Une première au Québec dans le secteur de la santé - Un syndicat conteste l'obligation de faire des heures supplémentaires



    GASPE, QC, le 12 mai /CNW Telbec/ - Une première québécoise dans le monde
des relations du travail au Québec aura lieu aujourd'hui à Gaspé alors que le
Syndicat des infirmières, des infirmières auxiliaires, et des
inhalothérapeutes de l'Est-du-Québec (SIIIEQ-CSQ) conteste devant le tribunal
du travail l'obligation de faire des heures supplémentaires.
    La présidente du SIIIEQ-CSQ, Mme Micheline Barriault, a expliqué
aujourd'hui en conférence de presse que c'est la première fois au Québec qu'un
syndicat représentant le personnel de la santé dépose un grief pour s'opposer
à l'obligation de faire des heures supplémentaires pour ses membres.

    Une exception qui est devenue une norme

    Le SIIIEQ-CSQ, qui est affilié à la Fédération de la santé du Québec
(FSQ-CSQ) et à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), a déposé à ce sujet
un grief le 6 avril dernier qui est entendu aujourd'hui devant le tribunal du
travail. Mme Micheline Barriault soutient que son syndicat plaidera pour
démontrer que ce qui devrait être un recours exceptionnel est malheureusement
devenu la norme.
    "Ce n'est pas normal que les directions des établissements de santé et de
services sociaux recourent régulièrement aux heures supplémentaires
obligatoires comme un mode de gestion normal. On ne peut pas imposer à des
travailleuses et à des travailleurs l'obligation presque permanente de faire
des heures supplémentaires. Ca n'a aucun sens et une telle obligation a de
graves conséquences pour le personnel", dénonce la présidente du SIIIEQ-CSQ.

    Un état d'épuisement accentué

    Mme Micheline Barriault précise que, dans le contexte où les
travailleuses et les travailleurs de la santé sont régulièrement en surcharge
de travail, les heures supplémentaires obligatoires accentuent l'état
d'épuisement du personnel.
    "Les travailleuses et les travailleurs n'ont pas à faire les frais de
l'incapacité des directions d'établissements à gérer efficacement leurs
besoins de personnel. Les heures supplémentaires obligatoires ne peuvent pas
devenir une norme de gestion parce qu'à long terme, un tel recours met en
péril la santé même du personnel et, par voie de conséquence, la sécurité et
la qualité des soins offerts à la population", prévient Mme Barriault.

    Un ministre qui a retrouvé le bon sens

    D'autre part, la présidente du SIIIEQ-CSQ a également profité de la
conférence de presse pour réagir à la décision du ministre de la Santé et des
Services sociaux, Yves Bolduc, de réinstaurer le système de primes d'été
offertes aux infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes échange
d'une plus grande disponibilité au cours de la période estivale.
    "Ces primes sont loin d'être un privilège quand on considère qu'étant
donné la pénurie de personnel dans les établissements, un grand nombre de nos
membres ont de la difficulté à prendre leurs vacances et doivent être plus
disponibles. Le ministre de la Santé avait donc été très mal conseillé de
retirer ces primes puisque sa décision aurait rendu l'été encore plus
difficile dans les établissements. Heureusement, il a fini par reconnaître son
erreur et par comprendre le bon sens", commente Mme Barriault.

    Hommages aux infirmières et infirmiers

    En dernier lieu, Mme Micheline Barriault tient à profiter de la Journée
internationale des infirmières pour rendre hommage à ces travailleuses et à
ces travailleurs de la santé qui ne ménagent pas leurs efforts, chaque jour,
pour assurer des soins de santé de qualité à l'ensemble de la population.
    "Les conditions de travail des infirmières et des infirmiers se sont
considérablement détériorées au cours des dernières années. C'en est rendu à
un point tel qu'il est devenu de plus en plus difficile d'attirer des jeunes
dans la profession et même de retenir les travailleuses et les travailleurs
qui y sont déjà. Ces derniers méritent donc notre reconnaissance en cette
journée spéciale", conclut la présidente du SIIIEQ-CSQ, Mme Micheline
Barriault.

    Profil de la CSQ, de la FSQ-CSQ et du SIIIEQ

    La Centrale des syndicats du Québec représente près de 170 000 membres.
La CSQ est présente dans les secteurs de l'éducation, de la santé et des
services sociaux, des services de garde, du municipal, des loisirs, de la
culture, du communautaire et des communications. La FSQ-CSQ représente près de
7000 infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et puéricultrices
travaillant dans des établissements de tous les secteurs de la santé : CHSLD,
CH, CLSC, centres de réadaptation, dispensaires, régies régionales,
établissements privés conventionnés et Héma-Québec. Le SIIIEQ représente 1650
infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes dans cinq centres de
santé et services sociaux de la Gaspésie.




Renseignements :

Renseignements: Claude Girard, Agent d'information CSQ, Cell.: (514)
237-4432, girard.claude@csq.qc.net; Micheline Barriault, Présidente SIIIEQ,
(418) 775-9425


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.