Visite au bureau de la ministre Courchesne - Les conducteurs d'autobus scolaire reviennent à la charge !



    MONTREAL, le 25 mars /CNW Telbec/ - Dénonçant l'immobilisme du
gouvernement dans le dossier du transport scolaire, les conductrices et les
conducteurs d'autobus scolaire de Montréal, de Laval, des Laurentides et de
Lanaudière membres de la CSN, ont manifesté leur mécontentement ce matin
devant les bureaux de la ministre de l'Education, Michelle Courchesne, à
Laval. Ceux-ci souhaitent rappeler au gouvernement qu'ils attendent toujours
une réponse quant aux augmentations salariales souhaitées depuis plusieurs
années.
    Oubliés lors du dépôt du dernier budget provincial, les conducteurs
d'autobus scolaire, dont le salaire annuel moyen est de 17 000 dollars,
exprimeront à nouveau leur mécontentement. Ceux-ci réclament au gouvernement
une augmentation du budget consacré au transport écolier de 15 millions par
année. Cette mesure viendrait hausser les salaires de 3 % et ainsi atténuer la
pénurie de main-d'oeuvre dans le secteur.

    Des conditions de travail décentes

    "Tout le monde sait que 17 000 dollars par année, ce n'est pas un salaire
convenable. Nos demandes ne sont pas exagérées et la ministre Courchesne en
est certainement consciente. Mais il faut que le gouvernement débloque
rapidement les fonds nécessaires pour que se concrétise enfin la
reconnaissance du travail des conducteurs d'autobus scolaire", souligne
Ginette Guérin, présidente de la Fédération des employées et employés de
services publics (FEESP-CSN).
    "La ministre connaît nos revendications, mais nous souhaitons lui
rafraîchir la mémoire, parce que les conducteurs sont à bout de patience. On
ne peut pas laisser ce dossier traîner encore longtemps. Nous voulons rappeler
au gouvernement qu'il doit faire sa juste part pour permettre aux conducteurs
d'autobus scolaire d'avoir des conditions de travail décentes", a rappelé Lyne
Lacerte, présidente du syndicat des autobus Terremont.
    Présentement, les conditions de travail des conducteurs n'ont rien
d'attirant, ce qui se traduit par une pénurie de main-d'oeuvre dans ce métier.
Ceux-ci travaillent en moyenne 25 heures par semaine. Plusieurs conducteurs
doivent trouver un autre revenu pour gagner leur vie, ce qui est complexe
compte tenu du fait qu'ils doivent être disponibles pour transport écolier le
matin et l'après-midi.

    Un métier dangereux

    Les conducteurs d'autobus scolaire souhaitent également la mise sur pied
d'une politique nationale de discipline et de sécurité dans le transport
scolaire afin de prévenir les dangers potentiels pour les enfants et les
conducteurs. En juin dernier, la ministre Courchesne s'était montrée ouverte à
la formation d'un comité de travail composé de tous les intervenants du milieu
pour établir notamment des paramètres d'organisation et d'intervention
identiques dans toutes les régions du Québec. Par contre, depuis ce temps,
aucun geste concret n'a été posé.
    "Nous venons dire à la ministre de l'Education qu'elle doit passer de la
parole aux actes. Nous ne lâcherons pas le morceau ! Le métier que nous
exerçons n'est déjà pas facile, entre autres à cause des nombreuses
distractions auxquelles il faut faire face chaque jour. Ca peut devenir
périlleux pour nous et pour les écoliers si on ne resserre pas la sécurité et
la discipline", ajoute Jacques Forgues, président du secteur Transport
scolaire de la FEESP-CSN.
    Le représentant syndical déplore également le double discours du
gouvernement Charest qui se dit préoccupé par la pénurie de main-d'oeuvre au
Québec. "Je ne comprends pas qu'il n'investisse pas dans un secteur essentiel
comme celui-là. Si les chauffeurs trouvent un autre travail avec de meilleures
conditions, on ne peut pas les blâmer de changer de métier..."




Renseignements :

Renseignements: Pierre-Luc Bilodeau, Service des communications CSN,
(514) 774-0775; Source: CSN


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.