Une étude pilote ouvre la voie à l'emploi d'Avastin à des fins curatives chez les femmes atteintes d'un cancer du sein



    
    -   Roche s'engage à réaliser, en collaboration avec Genentech, un vaste
        programme de recherche clinique d'appoint de phase III afin d'évaluer
        le potentiel d'Avastin dans le traitement du cancer du sein à un
        stade précoce
    

    SAN ANTONIO, TX, le 17 déc. /CNW/ - D'après les résultats d'une étude de
phase II, Avastin (bevacizumab) peut faire l'objet de recherches sur le
traitement postchirurgical du cancer du sein en association avec un régime
thérapeutique reposant sur l'anthracycline. Ces résultats ouvrent la voie à
l'emploi d'Avastin à des fins curatives chez les femmes souffrant de cette
maladie dévastatrice. Présentés aujourd'hui dans le cadre du colloque de San
Antonio sur le cancer du sein (SABCS), les résultats de l'étude E2104 ont
révélé qu'il était possible d'administrer une chimiothérapie standard reposant
sur l'anthracycline (doxorubicine) en association avec Avastin, après
l'ablation chirurgicale d'une tumeur au sein, sans toutefois augmenter outre
mesure l'incidence de dysfonctions cardiaques indésirables, liées typiquement
à cette forme de chimiothérapie.
    Ces données favorisent le lancement d'un programme de recherche clinique
de phase III sur le traitement d'appoint du cancer du sein, qui nécessitera
l'inclusion de quelque 10 000 patientes atteintes d'un cancer du sein à un
stade précoce. Avastin permet déjà aux femmes atteintes d'un cancer du sein à
un stade avancé (métastatique) de vivre deux fois plus longtemps, tout en ne
constatant aucune progression de leur maladie(1).
    "Le mode d'action unique d'Avastin se prête également à son emploi auprès
des femmes qui souffrent d'un cancer du sein à un stade plus précoce", a
déclaré Dre Kathy Miller, rattachée à la Faculté de médecine de l'Université
de l'Indiana, aux Etats-Unis, et chercheure principale de l'étude E2104. "Nous
savons maintenant que l'emploi d'Avastin en association avec les
anthracyclines, à titre de traitement d'appoint, n'engendre aucune hausse
préoccupante des taux de dysfonction cardiaque. Armés de cette preuve, nous
pourrons valider entièrement les effets d'Avastin dans le cadre d'un grand
programme d'essais cliniques de phase III d'envergure mondiale."
    Les résultats de l'étude E2104 ont révélé que la dysfonction cardiaque ne
constitue nullement une préoccupation majeure dans le cas du traitement par
Avastin en association avec la doxorubicine. D'après les résultats présentés
dans le cadre du SABCS, deux cas d'insuffisance cardiaque congestive
symptomatique ont été signalés respectivement dans les deux groupes ayant reçu
un traitement fondé sur Avastin, et qui comptaient plus d'une centaine de
sujets. Ces cas se situent dans l'intervalle établi relativement à la
chimiothérapie fondée uniquement sur l'anthracycline.
    Grâce à la conclusion des essais cumulatifs sur le traitement du cancer
du côlon par Avastin, ainsi qu'à la confirmation récente de l'innocuité
d'Avastin en tant que traitement d'appoint du cancer du sein, l'équipe du
programme d'essais cliniques de phase III sur le traitement d'appoint du
cancer du sein a déjà entrepris l'inclusion des sujets. Ce programme de
recherche d'appoint de grande envergure prévoit la réalisation de deux essais
auprès de patientes présentant un cancer du sein HER-2 négatif :

    
    -   L'étude E5103 devrait nécessiter l'inclusion de 4 950 sujets. Elle
        permettra de comparer l'administration d'Avastin en association avec
        une chimiothérapie reposant sur l'anthracycline à la chimiothérapie
        fondée uniquement sur l'anthracycline.

    -   L'étude BEATRICE portera sur l'administration d'Avastin en
        association avec des chimiothérapies standard, en comparaison du
        recours unique à la chimiothérapie chez 2 530 sujets dont on prévoit
        l'inclusion et qui ne sont pas candidates à l'hormonothérapie.
    

    De plus, l'essai BETH a trait au traitement postchirurgical par Avastin
chez des sujets présentant un cancer du sein HER-2 positif. Ce projet de
recherche permettra d'étudier l'ajout d'Avastin à Herceptin (trastuzumab)
administré en association avec des régimes chimiothérapeutiques bien établis.
    Dans le monde entier, le cancer du sein représente la principale cause de
décès chez les femmes âgées de moins de 55 ans. Chaque année, plus d'un
million de femmes reçoivent un diagnostic de cancer du sein et plus de 400 000
femmes décèdent des suites de cette maladie(2).

    L'étude E2104 en bref

    Le projet E2104, étude de phase II, est conçu pour évaluer l'innocuité
d'Avastin et la faisabilité de son intégration à un régime thérapeutique
d'appoint reposant sur l'anthracycline. L'étude a nécessité l'inclusion de 226
femmes souffrant d'un cancer du sein avec atteinte du noeud lymphatique. Ces
sujets avaient déjà subi une ablation chirurgicale (mastectomie) de la lésion
ainsi qu'un curage ganglionnaire. Le National Cancer Institute (NCI), entité
des National Institutes of Health des Etats-Unis, a commandité cette étude,
dont un réseau de chercheurs assume la réalisation sous la direction de
l'Eastern Cooperative Oncology Group (ECOG). Ces chercheurs ont assigné
séquentiellement les patientes à l'un des deux groupes de traitement :

    
    -   Le groupe A a reçu un traitement intensif par la doxorubicine et le
        cyclophosphamide en association avec Avastin, suivi d'un traitement
        par le paclitaxel en association avec Avastin, ainsi que d'un
        traitement unique par Avastin. Durant une période d'un an, l'équipe
        de recherche a administré Avastin à toutes les 2 semaines, à une dose
        de 10 mg/kg.

    -   Le seul élément distinguant le groupe B du groupe A résidait dans
        l'administration d'Avastin après la fin du traitement par la
        doxorubicine en association avec le paclitaxel. A l'instar du groupe
        A, les sujets ont continué de recevoir le traitement par Avastin un
        an après son instauration.
    

    L'objectif principal de l'étude visait à déterminer l'incidence de
dysfonction cardiaque cliniquement apparente chez les sujets souffrant d'un
cancer du sein avec atteinte du noeud lymphatique. Ces patientes avaient reçu
un traitement par le bevacizumab et un traitement intensif par la doxorubicine
en association avec le cyclophosphamide, suivi d'un traitement par le
paclitaxel (ddAC (greater than) T). Au cours de leur traitement et durant une
période post-traitement de six mois, les sujets ont subi des examens cliniques
et une série d'évaluations de la fonction ventriculaire gauche.

    
    Renseignements complémentaires

    -   Activités de Roche dans le domaine de l'oncologie :
        http://www.roche.com/pages/downloads/company/pdf/mboncology05e_b.pdf

    -   Guichet santé de Roche, rubrique cancer :
        http://www.health-kiosk.ch/start_krebs

    Références
    ----------

    (1) Miller, K.D. et coll. "E2100 Breast Cancer Res.", Treat, vol. 94,
        2005, S6 (résumé 3).

    (2) Kamangar, F. et coll. J Clin Oncol, vol. 24, no 14, 2006;
        p. 2137-2150.
    





Renseignements :

Renseignements: Roche, Christine Mage-Hill, +41(0)61688995; Galliard
Healthcare, Dominic Elliston, +44(0)2076632266

Profil de l'entreprise

Roche

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.