, une gamme de produits et services Internet pour les personnes
    qui travaillent à domicile.

    Services vidéo

    L'unité Services vidéo de Bell a affiché une solide performance
financière au deuxième trimestre grâce à une hausse du PMU résultant des
hausses de tarifs mises en oeuvre au cours de l'année écoulée, des
surclassements de forfaits et des produits d'exploitation plus élevés de la
télé à la carte. Le nombre d'abonnés, toutefois, a diminué au cours du
trimestre, en raison principalement d'un niveau supérieur à la normale de
désactivations de comptes en défaut de paiement, par suite d'efforts accrus
axés sur la perception des comptes débiteurs et les flux de trésorerie. Bell
demeure le chef de file des fournisseurs de télévision numérique et HD au
Canada.

    - Les produits d'exploitation ont augmenté de 12,6 %, atteignant
    322 millions $ pour le trimestre.
    - Le PMU s'est accru de 4 $ pour atteindre 58 $.
    - Le BAIIA a progressé de 21,4 %, se situant à 68 millions $, avec des
    marges du BAIIA de 21,1 %.
    - A la fin du trimestre, les services vidéo comptaient 1 817 000 abonnés,
    soit 7 000 de moins qu'à la fin du premier trimestre, mais 3,4 % de
    plus qu'à la fin du deuxième trimestre de 2006.
    - Le nombre d'abonnés des services vidéo a diminué de 7 000 au cours du
    trimestre en raison de la désactivation de 8 000 comptes en défaut de
    paiement, d'une faiblesse continue des canaux indépendants de vente au
    détail et d'un taux de désabonnement plus élevé.
    - Le taux de désabonnement s'est accru, se situant à 1,3 %.

    Secteur Services sans fil de Bell

    Le secteur Services sans fil de Bell a connu une importante amélioration
des ajouts bruts et nets comparativement au premier trimestre et a continué de
produire des résultats financiers soutenus.

    - Les produits d'exploitation des Services sans fil de Bell se sont
    accrus de 7,4 %, atteignant 1 006 millions $, grâce à un PMU plus élevé
    et à un accroissement de la clientèle, partiellement contrebalancés par
    une baisse des produits d'exploitation tirés de l'équipement. Les
    produits d'exploitation du réseau sans fil ont augmenté de 8,9 %.
    - Le bénéfice d'exploitation a augmenté de 21,8 % pour atteindre
    291 millions $, grâce à des produits d'exploitation plus élevés.
    - Le BAIIA s'est accru de 14,9 % pour atteindre 401 millions $, avec
    contribution de 69 % au BAIIA. Les marges du BAIIA sur les produits
    d'exploitation du réseau ont été de 43,6 %, une hausse de 2,3 points
    de pourcentage.
    - Le PMU pondéré a augmenté de 3 $, atteignant 54 $. Une croissance des
    produits d'exploitation des services de données sans fil a contribué à
    cette hausse.
    - Le taux de désabonnement pondéré de 1,8 % a été de 0,2 point de
    pourcentage supérieur à celui du deuxième trimestre de 2006, reflétant
    un taux de désabonnement des services postpayés de 1,4 %, une hausse de
    0,3 point de pourcentage due à l'incidence de la transférabilité des
    numéros locaux sans fil et à une politique plus stricte visant les
    surclassements. Le taux de désabonnement des services prépayés a
    légèrement fléchi, se situant à 3,1 %.
    - Le nombre d'abonnés du secteur Services sans fil de Bell a atteint
    5 884 000, une hausse de 4,8 %.
    - Le meilleur deuxième trimestre à ce jour a été enregistré pour le total
    des activations brutes, soit 389 000, une hausse de 6,0 % par rapport à
    l'an dernier attribuable à une augmentation des activations de services
    prépayés. Les activations de services postpayés se sont améliorées
    sensiblement par rapport aux niveaux du premier trimestre, mais ont été
    de 6,2 % inférieures à celles du deuxième trimestre de 2006.
    - Le total des activations nettes a été de 63 000 pour le trimestre, une
    importante hausse par rapport aux 13 000 enregistrées au premier
    trimestre, les ventes s'étant renforcées de mois en mois au cours du
    trimestre.
    - La superposition Rev. A a maintenant été effectuée sur l'ensemble du
    réseau sans fil évolution à données optimisées (EVDO) de Bell, dont
    l'étendue couvre environ 68 % de la population canadienne. La
    superposition Rev. A permet des vitesses de pointe de téléchargement de
    plus de 3 Mbit/s en aval et de 1,8 Mbit/s en amont. Des tests de
    téléchargement en amont ont démontré que le réseau EVDO Rev. A est deux
    fois plus rapide que les réseaux HSDPA (High Speed Downlink Packet
    Access).
    - Les émissions de musique sans annonces publicitaires du service SIRIUS
    Radio Satellite sont maintenant offertes exclusivement sur les
    téléphones multimédias de Bell Mobilité.

    Bell Aliant Communications régionales

    Les produits d'exploitation de Bell Aliant ont été de 826 millions $ au
deuxième trimestre, en hausse de 1,3 % par rapport au deuxième trimestre de
2006, grâce à une croissance des services Internet et de technologies de
l'information qui a contrebalancé des baisses des services voix et données
traditionnels. Le bénéfice d'exploitation a augmenté de 5,8 % pour atteindre
183 millions $, en raison d'une hausse des produits d'exploitation, d'une
baisse de l'amortissement et d'une diminution des frais de restructuration.

    Télésat

    Les produits d'exploitation de Télésat se sont accrus de 34 % pour
atteindre 161 millions $ au deuxième trimestre, grâce aux produits tirés d'une
vente non récurrente de capacité de satellite et du récent lancement du
satellite Anik F3, qui est devenu opérationnel le 1er mai. Le bénéfice
d'exploitation a été de 60 millions $, en hausse de 54 % en raison de produits
d'exploitation plus élevés, partiellement contrebalancés par une hausse des
charges d'exploitation.

    Offre publique de rachat dans le cours normal des activités

    Aucun rachat d'actions ordinaires n'a été effectué, au deuxième trimestre
de 2007, en vertu du programme d'offre publique de rachat dans le cours normal
des activités, car le programme a été suspendu en attendant que l'entreprise
termine l'examen de ses options stratégiques. Bien que BCE ait terminé cet
examen et ait conclu une entente définitive visant l'acquisition de
l'entreprise, les rachats d'actions en vertu du programme demeurent suspendus.

    Perspectives

    Veuillez consulter la section intitulée "Mise en garde concernant les
déclarations prospectives" plus loin dans le présent communiqué pour voir un
exposé concernant les facteurs de risque importants susceptibles d'influer sur
notre orientation de 2007, ainsi que les hypothèses importantes qui sont à la
base de cette orientation.

    -------------------------------------------------------------------------
    Orientation 2007
    (chiffres estimatifs)(i)
    -------------------------------------------------------------------------
    Bell
    -------------------------------------------------------------------------
    Croissance des produits d'exploitation                       3 % - 5 %
    -------------------------------------------------------------------------
    Croissance du BAIIA                                          4 % - 6 %
    -------------------------------------------------------------------------
    Intensité du capital                                       16 % - 17 %
    -------------------------------------------------------------------------
    BCE Inc.
    -------------------------------------------------------------------------
    Croissance du BPA(ii)                                        4 % - 7 %
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie disponibles                         700 M$ - 900 M$
    -------------------------------------------------------------------------

    BCE a confirmé l'orientation financière de 2007 ci-dessus. Toutefois,
    comme il a été indiqué précédemment, elle s'attend à atteindre
    l'extrémité inférieure de l'intervalle de l'orientation pour la
    croissance des produits d'exploitation et du BAIIA.

    (i)  L'orientation financière de 2007 de Bell pour les produits
    d'exploitation, le BAIIA et l'intensité du capital exclut Bell
    Aliant.
    (ii) Avant frais de restructuration et autres éléments, gains nets sur
    placements et coûts engagés pour créer Bell Aliant.


    Notes

    L'information contenue dans le présent communiqué est non vérifiée.

    (1) Conformément aux pratiques de l'industrie nord-américaine, le nombre
    total d'activations brutes, d'activations nettes et d'abonnés des
    services sans fil inclut 100 % des abonnés de Virgin Mobile. Le PMU,
    le taux de désabonnement, l'utilisation par abonné et le coût
    d'acquisition de clientèle des services sans fil continuent d'être
    calculés en incluant 50 % des résultats de Virgin Mobile, un niveau
    correspondant à la participation de Bell dans cette entreprise.

    (2) Le terme BAIIA n'a pas de définition normalisée en vertu des PCGR du
    Canada. Il est donc peu probable qu'il puisse être comparé avec des
    mesures similaires présentées par d'autres sociétés. Nous définissons
    le BAIIA (bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement) comme les
    produits d'exploitation moins les charges d'exploitation, c'est-à-
    dire qu'il représente le bénéfice d'exploitation avant
    l'amortissement et les frais de restructuration et autres éléments.

    Nous utilisons le BAIIA, entre autres mesures, pour évaluer le
    rendement d'exploitation de nos activités permanentes, avant
    l'incidence de l'amortissement et des frais de restructuration et
    autres éléments. Nous excluons ces éléments parce qu'ils ont une
    influence sur la comparabilité de nos résultats financiers et peuvent
    éventuellement donner une représentation fausse de l'analyse des
    tendances en matière de rendement de l'exploitation. Nous excluons
    l'amortissement étant donné qu'il est largement fonction des méthodes
    comptables et des hypothèses utilisées par une société, ainsi que de
    facteurs hors exploitation comme le coût historique des
    immobilisations. Le fait d'exclure les frais de restructuration et
    autres éléments ne veut pas dire qu'ils sont nécessairement non
    récurrents.

    Le BAIIA nous permet de comparer notre rendement d'exploitation de
    manière constante. Nous estimons que certains investisseurs et
    analystes utilisent le BAIIA pour évaluer la capacité d'une société
    d'assurer le service de sa dette et de satisfaire à d'autres
    obligations de paiement, et qu'il constitue une mesure courante
    servant à évaluer les entreprises dans l'industrie des
    télécommunications.

    La mesure financière selon les PCGR du Canada la plus comparable est
    le bénéfice d'exploitation. Veuillez vous reporter à la section
    intitulée "Mesures financières non définies par les PCGR" du rapport
    de gestion du deuxième trimestre de 2007 de BCE, qui est intégrée par
    renvoi au présent communiqué, pour un rapprochement du BAIIA avec le
    bénéfice d'exploitation. Pour 2007, nous prévoyons une croissance du
    bénéfice d'exploitation se situant entre 8 % et 10 % pour Bell
    Canada, excluant Bell Aliant.

    (3) Le terme flux de trésorerie disponibles n'a pas de définition
    normalisée en vertu des PCGR du Canada. Il est donc peu probable
    qu'il puisse être comparé avec des mesures similaires présentées par
    d'autres sociétés. Nous le définissons comme les flux de trésorerie
    liés aux activités d'exploitation, après les dépenses en
    immobilisations, le total des dividendes et les autres activités
    d'investissement. Nous considérons les flux de trésorerie disponibles
    comme un important indicateur de la solidité financière et du
    rendement de nos activités, car ils révèlent le montant des fonds
    disponibles pour rembourser la dette et réinvestir dans notre
    société. Nous présentons les flux de trésorerie disponibles de
    manière constante d'une période à l'autre, ce qui permet de comparer
    notre rendement financier de manière constante. Nous estimons que
    certains investisseurs et analystes utilisent également les flux de
    trésorerie disponibles pour évaluer une entreprise et ses actifs
    sous-jacents. Les flux de trésorerie liés aux activités
    d'exploitation sont la mesure financière selon les PCGR du Canada la
    plus comparable. Veuillez vous reporter à la section intitulée
    "Mesures financières non définies par les PCGR" du rapport de gestion
    du deuxième trimestre de 2007 de BCE, qui est intégrée par renvoi au
    présent communiqué, pour un rapprochement des flux de trésorerie
    disponibles avec les flux de trésorerie liés aux activités
    d'exploitation. Pour 2007, BCE s'attend à dégager des flux de
    trésorerie disponibles de l'ordre de 700 millions $ à 900 millions $.
    Ce montant tient compte de flux de trésorerie liés aux activités
    d'exploitation prévus d'environ 5,6 à 5,8 milliards $, moins les
    dépenses en immobilisations, le total des dividendes et les autres
    activités d'investissement.

    (4) Le terme bénéfice net (ou BPA) avant frais de restructuration et
    autres éléments, gains nets sur placements et coûts engagés pour
    créer Bell Aliant n'a pas de signification normalisée en vertu des
    PCGR du Canada. Il est donc peu probable qu'il puisse être comparé
    avec des mesures similaires présentées par d'autres sociétés.

    Nous utilisons le bénéfice net (ou le BPA) avant frais de
    restructuration et autres éléments, gains nets sur placements et
    coûts engagés pour créer Bell Aliant, entre autres mesures, pour
    évaluer le rendement d'exploitation de nos activités permanentes,
    avant l'incidence après impôts des frais de restructuration et
    autres éléments, des gains nets sur placements et des coûts engagés
    pour créer Bell Aliant. Nous excluons ces éléments parce qu'ils ont
    une influence sur la comparabilité de nos résultats financiers et
    peuvent éventuellement donner une représentation fausse de l'analyse
    des tendances en matière de rendement de l'exploitation. Le fait
    d'exclure ces éléments ne veut pas dire qu'ils sont nécessairement
    non récurrents.

    La mesure financière selon les PCGR du Canada la plus comparable est
    le bénéfice net attribuable aux actions ordinaires. Veuillez vous
    reporter à la section intitulée "Mesures financières non définies
    par les PCGR" du rapport de gestion du deuxième trimestre de 2007 de
    BCE, qui est intégrée par renvoi au présent communiqué, pour un
    rapprochement du bénéfice net avant frais de restructuration et
    autres éléments, gains nets sur placements et coûts engagés pour
    créer Bell Aliant avec le bénéfice net attribuable aux actions
    ordinaires (total et par action).

    Conférence téléphonique à l'intention des analystes financiers

    BCE tiendra une conférence téléphonique à l'intention des analystes
financiers afin de traiter de ses résultats du deuxième trimestre le mercredi
1er août 2007, à 8 h (heure de l'Est). Les journalistes sont invités à y
assister à titre d'auditeurs seulement.
    Pour participer, composez le 416 641-6105 ou le numéro sans frais 1 866
696-5895 peu de temps avant le début de la conférence. Une reprise sera
disponible pendant une semaine, au 416 695-5800 ou au 1 800 408-3053 (composez
le code d'identification 3230467#). La conférence téléphonique fera également
l'objet d'une webdiffusion en direct et sera archivée pendant 90 jours sur le
site Web de BCE à l'adresse
http://www.bce.ca/fr/investors/investorevents/quarterlyresults/index.php. Le
fichier MP3 sera également disponible pour téléchargement sur cette page peu
de temps après la conférence.

    Conférence téléphonique à l'intention des médias

    BCE tiendra également une conférence téléphonique à l'intention des
médias afin de traiter de ses résultats du deuxième trimestre le mercredi 1er
août 2007, à 13 h 30 (heure de l'Est).
    Pour participer, composez le 514 861-0443 ou le 1 866 542-4238 peu de
temps avant le début de la conférence. Une reprise sera disponible pendant une
semaine. Pour accéder à la reprise, composez le 514 861-2272 ou le 1 800
408-3053 (composez le code d'identification 3230859#).
    Pour vous inscrire à un fil RSS permettant de recevoir les nouvelles et
l'information financière de BCE, cliquez sur le lien suivant :
http://www.bce.ca/en/news/rss/index.php.

    Mise en garde concernant les déclarations prospectives

    Certaines déclarations contenues dans le présent communiqué, y compris,
mais sans s'y limiter, celles figurant à la rubrique "Perspectives" et
d'autres déclarations qui ne sont pas des faits historiques, sont des
déclarations prospectives et sont assujetties à d'importants risques,
incertitudes et hypothèses.
    Les résultats ou événements dont il est question dans ces déclarations
prospectives pourraient différer sensiblement des résultats ou événements
réels. En conséquence, vous êtes mis en garde contre le risque d'accorder une
crédibilité excessive à ces déclarations prospectives. Les déclarations
prospectives contenues dans le présent communiqué de presse reflètent les
attentes de BCE Inc., de Bell Canada et de leurs filiales, coentreprises et
compagnies associées respectives (collectivement, nous, notre, nos ou BCE) en
date du 1er août 2007 et, par conséquent, peuvent changer après cette date.
Toutefois, nous n'avons ni l'intention ni l'obligation de mettre à jour ou de
réviser l'une ou l'autre des déclarations prospectives, que ce soit à la
lumière de nouvelles informations, d'événements futurs ou autrement. Sauf
indication contraire de BCE, ces déclarations ne tiennent pas compte de
l'effet potentiel d'éventuels éléments non récurrents ou d'autres éléments
exceptionnels ni des cessions, monétisations, fusions, acquisitions,
regroupements d'entreprises ou autres transactions qui pourraient être
annoncés ou survenir après la date des présentes.

    Hypothèses importantes

    Un certain nombre d'hypothèses relatives à l'économie et aux marchés du
Canada ont été faites par BCE aux fins des déclarations prospectives à l'égard
de 2007 contenues dans le présent communiqué, notamment, mais sans s'y
limiter, les hypothèses suivantes : (i) une croissance du PIB canadien en 2007
essentiellement équivalente à celle de 2006, en accord avec les estimations du
Conference Board du Canada, (ii) une augmentation du taux préférentiel de la
Banque du Canada par rapport au niveau de la fin de l'année 2006 et une
diminution de l'indice des prix à la consommation estimé par Statistique
Canada par rapport au niveau de la fin de l'année 2006, (iii) une croissance
des produits d'exploitation de l'ensemble du marché des télécommunications au
Canada en 2007 équivalente à la croissance du PIB canadien, (iv) une poursuite
en 2007 de la baisse des produits d'exploitation du marché des services de
télécommunications vocaux résidentiels sur fil au Canada en raison de la
substitution de services sans fil aux services sur fil, de la concurrence et
d'autres facteurs, y compris Internet, (v) une poursuite en 2007 de la
concurrence intense dans les services sur fil au Canada, aussi bien dans le
marché d'affaires que dans le marché résidentiel, en provenance surtout des
câblodistributeurs, et (vi) des taux de croissance en 2007 des produits
d'exploitation des secteurs des services sans fil et des services vidéo au
Canada équivalents à ceux de 2006 et un taux de croissance en 2007 des
produits d'exploitation du marché canadien des services Internet légèrement
inférieur à celui de 2006.
    En outre, l'orientation de 2007 de BCE Inc. et de Bell Canada est fondée
sur diverses hypothèses quant aux résultats financiers et opérationnels
internes. Notre orientation relative à Bell Canada (excluant Bell Aliant) se
fonde sur certaines hypothèses concernant Bell Canada, notamment, mais sans
s'y limiter, les suivantes : (i) des estimations de croissance des produits
d'exploitation pour 2007 fondées sur l'hypothèse d'une augmentation du produit
moyen par unité ("PMU") dans diverses gammes de services, (ii) un taux de
croissance du nombre d'abonnés des services sans fil de 4 % à 6 %, un taux de
croissance du nombre d'abonnés des services vidéo de 0 % à 2 % et un taux de
croissance du nombre d'abonnés des services Internet haute vitesse de 8 % à
10 %, (iii) une stabilisation en 2007, par rapport à 2006, des pertes de
services d'accès au réseau (SAR) résidentiels de Bell Canada, (iv) une charge
totale nette au titre des avantages sociaux de Bell Canada en 2007, en
supposant un taux d'actualisation de 5,3 %, devant se situer à environ
325 millions $, (v) un financement de notre charge totale nette au titre des
avantages sociaux en 2007 estimé à environ 300 millions $, (vi) une intensité
du capital estimative de Bell Canada en 2007 de l'ordre de 16 % à 17 %, et
(vii) des améliorations de la productivité à Bell Canada en 2007 estimées à
environ 450 millions $.
    Notre orientation relative à BCE Inc. est fondée sur certaines
hypothèses, y compris, mais sans s'y limiter, les suivantes : (i) l'engagement
par BCE, en 2007, de frais de restructuration de l'ordre de 100 millions $ à
150 millions $, à l'exclusion des coûts liés à l'examen des options
stratégiques et à la conclusion de l'opération de transformation en société
fermée, (ii) un amortissement pour 2007 de l'ordre de 3 200 millions $ à
3 300 millions $, (iii) un taux d'imposition effectif pour BCE en 2007
d'environ 26 %, à l'exclusion des éléments non récurrents, et (iv) l'absence
d'une augmentation importante des impôts en espèces en 2007, car nous
accélérerons l'utilisation des crédits d'impôt de Bell Canada pour la R-D.
    Les hypothèses qui précèdent, bien qu'elles soient considérées comme
raisonnables par BCE au moment de la préparation de l'orientation connexe et
d'autres déclarations prospectives faites dans le présent communiqué, peuvent
se révéler inexactes. En conséquence, nos résultats réels pourraient différer
de façon importante de nos attentes, telles qu'elles sont énoncées dans le
présent communiqué.

    Risques importants

    Les facteurs de risque susceptibles de causer des écarts importants entre
les résultats ou événements réels et les attentes actuelles comprennent
notamment ce qui suit : l'intensité de la concurrence provenant d'entreprises
traditionnelles et nouvelles, qui s'accroît par suite de l'introduction de
nouvelles technologies qui ont réduit les obstacles à l'entrée qui existaient
dans l'industrie, et son effet sur notre capacité de conserver notre clientèle
actuelle et d'attirer de nouveaux clients, et sur les stratégies tarifaires et
les résultats financiers; l'accroissement d'activité concurrentielle dans les
services sans fil qui pourrait résulter de la consultation d'Industrie Canada
concernant l'octroi possible de licences de spectre additionnelles dans le
secteur du sans-fil; l'incidence négative possible sur nos activités de la
transférabilité des numéros sans fil; la situation économique générale et des
marchés et le niveau de confiance et de dépenses des consommateurs, et la
demande de nos produits et services et leur prix; notre capacité de mettre en
oeuvre nos stratégies et plans pour produire les avantages et les perspectives
de croissance escomptés; notre capacité de transformer notre structure de
coûts, d'accroître la productivité et de contrôler l'intensité du capital tout
en maintenant la qualité des services; notre capacité de prévoir les
changements au niveau de la technologie, des normes de l'industrie et des
besoins des clients, et d'y répondre, et de migrer vers de nouvelles
technologies comme la VoIP et de les déployer, et d'offrir de nouveaux
produits et services rapidement et de les faire accepter par le marché; les
événements influant sur la fonctionnalité de nos réseaux ou des réseaux
d'autres télécommunicateurs de qui nous dépendons pour fournir nos services;
notre capacité d'améliorer et de mettre à niveau, selon l'échéancier, nos
différents systèmes TI et applications dont dépendent plusieurs aspects de nos
affaires, y compris la facturation des clients; notre capacité de gérer
efficacement les relations de travail, de négocier des conventions collectives
satisfaisantes, y compris de nouvelles ententes remplaçant les conventions
collectives expirées, tout en évitant les arrêts de travail, et de maintenir
le service aux clients et de réduire au minimum les perturbations durant les
grèves et autres arrêts de travail; notre capacité de maintenir le service à
nos clients et le fonctionnement de nos réseaux dans l'éventualité d'une
épidémie, d'une pandémie ou d'autres risques liés à la santé; les inquiétudes
à propos des effets des émissions de fréquence radio sur la santé; la
possibilité de nouvelles lois limitant l'utilisation de téléphones cellulaires
au volant d'un véhicule; la disponibilité et le coût des capitaux nécessaires
pour mettre en oeuvre nos plans d'affaires et financer les dépenses en
immobilisations et d'autres dépenses et l'incidence défavorable importante que
l'annonce par BCE Inc., le 30 juin 2007, de la conclusion d'une entente
définitive (l'"entente définitive") pour l'acquisition de BCE Inc. par un
groupe d'investisseurs dirigé par Teachers' Private Capital, Providence Equity
Partners Inc. et Madison Dearborn Partners, LLC pourrait avoir sur une telle
disponibilité et un tel coût des capitaux; le fait que la vente proposée de
Télésat soit assujettie à des approbations et à d'autres conditions de
clôture, et l'incidence défavorable que subiraient les liquidités de BCE si
cette transaction n'était pas réalisée ou n'était pas conclue de la manière
prévue; l'effet des litiges en cours ou futurs et de changements défavorables
apportés aux lois ou aux règlements, y compris les lois fiscales, ou à la
façon dont ils sont interprétés, ou d'initiatives ou procédures réglementaires
défavorables, y compris des décisions du CRTC touchant notre capacité de
livrer une concurrence efficace; l'accroissement des contributions aux fonds
de retraite; la dépendance de BCE à l'égard de la capacité de ses filiales,
coentreprises et compagnies associées de lui verser des dividendes ou de lui
faire toute autre distribution afin d'assurer le service de la dette de BCE
Inc. et de payer les dividendes connexes; l'incidence de la performance de
Bell Aliant et du traitement fiscal des fiducies de revenu sur la capacité de
Bell Aliant de verser des distributions en espèces à ses porteurs de parts; la
volatilité des marchés boursiers; la possibilité que les licences sur
lesquelles nous comptons pour fournir nos services soient révoquées ou non
renouvelées lorsqu'elles sont expirées; et les risques liés au lancement et au
fonctionnement en orbite, ainsi qu'à la capacité d'obtenir une assurance à des
tarifs favorables, en ce qui concerne les satellites de Télésat, dont certains
sont utilisés par Bell ExpressVu pour fournir des services.
    La conclusion de la transaction proposée, telle qu'envisagée dans
l'entente définitive, est assujettie à plusieurs modalités et conditions, y
compris, sans s'y limiter : (i) l'approbation du CRTC, du Bureau de la
concurrence, d'Industrie Canada et d'autres instances gouvernementales
concernées, (ii) le niveau d'approbation requis des actionnaires de BCE, (iii)
les approbations nécessaires des tribunaux et (iv) certains droits de
résiliation mis à la disposition des parties dans l'entente définitive. Rien
ne peut garantir que ces approbations seront obtenues, que les autres
conditions de la transaction seront remplies conformément à leur intention
et/ou que les parties à l'entente définitive n'exerceront pas leurs droits de
résiliation. Dans de telles éventualités, la transaction proposée pourrait
être modifiée, restructurée ou résiliée, selon le cas. L'incapacité de
conclure la transaction proposée pourrait avoir une importante incidence
défavorable sur le cours des actions de BCE Inc. En outre, selon les
circonstances d'un éventuel défaut de conclure la transaction proposée, BCE
Inc. pourrait devoir payer au groupe d'investisseurs d'importants frais et
coûts.
    Pour plus de détails au sujet de certains de ces facteurs de risque et
hypothèses et d'autres éléments, voir les rubriques intitulées "Environnement
concurrentiel", "Cadre réglementaire" et "Hypothèses et risques sous-jacents à
nos déclarations prospectives" du rapport de gestion annuel 2006 de BCE Inc.,
aux pages 39 à 55 du rapport annuel 2006 de Bell Canada Entreprises déposé par
BCE Inc. auprès de la Securities and Exchange Commission des Etats- Unis
(SEC), sur formule 40-F (disponible à www.sec.gov) et auprès des commissions
canadiennes des valeurs mobilières (disponible à www.sedar.com) tel que mis à
jour dans les rubriques "Mise à jour du cadre réglementaire" et "Hypothèses et
risques sous-jacents à nos déclarations prospectives" des rapports de gestion
du premier et du deuxième trimestres de 2007 de BCE Inc., datés respectivement
du 1er mai 2007 et du 31 juillet 2007, déposés par BCE Inc. auprès de la SEC,
sur formule 6-K (également disponibles à www.sec.gov) et auprès des
commissions canadiennes des valeurs mobilières (également disponibles à
www.sedar.com). Les rubriques mentionnées ci-dessus du rapport de gestion
annuel 2006 de BCE et des rapports de gestion du premier et du deuxième
trimestres de 2007 de BCE Inc. sont intégrées par renvoi au présent communiqué
et sont également disponibles sur le site Web de BCE Inc. à www.bce.ca.

    A propos de BCE Inc.

    BCE est la plus grande entreprise de communications du Canada et fournit
un ensemble de services de communications des plus complets et des plus
novateurs à ses clients de résidence et d'affaires au Canada. Assurés sous la
marque Bell, ils comprennent les services téléphoniques local, interurbain et
sans fil, l'accès Internet haute vitesse et sans fil, les services IP-large
bande, les services des technologies de l'information et des communications
(ou services à valeur ajoutée), ainsi que les services de télévision directe
par satellite et par VDSL. Les autres intérêts de BCE comprennent Télésat
Canada, un pionnier et un chef de file mondial dans la gestion et
l'exploitation de systèmes par satellite, et une participation dans
CTVglobemedia, première société canadienne de médias. Les actions de BCE sont
cotées en Bourse au Canada et aux Etats-Unis.




Renseignements :

Renseignements: Pierre Leclerc, Bell Canada, Relations avec les médias,
(514) 391-2007, 1-877-391-2007, thane.fotopoulos@bell.ca; Thane Fotopoulos,
BCE, Relations avec les investisseurs, (514) 870-4619, pierre.leclerc@bell.ca

Profil de l'entreprise

BCE INC.

Renseignements sur cet organisme

BCE & BELL ENTREPRISE & FINANCES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.