UQAM: grève, gouvernance et manifestation !



    MONTREAL, le 27 févr. /CNW Telbec/ - La troisième journée de grève perlée
des professeur-es et maîtres de langue de l'Université du Québec à Montréal
(UQAM), aujourd'hui, a donné lieu à des discussions sur la gouvernance des
institutions universitaires et à une manifestation syndicale.
    Sous la pluie, quelque 500 professeur-es et maîtres de langue, rejoints
par des employé-es et des étudiants de l'UQAM, ont envahi les rues de
Montréal. Ils ont marché du Complexe scientifique, rue Sherbrooke Ouest,
jusqu'à l'Ilot Voyageur, près de la station de métro Berri-UQAM. Leur objectif
était double. Tout d'abord, exprimer leur opposition au dépôt d'un nouveau
projet de loi sur la gouvernance (l'introduction de nouvelles règles de
gestion permettant à l'entreprise privée d'avoir un plus grand poids au sein
de l'établissement universitaire). Ensuite, presser à nouveau la direction de
l'UQAM d'accélérer les négociations et déposer enfin une proposition complète
de règlement en réponse aux demandes syndicales, incluant les clauses à
incidence pécuniaire.
    Cette journée était donc placée sous le thème de la gouvernance
universitaire, puisque le gouvernement du Québec aurait toujours l'intention
d'assujettir les universités québécoises à l'obligation de constituer un
conseil d'administration formé aux deux tiers de membres externes.
    Après une table ronde sur le sujet ce matin, professeurs, maîtres de
langue, employé-es et étudiants de l'UQAM ont manifesté pour rappeler
l'importance de la transparence et du débat démocratique sur les enjeux que
soulèvent les grands projets universitaires.
    Ils se sont joints à l'heure du midi aux autres forums organisés à l'UQAM
par les associations étudiantes et les syndicats de l'établissement.
    Plusieurs universités québécoises ont d'ailleurs tenu des discussions sur
le thème de la gouvernance cette semaine, devant la nécessité de réagir à la
loi que la ministre, Mme Michelle Courchesne, a prévu redéposer sous peu à
l'Assemblée nationale.

    Revendications

    La demande principale des professeur-es et des maîtres de langue porte
sur l'embauche, sur quelques années, de 300 nouveaux professeur-es. L'UQAM
possède le plus faible ratio professeur-es/étudiants : l'UQAM compte 27
étudiants par professeur, alors que dans les autres universités québécoises,
le rapport moyen est de 21 étudiants par professeur. Les professeur-es et les
maîtres de langue souhaitent également une majoration de leurs salaires. Ils
sont inférieurs à ceux de leurs collègues des autres universités québécoises.
    Le contrat de travail des professeur-es est échu depuis le 31 mai 2007.
Celui des maîtres de langue est expiré depuis le 31 mai 2008.
    En journée d'étude, le lundi 16 février, ils avaient voté à 76 % en
faveur de la possibilité de recourir à quatre jours de grève.

    Les quelque 1000 professeur-es et maîtres de langue sont représentés par
le Syndicat des professeurs et professeures de l'Université du Québec à
Montréal (SPUQ-CSN).




Renseignements :

Renseignements: Michèle Nevert, présidente du SPUQ-CSN, (514) 987-6198;
Source: Syndicat des professeurs et professeures de l'Université du Québec à
Montréal (SPUQ-CSN)


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.