Cols bleus de Montréal - L'entente historique est entérinée

MONTRÉAL, le 20 oct. 2012 /CNW Telbec/ - L'entente qualifiée d'historique survenue entre la Ville de Montréal et le Syndicat des cols bleus regroupés vient d'être entérinée avec un taux d'approbation de 95,4 % par l'assemblée générale.

Quelque 3000 cols bleus ont participé à l'assemblée qui se tenait au Palais des congrès. Les parties sont arrivées à une entente de principe globale, le 11 octobre dernier, concernant le régime de retraite et le renouvellement de la convention collective qui vient à échéance le 31 décembre prochain.

« Il s'agit d'une entente sans précédent. Face aux difficultés, nous avons pris une approche responsable pour conserver notre régime de retraite et nous avons relevé le défi », a déclaré Michel Parent, président du Syndicat des cols bleus de Montréal. « En plus, nous avons amélioré la convention collective dans son ensemble, avant même son échéance. Une première! Nous avons trouvé des moyens concrets pour bonifier le service à la population en facilitant le mouvement de la main d'œuvre d'un arrondissement à l'autre. Les équipes vont pouvoir s'entraider, dégageant ainsi des économies.»

Convention collective
Le nouveau contrat de travail est d'une durée de cinq ans, soit de 2013 à 2017. Il prévoit des augmentations salariales de 2 % les trois premières années et de 2,5 % les deux dernières. La nouvelle convention collective offre un gain significatif pour une partie des 1200 travailleurs auxiliaires, qui, désormais, auront accès aux assurances collectives.

« En ce moment, les travailleurs auxiliaires n'ont pas d'assurance, mais à partir de maintenant, un employé qui travaille depuis cinq ans et 80 % du temps aura accès aux assurances collectives », a expliqué Michel Parent.

D'autres améliorations incluent la création d'une liste centrale de transfert de métiers entre les 19 arrondissements afin de faciliter le mouvement du personnel. La Ville s'est aussi engagée à développer l'expertise à l'interne et de rapatrier des services offerts par la sous-traitance.

Régime de retraite
Afin de conserver et protéger le régime de retraite, le syndicat a convenu d'augmenter sa part du financement. Le pourcentage investi par le travailleur augmente de 6,3 % à 7,5 %, et atteindra 9 % en 2015.

Le régime sera dorénavant doté d'un fonds de stabilisation constitué à partir de l'argent des cols bleus, fonds qui enlèvera la pression sur les finances de la Ville. Il servira entre autre à amortir les chocs des années les plus difficiles.

« C'est un coût de force que l'on a réussi. Ça mettra notre régime à l'abri des fluctuations économiques et politiques. Et on a réussi à le faire sans créer un régime à deux vitesses, les droits de tous sont protégés », de conclure le président du syndicat.

Négocier une sortie à la crise des régimes de retraite
Le travail qu'a accompli le Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal, par la voie de la négociation, pave une voie pour d'autres groupes pour trouver leur propre solution « aux maux qui minent leur régime de retraite. Pas besoin de copier ce qui se fait ailleurs. C'est à chaque table de négociation que l'on trouve les solutions et non pas par le biais d'une solution imposée », a ajouté Marc Ranger, conseiller syndical et négociateur en chef des cols bleus.

Comptant plus de 111 000 membres au Québec, le SCFP représente environ 70 % de l'ensemble des employés municipaux au Québec, soit 29 400 membres. Le SCFP est de plus présent dans les secteurs suivants : les affaires sociales, les communications, l'éducation, l'énergie, les sociétés d'État et organismes publics, les transports aérien et urbain, le secteur mixte, ainsi que les universités.

SOURCE : SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE (FTQ)

Renseignements :

Marc Ranger, conseiller syndical SCFP, 514 229-5485

Lisa Djevahirdjian, Service de l'information SCFP, 514 831-3815