Violences et meurtres en Colombie - Développement et Paix demande aux députés canadiens de ne pas ratifier l'accord de libre-échange avec ce pays



    MONTREAL, le 23 oct. /CNW Telbec/ - Dans la foulée de l'assassinat de
trois partenaires autochtones en Colombie, Michael Casey, directeur général de
Développement et Paix, demande aux députés canadiens de ne pas ratifier
l'Accord de libre-échange négocié entre le Canada et la Colombie.
    Le 6 octobre, Luz Marina Morales, Mauricio Largo Banol et Cesar Alarcon
Largo ont été assassinés par un groupe paramilitaire en Colombie. Maria
Angelica Alarcon a été blessée au cours de l'attaque. Ces quatre personnes
appartiennent au peuple autochtone Embera-Chami qui, tout comme les autres
peuples autochtones de la Colombie, s'oppose à l'activité minière sur leurs
terres ancestrales. L'entreprise canadienne Colombia Goldfields a reçu une
concession du gouvernement colombien pour commencer des opérations minières
dans le département de Caldas. L'opposition des autochtones aux activités
minières en fait une cible de la violence paramilitaire.
    "Ces meurtres sont un rappel que l'opposition légitime aux activités
minières est impossible en Colombie, a déclaré M. Casey. Le Canada devrait
mettre en garde les entreprises qui sont actives dans les zones de conflit en
Colombie, plutôt que de leur donner le feu vert pour s'installer dans un
environnement où il est facile de devenir complices de violations des droits
humains."
    Développement et Paix formule trois recommandations à l'intention des
députés canadiens :

    
    1) répondre au Rapport des Tables rondes nationales sur la responsabilité
       sociale des entreprises publié en mars 2007, qui émet des
       recommandations visant à responsabiliser les entreprises canadiennes.
    2) s'opposer à la ratification de l'Accord de libre-échange entre le
       Canada et la Colombie, tant qu'il ne peut être garanti que les
       compagnies canadiennes ne seront pas complices de violations des
       droits humains.
    3) faire pression sur les autorités colombiennes afin qu'elles enquêtent
       sur les meurtres des trois membres de la communauté Embera-Chami et
       protègent les personnes qui ont été menacées.
    

    "En tant que représentants de la population canadienne, nos députés
doivent faire de la responsabilité sociale des entreprises canadiennes une
priorité de leur nouveau mandat à la Chambre des communes", a ajouté Michael
Casey.




Renseignements :

Renseignements: François Gloutnay, (514) 257-8711 poste 318,
francois.gloutnay@devp.org


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.