L'amitié au travail - une étude révèle que la majorité des Canadiens entretiennent des liens étroits avec leurs collègues

Selon le plus récent sondage Workmonitor de Randstad Canada, les travailleurs canadiens considèrent qu'il est important pour eux d'avoir des amis au travail

TORONTO, le 26 juill. 2012 /CNW Telbec/ - Le plus récent sondage Workmonitor mondial de Randstad, qui a interrogé des employés de 32 pays, révèle qu'il est très important pour les travailleurs canadiens de se faire des amis au travail, un facteur qui pourrait grandement contribuer au bonheur des employés dans le milieu de travail.

Selon le sondage, 66 % des employés canadiens indiquent qu'ils entretiennent des liens étroits avec leurs collègues. Également, plus de la moitié (54 %) des répondants affirment que le fait d'avoir des collègues agréables est plus important qu'un bon salaire, alors que 53 % des travailleurs disent passer du temps avec leurs collègues à l'extérieur du travail.

Les résultats sont semblables partout dans le monde, alors que 71 % des répondants affirment entretenir des relations étroites avec leurs collègues, et que 64 % passent du temps avec leurs collègues en dehors des heures de travail. Le Brésil (93 %) et Hong Kong (91 %) sont les deux exceptions, où un nombre beaucoup plus élevé d'employés révèlent qu'ils comptent des amis parmi leurs collègues. Par contre, au Luxembourg, seulement 20 % des employés ont des amis au travail.

Stacy Parker, vice-présidente exécutive, Marketing chez Randstad Canada, souligne le fait que les travailleurs ont tendance à être plus heureux au travail lorsqu'ils entretiennent une amitié profonde avec des collègues. « Les Canadiens associent un environnement de travail plaisant et de bonnes relations avec les collègues. Ils ne voient pas ces amitiés comme un obstacle à leur productivité, mais plutôt comme un des facteurs clés de leur satisfaction au travail », affirme-t-elle.

Les résultats du sondage révèlent que seulement 21 % des employés canadiens croient que les amitiés au travail nuisent à leur productivité, ce qui se rapproche de la moyenne mondiale (26 %). Les résultats sont très différents en Chine (60 %), à Hong Kong (61 %) et en Inde (59 %), où la majorité des répondants croient que l'amitié avec des collègues nuit à leur rendement au travail.

Le sondage révèle également qu'au niveau mondial, les médias sociaux sont considérés par les employés comme un moyen de développer davantage les liens entre collègues. Au Canada, 44 % des répondants indiquent qu'ils ont plus de contacts avec leurs collègues à l'extérieur du travail en raison des médias sociaux. L'incidence des médias sociaux sur les relations entre collègues est encore plus importante dans des pays comme la Chine, où 83 % des répondants affirment que les médias sociaux leur permettent d'avoir plus de contacts avec leurs collègues à l'extérieur du bureau.

Selon Madame Parker, les médias sociaux et d'autres initiatives ont ouvert un nouveau monde d'interaction sociale. « Les activités de promotion du travail d'équipe, les espaces ouverts et communs, ainsi que les nouvelles voies de communication comme Intranet et les médias sociaux jouent un rôle déterminant dans la communication et la création de relations. Il est évident que les employés au Canada et partout dans le monde profitent de ces outils et des occasions pour entretenir des relations positives et créer le type d'atmosphère de travail qui leur plaît », affirme-t-elle.

Madame Parker soutient que les amitiés au travail peuvent être favorables aux activités d'une entreprise. « Il est indéniable que les amitiés au travail peuvent contribuer à une culture organisationnelle positive, ce qui signifie une meilleure productivité et créativité, un bon moral, un rendement personnel supérieur et une excellente cohésion au sein des équipes », explique-t-elle. « Les employeurs qui promeuvent un milieu de travail positif et ouvert ont un avantage compétitif lorsqu'il est question de recruter les meilleurs talents. »

L'Enquête trimestrielle sur le travail de Randstad En raison du succès qu'obtient l'Enquête trimestrielle sur le travail de Randstad depuis son introduction aux Pays-Bas en 2003 et plus récemment en Allemagne, le sondage s'étend maintenant à 32 pays d'Europe, d'Asie pacifique et d'Amérique.

L'Enquête est publiée quatre fois l'an, ce qui permet de faire ressortir dans le temps les tendances locales et mondiales liées à la mobilité des travailleurs. L'Enquête quantitative a été réalisée en ligne auprès d'une population âgée de 18 à 65 ans travaillant au moins 24 heures par semaine dans un emploi rémunéré (excluant les travailleurs autonomes). L'échantillon minimum est de 400 entrevues par pays, à l'aide de Survey Sampling International. Les entrevues pour la deuxième phase de l'enquête ont été effectuées entre le 20 avril et le 7 mai 2012.

Pour voir le rapport de presse global complet, y compris les différences selon la génération, le sexe et le niveau d'éducation, allez à l'adresse :
http://www.randstad.com/press-room/research-reports

À propos de Randstad Canada: Randstad Canada est le chef de file canadien en placement de personnel, recrutement et solutions RH. Seule entreprise de dotation en personnel entièrement intégrée au pays, nous comprenons les besoins des employeurs et des chercheurs d'emploi de tous niveaux et de toutes industries. Grâce à une fine connaissance des marchés locaux et des tendances en emploi et à notre réseau global d'experts, nous façonnons le monde du travail canadien. Visitez randstad.ca.

SOURCE : RANDSTAD CANADA

Renseignements :

Dayana Fraser
Marie-Noelle Morency

Téléphone
416.962.9578 x2317
514.350.5309 x233