Une coalition exige que toutes les provinces assument leur juste part des mesures de lutte contre les changements climatiques



    
    Note aux rédacteurs : L'information contenue dans le présent communiqué
    est diffusée à 10 h 30, heure normale des Rocheuses, au cours d'une
    conférence de presse qui a lieu à la Christ Lutheran Church, 4825, avenue
    Dewdney, Regina, Saskatchewan.
    

    REGINA, le 6 août /CNW Telbec/ - Une coalition d'importants organismes
canadiens demande aux premiers ministres qui se réunissent aujourd'hui à
Regina de se mettre d'accord sur des mesures et des cibles plus ambitieuses de
lutte contre les changements climatiques pour le Canada. A quelques mois
seulement de la plus importante conférence des Nations Unies sur les
changements climatiques, les groupes font valoir que toutes les provinces, y
compris l'Alberta, devraient faire leur juste part.
    "Si les principales provinces n'exigent pas que chaque province fasse sa
juste part, nous serons tous perdants, affirme Jeh Custer du Sierra Club du
Canada. L'augmentation des émissions de gaz à effet de serre par l'Alberta
contrecarre les efforts déployés par les autres provinces. Pour que le Canada
parvienne à des résultats, nous devons tous faire notre juste part."
    "Les autres provinces ne devraient pas avoir à payer le prix des
émissions massives de gaz à effet de serre de l'Alberta et de la Saskatchewan,
déclare Dave Martin de Greenpeace Canada. L'Alberta a tiré d'énormes avantages
économiques des sables bitumineux, elle doit maintenant en payer le prix."
    Les groupes font également valoir que le refus obstiné du gouvernement
fédéral de collaborer de façon constructive avec les autres pays
industrialisés devient embarrassant face à la communauté internationale. Dans
ce contexte, les groupes demandent aux premiers ministres de montrer la voie
de la façon suivante :

    
    -   appui aux objectifs de réduction des émissions d'au moins 25 % par
        rapport aux niveaux de 1990 d'ici 2020, conformément aux niveaux
        recommandés actuellement par les scientifiques pour éviter les pires
        impacts des changements climatiques;

    -   insistance sur le fait que tout système national de réglementation
        des émissions de gaz à effet de serre doit s'appliquer équitablement
        à tous les secteurs économiques et à toutes les régions. Les premiers
        ministres ne devraient pas permettre que les émissions à partir des
        sables bitumineux augmentent ou qu'elles soient tellement contraires
        aux règles qu'elles nuisent aux autres régions et secteurs;

    -   insistance pour que le Canada fasse sa juste part pour aider les pays
        pauvres à s'adapter à l'impact des changements climatiques et à
        adopter une technologie énergétique propre.
    

    Bien que certaines provinces aient adopté les mesures appropriées de
lutte contre le réchauffement planétaire, d'autres tirent de l'arrière. Les
communiqués diffusés par la Fondation David Suzuki et le Pembina Institute
illustrent l'écart croissant entre les chefs de file en matière de lutte
contre les changements climatiques et les provinces de l'Alberta et de la
Saskatchewan (voir ci-dessous).
    "Dans moins de cinq mois, la communauté internationale se réunira à
Copenhague au Danemark pour mettre la dernière main au traité qui succédera au
Protocole de Kyoto", mentionne Hugo Seguin d'Equiterre. "Il est temps de faire
preuve d'honnêteté et d'admettre que la politique canadienne est pieds et
poings liés aux sables bitumineux."
    "Les Canadiens veulent être partie prenante des solutions de lutte contre
les changements climatiques. Mais les citoyens ne peuvent lutter seuls. Ils
veulent que les premiers ministres provinciaux et fédéral travaillent de façon
constructive à garantir que le Canada mette en oeuvre des plans d'action
efficace contre les changements climatiques afin de réduire les émissions en
visant des objectifs fondés sur les recherches scientifiques", ajoute Ian
Bruce, spécialiste des changements climatiques de la Fondation David Suzuki.
    Selon Graham Saul du Réseau action climat Canada, "les Canadiens partout
au pays sont préoccupés par les changements climatiques et s'efforcent de
faire leur part. Il est injuste que nos efforts soient réduits à néant par de
grandes entreprises qui refusent la dépollution."
    Le compte-rendu de la séance d'information de la Fondation David Suzuki
qui a lieu aujourd'hui est disponible à l'adresse www.davidsuzuki.org
    Le compte-rendu de la séance d'information du Pembina Institute,
intitulée "Highlights of Provincial Greenhouse Gas Reduction Plans", est
accessible à l'adresse http://climate.pembina.org

    Climate Action Network Canada - Réseau action climat Canada est une
coalition de plus de 50 organismes  environnementaux, confessionnels,
syndicaux, autochtones, de la santé et de jeunes engagés à prendre des mesures
pour véritablement lutter contre les changements climatiques au Canada.





Renseignements :

Renseignements: auprès des personnes présentes à Regina: Hugo Seguin,
Equiterre, (514) 247-1006; Dave Martin, Greenpeace Canada, (416) 627-5004; Ian
Bruce, Fondation David Suzuki, (604) 306-5095; Jeh Custer, Sierra Club du
Canada, (780) 660-5483; Graham Saul, Réseau action climat Canada, (613)
558-3368

Profil de l'entreprise

RESEAU ACTION CLIMAT CANADA

Renseignements sur cet organisme

Nouvelles - Environnement

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.