Une étude canadienne établit que la thérapie par neurostimulation diminue significativement la douleur chronique aux jambes et au dos



    L'étude contrôlée, la plus importante à ce jour, révèle que la thérapie
    par neurostimulation de Medtronic assure un soulagement plus marqué que
    la prise exclusive de médicaments

    MISSISSAUGA, ON, le 15 oct. /CNW/ - Une importante étude canadienne,
récemment publiée par le journal médical international PAIN et appuyée par
Medtronic Inc., offre une lueur d'espoir à des millions de patients du monde
entier souffrant de douleur chronique. L'étude a permis de constater que les
gens atteints de douleur neuropathique débilitante aux jambes et au dos
bénéficient significativement plus d'une thérapie par neurostimulation que de
la gestion médicale conventionnelle seule.
    La thérapie par neurostimulation, mise au point dans les années 70, fait
appel à un dispositif médical implantable pour administrer des impulsions
électriques bloquant les signaux de douleur dans la moelle épinière. Dans le
cadre de l'étude, la gestion médicale conventionnelle comprenait des
médicaments oraux, l'anesthésie tronculaire, des stéroides, la physiothérapie,
la psychothérapie et des soins chiropratiques.
    L'étude, appelée PROCESS (acronyme de PROspective randomized Controlled
trial of the Effectiveness of Spinal cord Stimulation), a révélé que la
thérapie par neurostimulation en association avec une gestion médicale
conventionnelle avait assuré aux patients, après six mois, un soulagement
significativement plus marqué de leur douleur ainsi qu'une meilleure qualité
de vie, une plus grande capacité fonctionnelle et une plus grande satisfaction
à l'égard du traitement que la gestion médicale conventionnelle seule. De
plus, 48 p. 100 des patients désignés pour recevoir une neurostimulation en
plus de traitements conventionnels ont éprouvé une atténuation supérieure d'au
moins 50 p. 100 de leur douleur aux jambes comparativement à neuf p. 100 de
ceux assignés uniquement à des traitements conventionnels (p (less than)
0,001).
    "Les patients qui souffrent d'une douleur neuropathique débilitante
continuelle au dos et aux jambes figurent parmi les cas les plus difficiles à
traiter en pratique clinique, le milieu réel de notre étude", a souligné Line
Jacques, M.D., chercheure dans l'étude, Professeure Adjointe - Service de
Neurochirurgie de l'Hôpital Neurologique de Montréal de l'Université McGill et
vice-présidente de la Canadian Neuromodulation Society . "Nos observations
indiquent que la neurostimulation offre aux patients vivant une telle
situation un traitement pouvant atténuer leur douleur à un degré
significativement plus marqué que ce que parvient à faire la gestion médicale
conventionnelle seule, et, ainsi, aide à restaurer également la qualité de vie
et la capacité fonctionnelle. Par conséquent, la thérapie par neurostimulation
devrait être ajoutée à la liste des traitements conventionnels et être
couramment envisagée pour les candidats appropriés." "Il est déplorable que
les ressources requises pour implanter ces produits soient limitées dans tous
les centres d'implantation et que les listes d'attente soient si longues,"
ajoute Dr. Jacques.

    A propos de l'étude PROCESS

    L'étude PROCESS est le plus important essai multicentrique, randomisé et
contrôlé, portant sur la thérapie par neurostimulation mené à ce jour. Selon
le modèle adopté, 100 patients provenant de 12 centres médicaux universitaires
de l'Australie, de la Belgique, du Canada, de l'Espagne, d'Israel, de
l'Italie, du Royaume-Uni et de la Suisse ont été répartis au hasard pour
recevoir des traitements médicaux conventionnels ou une thérapie par
neurostimulation pendant six mois, avec une période de suivi allant jusqu'à 24
mois. Les patients désignés pour recevoir une neurostimulation étaient
autorisés à recevoir, au besoin, des traitements médicaux conventionnels. Ces
traitements englobaient des médicaments oraux, des anesthésies tronculaires,
des injections de stéroides, de la physiothérapie, de la psychothérapie et des
soins chiropratiques.
    Le principal critère d'évaluation de l'étude consistait à déterminer la
proportion de patients de chaque groupe ayant signalé un soulagement accru,
d'au moins 50 p. 100, de leur douleur aux jambes après six mois. Les critères
secondaires comprenaient l'atténuation de la douleur aux jambes et au dos,
l'amélioration de la qualité de vie liée à la santé, de la satisfaction des
patients à l'égard du traitement et de la capacité fonctionnelle, les
modifications du recours aux thérapies antidouleur (pharmacologiques et non
pharmacologiques), ainsi que la fréquence et la nature des effets
indésirables.
    Les 100 participants à l'étude avaient tous déjà subi au moins une
chirurgie rachidienne réussie pour une hernie discale mais éprouvaient
toujours de la douleur modérée ou grave dans une ou les deux jambes et, à un
degré moindre, au dos, pendant au moins six mois. Ils n'étaient pas considérés
être des candidats à une autre chirurgie rachidienne. Leur douleur était
attribuable à des nerfs endommagés à la suite d'une compression non traitée ou
de longue date du nerf rachidien ou à une chirurgie rachidienne mettant en
cause une technique de décompression, laminectomie ou fusion. Leur douleur
avait significativement dégradé leur qualité de vie à un point comparable à
celle de patients atteints d'insuffisance cardiaque ou d'un cancer de phase
terminale.
    Après 12 mois de traitement, l'étude fait état de certains effets
indésirables. Les principales complications signalées chez les patients ayant
reçu une thérapie par neurostimulation englobaient le déplacement de
l'électrode, l'infection et la perte de paresthésie. Vingt-quatre p. 100 des
patients de ce groupe ont éprouvé un effet indésirable ayant nécessité une
chirurgie pour régler le problème. De plus, certains patients de chaque groupe
ont éprouvé des effets secondaires non associés aux dispositifs, notamment une
réaction indésirable à un médicament ou la manifestation d'une nouvelle
maladie, d'une nouvelle blessure ou d'un nouvel état pathologique.

    A propos de la douleur neuropathique

    La douleur neuropathique est associée à des nerfs endommagés ou à une
anomalie fonctionnelle du système nerveux. Elle affecte jusqu'à deux à huit p.
100 de la population - plus d'un million de Canadiens - mais elle est souvent
sous-diagnostiquée et sous-traitée. De tous les types de douleur, elle est
l'une des plus graves, chroniques, débilitantes, coûteuses et difficiles à
traiter. La douleur neuropathique affecte principalement le dos et les jambes.
    "Medtronic offre un gramme de traitements efficaces aux gens atteints de
douleur chronique, de la chirurgie rachidienne à effraction minimale à la
thérapie médicamenteuse intrathécale en passant par la neurostimulation",
souligne M. Neil D. Fraser, président de Medtronic du Canada Ltée. "Notre
compagnie continue d'investir de façon marquée dans la recherche clinique et
le développement de produits pour le bénéfice des gens souffrant de douleur
chronique et de leurs médecins."

    A propos de la Division de neuromodulation de Medtronic

    Medtronic a mis au point la neuromodulation et est le chef de file de
cette spécialité médicale qui consiste à administrer des impulsions
électriques ciblées et régulées, des produits pharmaceutiques et des produits
biologiques à des sites particuliers du système nerveux. La division de
neuromodulation de l'entreprise propose des thérapies novatrices pour la
douleur chronique, les troubles du mouvement, la spasticité, la vessie
hyperactive et la rétention urinaire, l'hyperplasie bénigne de la prostate et
la gastroparésie.

    A propos de Medtronic

    Medtronic est le chef de file mondial de la technologie médicale
fournissant des solutions permanentes aux gens atteints de maladies
chroniques. L'entreprise offre des produits, des thérapies et des services qui
améliorent ou prolongent la vie de millions de gens. Tous les ans, 5 millions
de patients bénéficient de la technologie de Medtronic servant à traiter des
états pathologiques, comme le diabète, les cardiopathies, les troubles
neurologiques, rachidiens et oto-rhino-laryngologiques ainsi que les maladies
vasculaires.
    Le siège social de Medtronic du Canada est situé à Mississauga, en
Ontario, depuis 1972. Cet édifice abrite un musée, un centre éducatif, des
aménagements de vente, de service et de distribution de tous les produits
homologués au pays. L'entreprise emploie plus de 350 Canadiens à l'échelle du
pays et compte 2 bureaux régionaux, l'un à Vancouver et l'autre à Montréal.

    Tous les énoncés prospectifs comportent des risques et des incertitudes,
comme ceux indiqués dans le rapport annuel de Medtronic sur formulaire 10-K
pour l'exercice terminé le 28 avril 2006. Les résultats réels peuvent différer
substantiellement de ceux anticipés.





Renseignements :

Renseignements: Vesna Krklinski, Six Degrees Medical Consulting, (416)
643-8621, vkrklinski@sixdegreesmed.com

Profil de l'entreprise

Medtronic du Canada Ltée.

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.