Selon les agents correctionnels - Le gel des dépenses menace le programme du gouvernement contre la criminalité

MONTRÉAL, le 5 mars /CNW Telbec/ - Le gouvernement canadien aura de la difficulté à mettre en œuvre son ambitieux programme de lutte à la criminalité avec le gel des dépenses annoncé dans le budget fédéral présenté hier, affirme le syndicat qui représente les 6000 agents correctionnels du Canada.

"Sans une augmentation importante des ressources, il sera impossible de répondre à l'accroissement de la population carcérale qui découlera des diverses initiatives gouvernementales en matière de justice criminelle", a déclaré Pierre Mallette, président national du Syndicat des agents correctionnels du Canada (UCCO-SACC-CSN).

M. Mallette remarque que de nombreux établissements correctionnels fédéraux sont déjà surpeuplés et désuets. Soumettre le système à des pressions additionnelles, sans y faire de nouveaux investissements, c'est courir au désastre, a-t-il dit.

"Les risques pour la population, pour le personnel correctionnel et pour les détenus dans des installations surpeuplées et insuffisamment surveillées seront trop élevés. Le gouvernement doit s'assurer que le Service correctionnel du Canada ait les moyens d'accomplir la tâche qui lui est confiée", a précisé M. Mallette.

Comme la gouverneure générale l'a exposé mercredi dans le discours du Trône, de nouvelles lois vont alourdir les sentences carcérales pour toute une série de crimes et réduire l'accès aux libérations conditionnelles anticipées.

Entre-temps, les personnes qui doivent affronter des risques accrus dans un système déjà dangereux devront travailler pour un salaire à la baisse, compte tenu de l'inflation. Les agents correctionnels syndiqués entreprendront dès le printemps leurs négociations en vue du renouvellement de leur convention collective, qui vient à échéance le 31 mai 2010. Le gouvernement a déjà réduit unilatéralement une augmentation de salaire négociée et prévue pour la dernière année de la convention.

"Les membres du syndicat comprennent que le gouvernement fait face à des difficultés financières. Dans les faits, nous faisons face à des compressions salariales, a-t-il soutenu. Mais nous ne comprenons pas comment le gouvernement peut réduire les impôts des entreprises tout en enlevant de l'argent aux gens qui risquent leur vie tous les jours pour protéger la population du Canada."

Renseignements: Lyle Stewart, Service des communications, CSN, 514 796-2066; Source: UCCO-SACC-CSN