Une pénurie d'infirmières moins forte selon CIRANO - La FSQ-CSQ met en doute les intérêts réels du groupe de recherche



    MONTREAL, le 22 janv. /CNW Telbec/ - "Ce n'est pas parce que le groupe
CIRANO publie une étude mettant en doute l'ampleur de la pénurie d'infirmières
qu'il faut y croire. Il ne faut surtout pas oublier que le groupe CIRANO est
un ardent promoteur d'un accroissement du privé en santé et que la publication
d'une telle étude, qui contredit le vécu quotidien du personnel infirmier
partout au Québec, n'est pas un geste innocent et dénué de tout intérêt."
    La présidente de la Fédération de la santé du Québec, FSQ-CSQ, affiliée à
la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Mme Monique Bélanger, réagit ainsi
à l'étude rendue publique en début de semaine par le groupe CIRANO et se
voulant un portrait des conditions de pratique et de la pénurie des effectifs
infirmiers au Québec.
    "Il n'est pas question de se lancer dans une guerre de chiffres ou sur la
méthodologie de recherche, mais il est évident que la pénurie de personnel est
un sérieux problème bien réel qui a pour conséquence un taux élevé d'heures
supplémentaires dans l'ensemble des régions du Québec. Les chiffres du
ministère le démontrent, les directions d'établissements le confirment
régulièrement en déplorant la situation et nos membres peuvent en témoigner
facilement", soutient la présidente de la FSQ-CSQ.

    Une question pour le groupe CIRANO

    Mme Monique Bélanger ajoute que ce n'est pas tant la pénurie de personnel
qu'il faut mettre en doute, mais plutôt les intentions réelles du groupe
CIRANO à publier une telle étude qui vient nier une réalité reconnue par tous
les acteurs du secteur de la santé.
    "Il n'y a pratiquement pas une journée qui passe sans qu'une direction
d'établissement, dans une région ou l'autre au Québec, ne dénonce le manque de
personnel infirmier. Pourquoi le groupe CIRANO essaie-t-il de nous faire
croire le contraire ? Probablement parce qu'une telle pénurie nuit à leurs
efforts visant à permettre au secteur privé d'occuper une plus grande place en
santé au Québec", suggère la présidente de la FSQ-CSQ.

    Une étude douteuse

    Monique Bélanger ajoute qu'il est évident que le manque de personnel
infirmier dans le secteur public ne favorise pas le discours de ceux qui
voudraient que la pratique puisse se faire tant dans le secteur public que
privé.
    "Dans ce contexte, il faut se questionner sur la valeur d'une étude
réalisée par un groupe de pression, favorable au privé, qui met justement en
doute l'ampleur de la pénurie. C'est comme si on voulait nous faire croire que
les infirmières ne travaillent pas assez et qu'elles disposent de temps pour
aller travailler au privé", commente Mme Bélanger.

    Des problèmes bien réels

    Par ailleurs, la présidente de la FSQ-CSQ rappelle que les problèmes de
pénurie sont bien réels et que des solutions ont été proposées au ministère
pour améliorer la situation.
    "Il faut à la fois augmenter le nombre de poste à temps complet et
accroître le nombre de jours travaillés pour le personnel occupant un poste à
temps partiel. Présentement, 60 % des postes sont à temps partiel contre 40 %
à temps complet. Il faut renverser cette situation pour mieux répondre aux
besoins", explique Mme Bélanger.

    Des solutions connues

    Elle ajoute que les directions des établissements et le gouvernement ont
l'occasion et la possibilité de changer les choses, mais la volonté d'agir
doit être au rendez-vous.
    "Les solutions sont connues et à défaut de pouvoir augmenter le nombre
d'infirmières et d'infirmiers, nous pouvons certainement augmenter le nombre
de jours de présence au travail en créant un plus grand nombre de postes à
temps complet. Ce simple geste contribuerait déjà à améliorer grandement la
situation", précise la présidente de la FSQ-CSQ.
    En terminant, Mme Bélanger se réjouit que le groupe CIRANO, en dépit de
son parti-pris, reconnaisse que le salaire du personnel infirmier au Québec
est insuffisant comparativement au reste du pays.

    Profil de la CSQ et de la FSQ-CSQ

    La Centrale des syndicats du Québec représente quelque 155 000 membres,
dont plus de 100 000 dans le secteur public, la grande majorité dans le
secteur de l'éducation. Elle est présente dans les secteurs de la santé et des
services sociaux, des services de garde, du municipal, des loisirs, de la
culture, du communautaire et des communications. La FSQ-CSQ représente près de
7000 infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et puéricultrices
travaillant dans des établissements de tous les secteurs de la santé : CHSLD,
CH, CLSC, centres de réadaptation, dispensaires, régies régionales,
établissements privés conventionnés et Héma-Québec.




Renseignements :

Renseignements: Claude Girard, Agent d'information CSQ, Cell.: (514)
237-4432, girard.claude@csq.qc.net


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.