Une nouvelle étude dévoile qu'un nombre alarmant de femmes au nord du Canada sont exposées au risque d'itinérance. Les organisations féminines demandent avec instance à tous les niveaux du gouvernement de trouver des solutions rapidement.



    OTTAWA, le 14 nov. /CNW/ - Une étude pan territoriale de l'itinérance
dépeint un tableau troublant du désespoir auquel font face tous les jours de
nombreuses femmes dans le Nord. Il suffit de peu pour se retrouver sans abri :
une étude de l'itinérance des femmes au nord du 60e parallèle est la première
recherche de ce type à se pencher sur les réalités des femmes qui vivent dans
l'itinérance ou qui sont exposées au risque de le devenir dans les territoires
du nord du Canada.
    Le Nunavut, les Territoires du Nord-ouest et le Yukon ont mené leurs
recherches utilisant la même méthodologie. Ces dernières ont été compilées
pour constituer un rapport pan territorial. En plus des groupes types, des
prestataires de service et 205 femmes de divers milieux ont été interviewés
dans les petites communautés et les capitales, à travers ces trois
territoires. Elles ont partagé leur histoire et leur vécu et ont appelé à
l'action pour mettre un terme à cette situation intolérable.
    "En hiver, de nombreuses femmes vont d'un endroit à un autre et se font
héberger par des proches (couch surfing). Il n'y a aucune sécurité, mais nous
ne pouvons pas dormir dehors et nous n'avons pas où aller" a déclaré l'une des
participantes à cette étude.
    Cette étude conclut que la plupart des femmes dans le nord sont fortement
exposées au risque de devenir itinérantes. Les raisons sont complexes et
regroupent des facteurs déterminants qui vont au-delà du manque critique de
logements abordables, ce qui conduit à des conséquences dévastatrices.
    Le rapport souligne que les femmes dans le Nord doivent faire face à
plusieurs défis, à savoir l'enclavement, les rudes conditions climatiques, des
niveaux de violence extrêmes et de fractures familiales associées à la
colonisation et à la disparition de la culture traditionnelle, à un coût de la
vie élevé, à un système de revenu inapproprié, à des services pour femmes
inadéquats et à une dépendance à l'alcool et aux drogues.
    "Nombre de circonstances de la vie peuvent mener à les femmes à
l'itinérance dans le Nord" affirme Stephanie Williams de Condition féminine
Qulliit du Nunavut. "Comme une femme l'a si justement exprimé, il suffit de
peu pour se retrouver sans abri".
    "Trop de femmes finissent par entrer dans un cycle ponctué par
l'itinérance absolue (ou elles dorment dehors ou dans des habitations ou des
voitures abandonnées), des passages dans les refuges d'urgence et
l'hébergement chez des personnes qui leur offriront un toit (il s'agit souvent
de situations abusives)" ajoute Judie Bopp, chercheure principale.
    Il suffit de peu pour se retrouver sans abri : une étude de l'itinérance
des femmes au nord du 60e parallèle offre un chemin critique pour résoudre ce
qui représente maintenant l'une des inquiétudes sociales les plus pressantes
au Canada en général, et au Nord en particulier.
    Ce rapport propose 16 recommandations à tous les niveaux du gouvernement
afin que ces dernières soient mises en place. Il s'agit notamment de :

    
    -   La création d'une politique nationale pour le logement qui tient
        compte des circonstances particulières et des besoins spécifiques des
        femmes vulnérables ;

    -   l'augmentation du nombre de logement décent, sécuritaire et
        abordable ;

    -   la mise en place de stratégies visant à réduire la pauvreté ;

    -   la mise en place de politiques décisionnelles relatives au logement
        qui supprime les obstacles auxquelles font face les femmes vivant
        dans la violence, celles qui sont itinérantes et celles qui sont
        exposées au risque de le devenir.
    

    "La situation décrite dans cette étude est urgente et incompatible avec
l'engagement du Canada au bien-être humain fondamental", déclare
Charlotte Hrenchuk du conseil de Condition féminine du Yukon. "Il se peut que
cela semble difficilement résolvable, mais quelques mesures correctement
conçues peuvent faire une grande différence."
    "Les communautés et les agences du Nord sont impatientes à l'idée de
répondre aux besoins immédiats de cette population itinérante et de travailler
en étroite collaboration pour s'atteler aux causes sous-jacentes" souligne
Lyda Fuller, directrice générale de YWCA Yellowknife. "Cette volonté et cet
engagement doivent trouver réponse auprès du gouvernement par le biais
d'initiatives appropriées."

    Le rapport sera présenté lors d'une conférence de presse ce matin à 11h00
dans la salle Charles Lynch dans le bloc central de la Colline du parlement.

    La trousse media est disponible sur demande, en envoyant un courriel à
Mélusine Klein, ywcacanada@gmail.com





Renseignements :

Renseignements: ou organiser une entrevue, veuillez contacter: Virginia
Bawlf, à Ottawa, cellulaire (416) 708-6879; YWCA contact à Ottawa, (613)
789-5555

Profil de l'entreprise

YWCA Canada

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.