Une grande majorité de Québécois veut entendre parler de l'avenir des services publics



    QUEBEC, le 16 mars /CNW Telbec/ - Selon un sondage réalisé par Léger
marketing du 7 au 12 mars 2007(1) et commandité par le Syndicat de
professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), plus de
62 % des Québécois jugent que l'avenir des services publics n'est pas
suffisamment discuté dans le cadre de la présente campagne électorale. Par
ailleurs, 73 % des Québécoises et Québécois croient que le maintien de la
qualité et de l'accessibilité des services publics est plus important qu'une
réduction des dépenses gouvernementales.
    "Ces résultats indiquent, encore une fois, que la population du Québec
tient au maintien des services publics de qualité qu'ils se sont donnés au fil
des ans. Cependant, les décisions prises par les gouvernements depuis les deux
dernières décennies ont entraîné une détérioration qui commence à être perçue
par la population", explique Gilles Dussault, président du SPGQ. En effet, un
plus grand nombre de Québécois (45 %) jugent que la qualité des services
publics s'est détériorée au cours des quatre dernières années, par rapport à
ceux (42 %) qui jugent qu'elle est demeurée la même. Plus de quatre Québécois
sur dix constatent même que l'accessibilité des services publics a diminué au
cours des quatre dernières années.
    Autre révélation intéressante de ce sondage : 46 % de la population
considère qu'il n'est pas possible de maintenir des services publics de
qualité en ne remplaçant qu'un seul employé sur deux qui partent. On constate
donc que les gens comprennent qu'ils subiront les impacts de la politique
d'attrition si elle est maintenue. Ils sont aussi préoccupés par les problèmes
d'attraction et de la relève du personnel des services publics, puisque 80 %
des répondants jugent inacceptable le fait que le gouvernement ne reconnaisse
pas l'expérience et la scolarité des nouveaux employés lors de leur embauche.
    "Un autre aspect important de ce sondage est l'attachement des
Québécoises et Québécois au droit des travailleuses et des travailleurs de
négocier leur convention collective", ajoute Gilles Dussault. Les deux tiers
(67 %) des répondants au sondage considèrent que ce droit est fondamental et
qu'il devrait être respecté par tous les employeurs, y compris le
gouvernement. "Il est clair que les 2/3 de la population sont en désaccord
avec l'imposition de décrets, tels que la loi 142, adoptée en décembre 2005.
Le prochain gouvernement devrait donc, en conséquence, reprendre la
négociation pour conclure une convention collective dans le respect des droits
des femmes et des hommes qui oeuvrent au service de la population", suggère le
président du SPGQ.
    Les services publics sont des moyens de permettre à chaque citoyenne et
citoyen de s'épanouir dans une société. C'est l'ensemble de notre société, y
compris le secteur privé, qui profite globalement des services publics. Il
suffit de songer à l'environnement, à l'éducation, à la formation, à l'accueil
des immigrants, à la lutte à la pauvreté, à la santé, à la culture, etc. "Nous
bénéficions toutes et tous des services publics et nous sommes toutes et tous
touchés par leur détérioration", conclut Gilles Dussault. "Le 26 mars
prochain, nous invitons la population à faire du maintien de services publics
de qualité le facteur déterminant de leur choix avant de déposer leur bulletin
de vote dans l'urne."

    Le SPGQ est le plus grand syndicat de professionnelles et professionnels
du Québec. Il représente près de 19 000 personnes de la fonction publique, des
sociétés d'Etat, des réseaux de l'éducation et de la santé du Québec,
rattachées à 35 unités de négociation.

    -------------------------------
    (1) Sondage Web auprès d'un échantillon de 1003 Québécoises et Québécois,
    âgés de 18 ans et plus et pouvant s'exprimer en français ou en anglais.
    Les résultats du sondage ont été pondérés selon le sexe, l'âge, la région
    de résidence ainsi que la langue maternelle afin de rendre l'échantillon
    représentatif de l'ensemble de la population adulte du Québec. La marge
    d'erreur est de +/- 3,1%, 19 fois sur 20.




Renseignements :

Renseignements: Michel Monette, relations de presse, SPGQ, (418)
254-9218 cell., 1-800-463-5079 bureau, mmonette@spgq.qc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.