Une étude publiée par la revue scientifique Foodborne Pathogens and Disease confirme l'efficacité du vaccin contre E. coli 0157



    
       - réduction significative de la contamination de l'environnement
        après l'administration de deux doses du vaccin à des bovins -
    

    BELLEVILLE, ON, le 17 oct. /CNW/ - Bioniche Life Sciences Inc. (BNC à la
Bourse de Toronto), société biopharmaceutique canadienne de recherche axée sur
la technologie, a annoncé aujourd'hui que les résultats d'une vaste étude
menée dans des parcs d'engraissement de bovins inoculés par le vaccin contre
E. coli O157 de la Société ont été publiés dans Foodborne Pathogens and
Disease (vol. 5, numéro 5, 2008), revue scientifique approuvée par des pairs.
    L'article s'intitule "A Two-Dose Regimen of a Vaccine Against Escherichia
coli O157:H7 Type III Secreted Proteins Reduced Environmental Transmission of
the Agent in a Large-Scale Commercial Beef Feedlot Clinical Trial" (David R.
Smith, Rodney A. Moxley, Robert E. Peterson, Terry J. Klopfestein, Galen E.
Erickson et Sharon L. Clowser).
    L'essai clinique du vaccin sur des bovins à l'engraissement visait à
vérifier l'effet d'un programme de vaccination à deux doses du vaccin contre
les protéines de type III qui sont sécrétées par Escherichia coli (E. coli)
O157:H7 entérohémorragique sur la probabilité de détecter le microorganisme
sur des dispositifs d'échantillonnage dans l'environnement des animaux.
    Le vaccin a été administré à toutes les bêtes dans des enclos traités à
l'arrivée, puis de nouveau sur une base routinière. Les enclos ont fait
l'objet d'un échantillonnage pendant quatre périodes de tests, soit une
semaine après l'administration de la seconde dose de vaccin puis toutes les
trois semaines. Des échantillons ont été prélevés sur sept cordes par enclos,
lesquelles étaient suspendues jusqu'au lendemain au rail de distribution
d'aliments (méthode ROPES). L'étude a été réalisée entre les mois de février
et d'octobre 2004 sur 20 556 bovins, répartis dans 140 enclos de 19 parcs
d'engraissement. Dans les enclos où l'on avait procédé à une vaccination, les
animaux étaient moins susceptibles de recevoir un résultat positif (RC = 0,59,
p = 0,004) d'après la méthode ROPES que dans les enclos où aucun vaccin
n'avait été administré. Du fait que les tests par la méthode ROPES permettent
de cibler des microorganismes dans la gueule des animaux et que leurs
résultats s'avèrent associés à la présence des microorganismes dans
l'environnement et reliés à la prévalence de matières fécales, les chercheurs
en ont conclu que le programme de vaccination à deux doses réduit la
probabilité de transmission environnementale de E. coli O157:H7 dans les parcs
d'engraissement commerciaux.
    "On a ainsi une nouvelle preuve reconnue par les pairs de l'efficacité du
vaccin de Bioniche contre E. coli O157", a déclaré le Dr Dragan Rogan,
vice-président, recherche et développement en santé animale, Bioniche Life
Sciences Inc. "Bien que l'étude ait été concluante en utilisant un programme à
deux doses, il est important de souligner que l'approbation réglementaire
initiale du vaccin sera fondée sur un programme à trois doses. Le but final du
vaccin est de réduire le plus possible la prévalence de la bactérie E. coli
dans l'environnement des animaux, à partir duquel elle contamine l'eau, les
fruits et légumes ou la viande et donc les êtres humains."
    Parmi les récentes éclosions d'E. coli O157:H7, citons celle survenue à
North Bay, en Ontario, avec 15 cas de contamination humaine confirmés en
laboratoire et 78 autres cas en cours d'évaluation cette semaine. Ces cas sont
reliés à un restaurant Harvey's de la région. Une autre éclosion provoquée par
de la laitue iceberg s'est produite au début du mois de septembre, 50
personnes ayant été atteintes au Michigan, en Illinois et au Canada.

    Foodborne Pathogens and Disease

    Cette revue internationale, évaluée par des pairs, publie des articles
originaux et de brèves communications sur la recherche et sur les maladies
causées par les agents pathogènes d'origine alimentaire. Les sujets traités
comprennent les nouveaux agents pathogènes, l'émergence de la résistance aux
médicaments, les méthodes et les technologies de détection rapide et exacte,
les méthodes de destruction ou de lutte contre les agents pathogènes d'origine
alimentaire dans la production et la transformation des aliments ainsi que
l'élaboration de nouvelles stratégies de prévention et de lutte contre les
maladies des plantes et des animaux qui ont une incidence sur la salubrité des
aliments. A l'occasion, la revue publie également des études et des rapports
spéciaux sur des sujets tels que l'agroterrorisme et la salubrité des produits
alimentaires biologiques et des produits génétiquement modifiés.

    E. coli O157:H7

    On estime que 100 000 cas d'infection humaine par E. coli O157:H7 sont
signalés chaque année en Amérique du Nord. De 2 % à 7 % des personnes
infectées développent le syndrome hémolytique et urémique (SHU), maladie
caractérisée par une insuffisance rénale (lors de récentes éclosions, cette
proportion a grimpé jusqu'à 16 %). Cinq pour cent des patients atteints du
syndrome hémolytique et urémique en meurent; parmi eux, beaucoup d'enfants et
de personnes âgées, chez qui les reins sont plus sensibles aux lésions.
    Outre par la consommation d'eau et d'aliments contaminés, l'infection par
E. coli O157:H7 peut se produire à l'occasion d'une visite d'une exposition
d'animaux. Les zoos pour enfants, les foires et les expositions agricoles
fournissent de nombreuses voies de transmission de E. coli. Bien que le
contact direct (par ex., excréments, fourrure, salive) avec un animal soit la
voie la plus évidente, le contact avec des produits contaminés (p. ex., mains
courantes, sciure, copeaux, chaussures ou vêtements souillés) peut également
provoquer une infection humaine.

    Le vaccin bovin contre E. coli O157

    En septembre 2007, le vaccin bovin contre E. coli O157 de Bioniche a
obtenu une reconnaissance internationale avec le prix "Animal Pharm Industry
Excellence" à titre de meilleur nouveau produit vétérinaire pour le bétail. Il
a été mis au point dans le cadre d'une alliance stratégique formée en 2000
entre l'Université de la Colombie-Britannique, l'Alberta Research Council
(ARC), la Vaccine and Infectious Disease Organization (VIDO) de l'Université
de la Saskatchewan et Bioniche, qui détient les droits de commercialisation
mondiale du vaccin. Le vaccin empêche la bactérie E. coli O157 de se fixer aux
intestins des bovins, réduisant sa prolifération dans l'animal et, ainsi, la
quantité de bactéries dispersées dans l'environnement avec le fumier. Au cours
des six dernières années, plus de 30 000 bovins ont été vaccinés dans le cadre
de tests cliniques.
    Deux articles ont été publiés en novembre dernier dans une revue
approuvée par des pairs, soit le Journal of Food Protection, au sujet de
l'efficacité du vaccin contre E. coli. Ces articles étaient liés à des études
de provocation sur le terrain réalisées à l'University of Nebraska-Lincoln et
menées chez près de 900 animaux en 2002 et en 2003. Parmi les conclusions des
chercheurs David Smith et Rod Moxley et al : Le fait de vacciner la majorité
des bovins d'un enclos a un effet immunoprotecteur considérable sur les bovins
non vaccinés du même enclos, phénomène qui se nomme "immunité collective".

    Bioniche Life Sciences Inc.

    Bioniche Life Sciences Inc. est une société biopharmaceutique canadienne
de recherche axée sur la technologie qui découvre, met au point, fabrique et
commercialise des produits exclusifs destinés au marché mondial de la santé
humaine et animale. La société entièrement intégrée emploie environ 200
personnes qualifiées évoluant au sein de trois divisions : santé humaine,
santé animale et salubrité des aliments. Le principal objectif de la société
est la mise au point de traitements anticancéreux exclusifs dont le
financement est assuré par la commercialisation des produits de santé animale
et humaine. Bioniche a été nommée l'une des 10 plus importantes entreprises
des sciences de la vie au Canada en 2008. Pour obtenir de plus amples
renseignements, veuillez consulter le site www.Bioniche.com.

    Hormis les renseignements de nature historique, le présent communiqué
peut contenir des énoncés prospectifs qui reflètent les attentes actuelles de
la société par rapport aux événements futurs. Ces énoncés prospectifs sont
assujettis à divers facteurs de risque et d'incertitude, notamment l'évolution
de la conjoncture commerciale, la conclusion fructueuse des études cliniques
en temps opportun, la création d'alliances commerciales, l'incidence des
produits et des prix de la concurrence, la mise au point de nouveaux produits,
le processus d'autorisation réglementaire et d'autres risques décrits
périodiquement dans les rapports trimestriels et annuels de la société.

    %SEDAR: 00013159F c6736




Renseignements :

Renseignements: Jennifer Shea, vice-présidente, Communications,
relations avec les investisseurs et le gouvernement, Bioniche Life Sciences
Inc., Tél.: (613) 966-8058, Cell.: (613) 391-2097, Jennifer.Shea@Bioniche.com

Profil de l'entreprise

Telesta Therapeutics Inc.

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.