L'Association des infirmières et infirmiers du Canada déclare qu'un examen canadien d'admission à la profession infirmière élaboré au Canada est essentiel

OTTAWA, le 13 janv. 2012 /CNW/ - Lors d'un avis ce matin, la présidente de l'Association des infirmières et infirmiers du Canada, Judith Shamian, a présenté une déclaration contenant les principes essentiels au développement d'un examen canadien d'admission à la profession infirmière. Les préoccupations se sont manifestées à la suite de la décision en décembre de dix des organismes canadiens de réglementation infirmière de choisir une entreprise américaine, le National Council of State Boards of Nursing (NCSBN), pour le développement d'un nouvel examen informatisé en vue de l'autorisation infirmière. Le NCSBN a ensuite annoncé qu'il utiliserait l'examen américain existant, le NCLEX-RN®, au Canada pour l'admission à la profession infirmière.

« En tant que porte-parole des infirmières et infirmiers autorisés du Canada, nous devons exiger un examen développé au Canada et appartenant au Canada » a affirmé Mme Shamian. « La manière dont nous autorisons les infirmières à exercer la profession est importante pour une autoréglementation efficace de la profession et pour la prestation sécuritaire de soins de santé à la population canadienne. »

Le fait de choisir une entreprise américaine, qui a annoncé son intention d'utiliser l'examen américain existant, soulève la question à savoir si un tel examen est applicable à la profession infirmière et au système de soins de santé du Canada. La déclaration énumère les principes essentiels à toute négociation qui sera entreprise pour le développement d'un examen d'admission à la profession infirmière et sur la façon d'aborder les enjeux du contenu, de la protection de la vie privée et de la mobilité du personnel.

De plus, puisque les organismes de réglementation infirmière fonctionnent sous la juridiction des gouvernements provinciaux ou territoriaux, la déclaration exhorte les gouvernements à veiller à ce que les organismes de réglementation mettent en œuvre et maintiennent les principes et la propriété canadienne de l'examen d'admission à la profession infirmière.

« En fin de compte, nous avons besoin que les organismes de réglementation infirmière soient responsables de l'exécution de ces principes, dit Mme Shamian. Leur fonction est d'établir et de maintenir des normes pour soutenir une prestation de soins sécuritaires et de qualité qui répondent aux besoins de la population canadienne. Ce n'est pas dans le meilleur intérêt de la profession infirmière ou de la sécurité du patient d'avoir un examen qui est développé hors du pays et qui ne lui appartient pas. »

Les organismes de réglementation de chaque province ou territoire décident quel examen d'admission à la profession utilisé sur leur territoire; cet examen évalue si une nouvelle diplômée possède les compétences pour exercer la profession dans le système de soins de santé canadien. Actuellement, toute candidate des provinces et des territoires, sauf au Québec, doit subir l'Examen canadien d'autorisation infirmière. Ce serait la première fois que l'examen NCLEX-RN® est utilisé à l'extérieur des États-Unis pour autoriser la pratique infirmière.

L'Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) est la voix professionnelle nationale des infirmières et des infirmiers autorisés du Canada. En tant que fédération de 11 associations et ordres provinciaux et territoriaux représentant 143 843 infirmières et infirmiers autorisés, l'AIIC fait progresser la pratique et la profession infirmière afin d'améliorer les résultats pour la santé et de renforcer le système de santé public et sans but lucratif du Canada.

POUR ASSURER UNE SOLUTION CANADIENNE À L'EXAMEN
D'AUTORISATION INFIRMIÈRE

DÉCLARATION DE L'ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS
DU CANADA

Le 2 décembre 2011, dix des organismes de réglementation infirmière provinciaux et territoriaux ont choisi le National Council of State Boards of Nursing (NCSBN), une entreprise américaine, pour développer un nouvel examen canadien d'autorisation infirmière informatisé. Cela signifie que si la convention avec le NCSBN prend effet, l'examen actuel, l'examen d'autorisation infirmière au Canada (EAIC), n'existera probablement plus et le nouvel examen proviendra des États‐Unis dès 2015.

L'Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) est très préoccupée par cette décision et déclare que les organismes de réglementation infirmière doivent s'engager à prendre les mesures pour protéger l'intégrité de l'examen d'admission à la profession infirmière. En tant que porte‐parole national et professionnel des infirmières et infirmiers autorisés du Canada, l'AIIC fait la promotion de normes élevées en pratique infirmière dans l'intérêt du public. L'AIIC reconnaît que la population a grandement confiance aux membres de la profession infirmière et la protection de cette confiance est primordiale. L'AIIC reconnaît et respecte l'autorité et la responsabilité des organismes de réglementation infirmière de réglementer et de soutenir une pratique infirmière compétente et sécuritaire au Canada.

Le choix d'une entreprise américaine, qui a dévoilé son intention d'utiliser l'examen américain actuel, le NCLEX, soulève des questions, comme l'applicabilité d'un tel examen aux soins infirmiers et à notre système de soins de santé canadiens. En tant que gardienne de la qualité des soins infirmiers au Canada, l'AIIC déclare qu'un examen d'autorisation infirmière canadien est dans les meilleurs intérêts des nouvelles diplômées infirmières et de la population canadienne.

Pour cette raison, L'AIIC déclare que les sept principes suivants sont essentiels à toute négociation :

  1. La décision n'aura pas de répercussions sur les stratégies de recrutement et de rétention des infirmières et infirmiers canadiens au Canada.
  2. Les données de l'examen canadien et les renseignements personnels canadiens ne seront pas sujets à la USA Patriot Act et ils seront hébergés et protégés au Canada selon la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques.
  3. Le nouvel examen sera fondé sur les programmes d'enseignement en sciences infirmières des établissements d'enseignement reconnus du Canada dont il fera la promotion et le maintien.
  4. Le nouvel examen d'autorisation infirmière informatisé reflétera le caractère, les qualités et les valeurs uniques du système de santé public et sans but lucratif canadien, et comprendre :
    • une attention portée sur les soins de première ligne, sur la promotion de la santé et la prévention des blessures et des maladies;
    • la législation canadienne qui régit la pratique infirmière, comme l'obligation de rapporter les sévices aux enfants;
    • le respect de la diversité culturelle et des valeurs de la société canadienne, comme l'inclusion des besoins en santé des Premières nations du Canada, l'équité sociale et une attention sur les determinants de la santé;
    • le Code de déontologie des infirmières et infirmiers du Canada.
  5. Le nouvel examen d'autorisation infirmière informatisé doit présenter un contenu tout canadien.
  6. Les infirmières et infirmiers canadiens représentant toutes les régions du Canada et tous les champs de pratique en soins infirmier continueront de participer au développement du nouvel examen d'autorisation infirmière informatisé.
  7. Les infirmières et infirmiers autorisés francophones du Canada continueront de développer 25 % des questions du nouvel examen d'autorisation infirmière en langue française et continueront à réviser toute traduction vers le français.

L'AIIC déclare qu'un examen élaboré et appartenant au Canada, qui offre et évalue nos candidats à la profession infirmière avec un contenu canadien, semblable aux autres professions, comme la médecine, la pharmacie, l'ingénierie, la comptabilité, doit répondre aux sept principes énumérés ci‐dessus et protéger l'intégrité des normes infirmières canadiennes et la sécurité du patient.

Puisque les organismes de réglementation infirmière sont sous la juridiction des gouvernements provinciaux et territoriaux, l'AIIC exhorte les gouvernements canadiens de veiller à ce que les sept principes soient mis en oeuvre et que les organismes de réglementation infirmière du pays s'y conforment, et enfin que la propriété de l'examen d'autorisation infirmière reste au Canada.

Renseignements :

Pour de plus amples renseignements ou pour organiser une entrevue, veuillez communiquer avec :

Kate Headley, Coordonnatrice des communications externes
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Téléphone : 613 237-2159 poste 561
Cellulaire : 613 697-7507
Adresse courriel : kheadley@cna-aiic.ca