Des scientifiques annoncent la découverte d'un parent de "Lucy" âgé de 3,6 millions d'années

Le squelette de ce premier hominidé confirme l'ancienneté de la marche bipède

CLEVELAND, le 21 juin /CNW/ - Découverte de l'arrière grand-père de "Lucy". Des scientifiques du musée d'histoire naturelle de Cleveland, de l'Université d'État de Kent, de l'Université Case Western Reserve, de l'Université d'Addis-Abeba et du Centre de géochronologie de Berkeley faisaient partie de l'équipe internationale qui a découvert et analysé le squelette partiel, vieux de 3,6 millions d'années, retrouvé en Éthiopie. Cet hominidé a 400 000 ans de plus que le célèbre squelette de "Lucy". D'après les études menées sur ce nouveau spécimen, la station debout, comparable à la marche actuelle de l'homme, est bien plus ancienne que nous ne le pensions. La découverte du squelette et le résultat des premières analyses réalisées seront annoncés cette semaine dans l'édition en ligne du procès-verbal de réunion de la National Academy of Sciences.

Le squelette partiel appartient à la famille de "Lucy", celle des Australopithecus afarensis. Il a été découvert dans la région de Woranso-Mille, dans l'Afar, en Éthiopie, par une équipe menée par le Dr Yohannes Haile-Selassie, auteur principal de l'étude, conservateur et responsable du service d'anthropologie physique au musée d'histoire naturelle de Cleveland. Le squelette partiel a été mis au jour plus de cinq ans après la découverte d'un fragment d'os d'avant-bras en 2005. Les fouilles ont permis d'exhumer l'une des clavicules les plus complètes et l'une des omoplates les plus complets jamais trouvés parmi les fossiles humains.

Le spécimen a été appelé "Kadanuumuu" (kah-dah-nuu-muu) par les auteurs. "Kadanuumuu" signifie "grand homme" en langue afar et témoigne de sa grande taille. Cet hominidé masculin mesurait en effet entre 5 et 5 pieds et demi contre 3 pieds et demi pour "Lucy".

"Cet individu était entièrement bipède et avait la capacité de marcher pratiquement comme l'être humain moderne", a déclaré M. Haile-Selassie. "Cette découverte nous permet d'affirmer avec assurance que "Lucy" et les membres de sa famille étaient presque aussi à l'aise que nous sur deux jambes et que l'allongement de nos jambes s'est produit plus tôt au cours de notre évolution que nous ne le pensions auparavant."

Comme l'explique le co-auteur de la publication, le Dr C. Owen Lovejoy, professeur d'anthropologie à l'Université d'État de Kent : "Ce nouveau spécimen nous en apprend beaucoup plus sur les proportions du pelvis, du thorax et des membres inférieurs et supérieurs que "Lucy" toute seule."

Parmi les auteurs de l'étude figure le Dr Bruce Latimer, directeur du Centre d'étude sur l'origine humaine de l'Université Case Western Reserve, et le Dr Beverly Saylor, professeur agrégé de sciences géologiques à l'Université Case Western Reserve.

Pour visualiser les fiches documentaires et les images destinés à la presse, consultez le site http://www.cmnh.org/site/Kadanuumuu.aspx.

Renseignements: Glenda Bogar, +1-216-231-2071, gbogar@cmnh.org, ou Marie Graf, +1-216-231-2070, les deux du Musée d'histoire naturelle de Cleveland