La FPJQ dénonce la brutalité d'un agent du SPVM contre un caméraman

MONTRÉAL, le 27 févr. 2013 /CNW Telbec/ - La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) déplore vivement que l'agent Daniel Lacoursière, relationniste du Service de police de Montréal (SPVM), ait bousculé et jeté au sol le photographe-caméraman Frédéric Guido qui couvrait une manifestation étudiante hier pour La Presse.

La vidéo tournée à cette occasion, disponible sur lapresse.ca, fait voir un agent qui ne comprend visiblement pas ni ne respecte le travail des journalistes. D'autres images montrent d'autres policiers s'en prendre aux photographes et caméramans pour les empêcher de prendre des images de l'intervention policière.

L'argument vague et fourre-tout «d'entrave au travail policier», évoqué dans la vidéo à l'encontre des journalistes, ne peut justifier d'aucune façon la répression des journalistes professionnels dont le travail est de témoigner de ce qui se passe au profit du public.

Le SPVM a ouvert une enquête sur l'incident impliquant pour la deuxième fois en deux jours l'agent Lacoursière. La FPJQ demande que cette enquête soit menée avec célérité et que toutes les mesures nécessaires soient prises pour empêcher leur répétition et respecter cette liberté fondamentale qu'est  la liberté de presse.

La FPJQ demande aussi au SPVM d'enquêter sur ce cas en le replaçant dans le contexte des autres incidents survenus ces derniers jours ainsi que lors des manifestations du printemps dernier alors que des journalistes ont été pris à partie par les forces de l'ordre. Le problème au SPVM dépasse le seul cas de l'agent Lacoursière.

SOURCE : FEDERATION PROFESSIONNELLE DES JOURNALISTES DU QUEBEC

Renseignements :

Brian Myles, président de la FPJQ, 514 262-2860