Vedette de la chanson ou fonctionnaire ? Un sondage RBC analyse les aspirations de la main-d'oeuvre Canadienne



    TORONTO, le 25 fév. /CNW/ - S'ils avaient la possibilité de changer
d'emploi, les Canadiens préféreraient la gloire du vedettariat ou la sécurité
d'une bonne retraite et travailleraient dans le monde du spectacle ou dans la
fonction publique, selon un nouveau sondage sur le lieu de travail de RBC. Au
bas de la liste des emplois les "plus enviables" figurent les postes dans la
comptabilité, les services financiers et le commerce.
    Effectué par Ipsos Reid et sur le thème de la concurrence autour des
ressources humaines canadiennes, le sondage RBC a constaté que, à 34 pour
cent, un emploi dans la fonction publique est ce qui intéresse le plus de
gens, suivi de près par le secteur du spectacle, qui attire 27 pour cent de
suffrages. En comparaison, le secteur des services financiers n'en a recueilli
que 11 pour cent et la comptabilité, neuf pour cent.
    "Il était étonnant de trouver les services financiers et la comptabilité
près du bas de la liste, vu que nous recevons des centaines de milliers de
curriculum vitae chaque année et embauchons plusieurs milliers de personnes
par an au Canada, dit Christianne Paris, vice-présidente, Recrutement et
apprentissage à RBC. Nous nous efforçons d'offrir un environnement de travail
stimulant et inclusif, qui valorise les forces, les talents et les différences
de notre effectif diversifié, et même si nous avons été classés comme un des
meilleurs employeurs au Canada ces dernières années, le sondage semble
indiquer que cette réalité gagne encore à être connue."
    Le sondage RBC a aussi constaté que, si 52 pour cent des Canadiens qui
travaillent disent avoir un puissant sentiment de loyauté envers leur
employeur, seulement un quart (28 pour cent) resteraient au service de cet
employeur si on leur offrait un poste comparable mieux rémunéré ailleurs.
Selon les personnes interrogées, un meilleur salaire est le principal avantage
(69 pour cent) qu'un employeur puisse offrir à un candidat à un poste ou à un
salarié en place, suivi de meilleurs avantages sociaux et assurances santé
(35 pour cent) et, enfin, de primes et de formules de participation aux
bénéfices (34 pour cent). L'argent est de loin le principal facteur pour la
plupart. Cependant, la possibilité d'une promotion (23 pour cent) et la
possibilité d'un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et la vie
privée sont également des facteurs importants (20 pour cent).
    "Il ne suffit plus d'offrir simplement un emploi. Les employeurs doivent
examiner et réviser annuellement l'ensemble de leurs régimes de rétribution
qui devraient comprendre le salaire, les avantages sociaux, les possibilités
d'apprentissage et de promotion, ainsi que la motivation du cadre de travail.
Pour recruter ou garder les meilleurs talents, les employeurs doivent répondre
aux besoins des candidats à un poste et de leurs employés, dit Mme Paris."
    Selon le sondage, les Canadiens salariés ont travaillé chez
5,3 employeurs différents depuis le début de leur carrière. Si, en moyenne, la
plupart des Canadiens disent avoir été au service de leur employeur actuel
depuis 8,4 ans - ce qui est relativement identique à la situation d'il y a
10 ans (8,3 ans), lorsque RBC a effectué un sondage semblable -, près de la
moitié (47 pour cent) prévoient de rester pendant cinq ans ou moins, et un
quart (24 pour cent) comptent rester 20 ans ou plus. Cependant, parmi les gens
interrogés, un peu plus du quart (28 pour cent) disent qu'ils préfèreraient
conserver le même employeur le plus longtemps possible plutôt que d'avoir
plusieurs employeurs différents, et plus du tiers (36 pour cent) préfèreraient
être mutés au sein d'une même entreprise que d'avoir à trouver un poste
ailleurs.
    Etant donné que près de la moitié des Canadiens s'attendent à changer
d'emploi cinq fois pendant leur carrière, près d'un tiers tiennent leur
curriculum vitae à jour pour le cas où une occasion se présenterait. Parmi les
personnes sondées, plus de 30 pour cent ont posé leur candidature à un nouvel
emploi au cours de la dernière année et les deux tiers (66 pour cent) croient
qu'ils ont ce qu'il faut pour réussir au travail pendant la prochaine
décennie.
    "Les employeurs doivent reconnaître que les salariés ont besoin de défis
et d'avoir le sentiment de réussir dans leur emploi, sans quoi ils cherchent
ailleurs, soit pour trouver de nouveaux débouchés intéressants au sein de leur
entreprise, soit à l'extérieur ou dans une autre branche d'activité et
changent complètement de carrière", dit Mme Paris.
    Ces conclusions sont tirées d'un sondage RBC effectué par Ipsos Reid du
5 au 15 novembre 2007. Le sondage en ligne est basé sur un échantillon
sélectionné au hasard de 2 052 travailleurs à temps plein et à temps partiel
canadiens. Avec un échantillon de cette taille, les résultats sont considérés
comme précis à +/- 2,2 points de pourcentage près, 19 fois sur 20,
comparativement à ce qu'ils auraient été si l'ensemble de la population adulte
canadienne avait été consultée. Ces données ont été pondérées statistiquement
pour assurer que la composition de l'échantillon par région et par âge et sexe
reflète celle de la population canadienne réelle d'après les données du
recensement de 2006.





Renseignements :

Renseignements: Raymond Chouinard, Relations avec les médias, RBC, (514)
874-6556

Profil de l'entreprise

RBC (French)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.