Violence au travail chez Ambulance Sacré-Coeur - La vigile des ambulanciers se déplace à Baie-Comeau



    BAIE-COMEAU, QC, le 10 sept. /CNW Telbec/ - Depuis ce matin, les
ambulanciers-paramédics membres de la CSN tiennent une vigile à Baie-Comeau,
devant le siège de l'Agence de la santé et des services sociaux de la
Côte-Nord. Ils entendent maintenir cette vigile tant que l'agence n'aura pas
pris ses responsabilités dans un dossier de violence en milieu de travail au
service d'ambulance de la municipalité de Sacré-Coeur.
    Pour le Rassemblement des employé-es techniciens ambulanciers du Québec
(RETAQ-CSN), l'agence tarde beaucoup trop à agir dans ce dossier. Le syndicat
estime que l'agence a le devoir et la capacité d'intervenir pour faire en
sorte que l'entreprise Ambulances Sacré-Coeur ne puisse plus conserver son
permis d'exploitation tant et aussi longtemps que le paramédic, Réjean
Hovington, demeure gestionnaire de l'entreprise de services ambulanciers.
    Rappelons que le 4 avril dernier, l'ambulancier-paramédic Réjean
Hovington a été reconnu coupable de voies de fait à l'égard d'un de ses
employés. Les faits remontent au 30 novembre 2005. A la suite d'une dispute
verbale, Réjean Hovington empoigne sa victime, la secoue et la traîne sur
quelques mètres avant de la projeter dans une poubelle. Puis, il la roue d'une
vingtaine de coups de poing. Copropriétaire de l'entreprise, Réjean Hovington
en a rajouté, allant jusqu'à congédier sa victime alors que lui-même continue
de travailler comme paramédic.

    Mobilisation provinciale

    Depuis que la sentence a été prononcée dans ce dossier, les membres du
RETAQ-CSN de partout au Québec se mobilisent contre la violence en milieu de
travail. Ils ont tenu une manifestation à Québec le 6 septembre et une
délégation du syndicat a rencontré des représentants du ministère de la Santé
et des Services sociaux. Le syndicat a fait valoir que l'agence avait le
devoir d'intervenir et la possibilité de le faire en vertu de l'article 54 de
la Loi sur les services préhospitaliers d'urgence qui stipule que "l'agence
peut suspendre, révoquer ou refuser de renouveler le permis de tout titulaire
qui a été déclaré coupable (...) d'un acte criminel relié à l'exercice des
activités pour lesquelles il est titulaire d'un permis". Pour le syndicat, le
fait que les gestes reprochés aient été posés sur le milieu de travail, durant
les heures de travail par un des actionnaires de l'entreprise titulaire du
permis d'opération, ne laisse planer aucun doute sur le droit de l'agence de
révoquer le permis.

    Par ailleurs, les ambulanciers-paramédics poursuivent leur mobilisation
pour réclamer de toutes les agences et du ministère la tolérance zéro face à
la violence en milieu de travail pour éviter qu'une telle situation ne se
reproduise.

    Le RETAQ-CSN est affilié à la Fédération de la santé et des services
sociaux (FSSS-CSN) qui représente la grande majorité des
ambulanciers-paramédics du Québec. Elle compte plus de 110 000 membres dans la
santé et les services sociaux. La CSN regroupe plus de 300 000 travailleuses
et travailleurs.




Renseignements :

Renseignements: Jean-Pierre Larche, Service de l'information de la CSN,
(514) 598-2264


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.