Ville de Montréal - Cabinet du chef de l'Opposition officielle - Le Plan directeur des matières résiduelles : Des ajustements demandés



    MONTREAL, le 22 oct. /CNW Telbec/ - L'Opposition officielle salue le
travail accompli par les membres de la commission permanente du conseil
d'agglomération sur l'environnement, le transport et les infrastructures,
ainsi que par les participants, dans le cadre de l'étude du projet de Plan
directeur de gestion des matières résiduelles (PDGMR) de la Ville de Montréal.
Toutefois, les élus de l'opposition déplorent le manque de recommandations
claires sur un échéancier beaucoup plus serré et une hausse considérable des
pourcentages de recyclage et de valorisation visés par le plan directeur.
    "Le travail de la commission a été remarquable vu la complexité du
dossier, le nombre de mémoires déposés et les commentaires des intervenants.
La recommandation portant sur une définition claire du terme "résidu ultime"
retient plus particulièrement notre attention, car non seulement, l'Opposition
officielle a toujours dénoncé la définition présentée par l'administration
Tremblay lors de ses nombreuses interventions sur le sujet, mais une révision
de cette définition pourrait influencer grandement la décision d'aller de
l'avant avec le projet d'usine de gazéification, plaque tournante du Plan
directeur",a déclaré Madame Lyn Thériault, mairesse de l'arrondissement
Mercier-Hochelaga-Maisonneuve et membre de la commission.
    Les résidus ultimes, soit les résidus non recyclables et non
valorisables, comptent pour tout au plus 15 % de matières trouvées dans un sac
de poubelles. Pourtant, l'administration Tremblay parle de 55 % de résidus
ultimes, ce qui est faux, si l'on tient compte du fait qu'environ 85 % du sac
est composé de matières recyclables (papiers, cartons, plastiques, etc), et de
résidus organiques compostables (résidus de tables et résidus verts). "Comment
le maire de Montréal pourra-t-il justifier l'investissement d'un milliard de
dollars de la Communauté Métropolitaine de Montréal pour gazéifier seulement
15 % de résidus ultimes ? On espère que la recommandation trouvera écho dans
les ajustements qui seront apportés au PDGMR", a souligné Soraya Martinez,
conseillère municipale de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension et porte-parole
du dossier environnemental à l'Opposition officielle.
    "La commission a fait des recommandations intéressantes qui pourront
certainement contribuer au PDGMR. Toutefois, il ne faut pas perdre de vue que
le but ultime de l'exercice est d'augmenter le plus rapidement possible les
taux de récupération, afin de détourner un maximum de matières de
l'enfouissement. Il ne faut pas oublier que la Ville de Montréal atteint
seulement 7 % de récupération des résidus organiques, loin de l'objectif de
60 %, en 2008. Atteindre la cible de 60 % dans 10 ans, soit en 2018, ne
correspond pas aux attentes des citoyens et aux attentes des organismes ayant
à coeur le développement durable de la métropole", de conclure Benoit Labonté,
chef de l'Opposition officielle et maire de l'arrondissement de Ville-Marie.




Renseignements :

Renseignements: Irène Marcheterre, Directrice de cabinet et des
communications, Cabinet du chef de l'Opposition officielle, Ville de Montréal,
(514) 872-2990

Profil de l'entreprise

Ville de Montréal - Cabinet de la chef de l'Opposition officielle

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.