Ville de Québec - «L'administration Labeaume devrait cesser de rechercher l'affrontement et se mettre plutôt en mode négociation»

QUÉBEC, le 25 févr. /CNW Telbec/ - Les négociations entre la Ville de Québec et les cols bleus ont officiellement commencé lundi, mais du côté des employés manuels, l'examen du cahier de demandes patronales laisse perplexes. À la direction du syndicat des employés (SCFP 1638), on se demande quelles sont les véritables intentions de l'administration Labeaume.

«C'est assez spécial, lance Marc-André Dufour, président du syndicat des cols bleus. C'est du jamais vu. Les dernières négociations se sont terminées il n'y a pas deux ans et la Ville nous dépose une série de demandes comme jamais auparavant. C'est comme si les discussions et les problèmes qu'on a réglés n'avaient jamais existé», poursuit-il.

«La Ville, résume le président, veut sabrer dans à peu près toutes nos conditions : retraite, assurances, congés, temps de travail, libérations syndicales, stationnement, etc. Et en plus, on vient nous dire que si la Ville n'a pas cette récupération-là, ce sera un gel des salaires à chaque année tant que ses objectifs ne seront pas atteints.»

Le conseiller syndical et négociateur, Denis Plante, fait remarquer qu' «on nous demande de venir s'asseoir à la table pour négocier, mais on nous dit en même temps que si on ne récupère pas 12 % dans la convention avant le 1er janvier, on perd notre augmentation de salaire. C'est inacceptable comme façon de faire en relations de travail!»

Malgré cela, il précise que «du côté des employés municipaux, on va négocier malgré tout. On va se donner du temps. Mais on lance un appel à l'administration Labeaume pour qu'elle se mette en mode négociation plutôt qu'en mode affrontement.» 

Les représentants syndicaux ajoutent que rien dans le climat actuel ne justifie la voracité de la Ville. «Quand on compare Québec aux autres villes, on voit qu'elle se situe dans la moyenne. L'économie a été meilleure que dans n'importe quelle autre ville au Québec. Dans nos relations quotidiennes avec l'administration municipale, on n'est pas non plus sur le mode affrontement. Alors on ne comprend pas pourquoi soudainement la Ville se positionne de cette façon.»

La convention collective des cols bleus est échue depuis le 31 décembre 2010. Les cols bleus de Qu��bec n'ont pas exercé de droit de grève depuis plus de 25 ans. Sans conflit de travail, la précédente ronde de négociation s'était terminée par la signature d'un nouveau contrat entre les parties à la fin mai 2009. Les cols bleus sont au nombre d'environ 1350.

Le SCFP représente environ 70 % de l'ensemble des employés municipaux au Québec. En plus du secteur municipal, le SCFP est présent dans 10 autres secteurs d'activités au Québec, entre autres, la santé et les services sociaux, l'éducation, les transports urbain et aérien, l'énergie, les sociétés d'État et organismes publics québécois et les communications. Comptant au total plus de 110 000 membres au Québec, il est le plus important syndicat affilié de la FTQ. 

Ce communiqué et d'autres infos sur le site scfp.qc.ca

SOURCE SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE (FTQ)

Renseignements :

SOURCE : SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE (FTQ)

Renseignements : 


Marc-André Dufour, président SCFP 1638, 418 624-5305
ou
Robert Bellerose, Information SCFP, cell.514 247-9266
rbellerose@scfp.qc.ca

Profil de l'entreprise

SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE (FTQ)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.