Du nouveau au Sommet de l'éducation : la TaCEQ interpelle les employeurs

QUÉBEC, le 17 janv. 2013 /CNW Telbec/ - La Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ) propose d'introduire une nouvelle variable qui a trop souvent été esquivée de l'équation du financement global du réseau d'éducation postsecondaire de chez nous : le principal bénéficiaire du réseau d'éducation québécois, c'est-à-dire nos employeurs!

Cette nouvelle contribution obligatoire des entreprises serait fort simple. Le mécanisme est déjà en place, puisqu'elle serait réalisée à l'aide d'une majoration du taux de variation de la contribution au Fonds des services de santé (FSS). Serait alors créé le Fonds des services de santé et d'éducation postsecondaire (FSSEP) : une mesure de financement stable et globale.

Au Québec, les coûts d'exploitation annuels des entreprises sont sous la moyenne canadienne et parmi les plus bas au monde. De plus, cette mesure respecte le cadre financier strict du gouvernement et n'impose aucun fardeau supplémentaire aux contribuables.

« La TaCEQ tend la perche aux employeurs en leur proposant 3 scénarios d'application réalistes qui respectent la capacité de contribution des entreprises. Nous verrons s'ils sont sincères en prenant part à ce sommet et s'ils reconnaissent leur rôle devant la société québécoise. Il est temps qu'ils mettent l'épaule à la roue. Aujourd'hui, ils ont l'occasion et les moyens de réinvestir dans ce grand chantier de développement de leur collectivité », souligne Paul-Émile Auger, secrétaire général de la TaCEQ.

Cette part des fonds serait directement dédiée au développement global de tous les établissements d'éducation postsecondaire. Jusqu'à ce jour, la contribution des employeurs québécois se résume à des interventions par secteur précis et par la philanthropie. Or, ces interventions ciblées ne sont pas sans problèmes, bien au contraire. Elles engendrent, entre autres, des coûts cachés que les contribuables supportent sans vraiment le savoir.

Dans un contexte où certains risquent de nous entraîner dans une guerre de chiffres qui court-circuiterait un débat de fond rigoureux et objectif, cette mesure donnerait une bouffée d'air frais à l'éducation postsecondaire et permettrait aux Québécoises et aux Québécois de prendre le temps d'évaluer de fond en comble leur système d'éducation.

« Lorsqu'il est question d'avenir, il est nécessaire de se donner les moyens de nos ambitions. Ce sommet ne peut être la fin du processus, ce n'est qu'un premier pas. Il faut prendre le temps de bien faire ce que nous entreprenons et créer un véritable chantier de développement d'une de nos plus grandes ressources renouvelables collectives », conclut M. Auger.

La Table de concertation étudiante du Québec (TaCEQ) est une association étudiante nationale indépendante. Elle représente près de 70 000 étudiantes et étudiants de l'Université Laval, McGill et Sherbrooke.

SOURCE : TABLE DE CONCERTATION ETUDIANTE DU QUEBEC (TACEQ)

Renseignements :

M. Sébastien Gagnon
Cell: 418.999.1056
Courriel: vsg@taceq.org