Un travailleur meurt écrasé : la CSST met en cause un mécanisme de retenue défectueux



    TROIS-RIVIERES, QC, le 17 juin /CNW Telbec/ - Un mécanisme de retenue
défectueux est à l'origine du décès de M. Eric Staples, survenu le 17 février
dernier. Ce dernier est mort écrasé sous un chariot à roulettes rempli
d'oeufs. Le travailleur de l'entreprise Ovac venait de terminer le remplissage
du chariot et s'affairait à faire redescendre ce dernier. C'est à ce moment
que le chariot a roulé en bas de la plate-forme élévatrice sur laquelle il
reposait pour se renverser sur le travailleur. L'entreprise de St-Nicéphore a
été mise à l'amende.

    Ecrasé par près de 370 kg
    -------------------------

    Le jour de l'accident, M. Eric Staples procède au remplissage d'un
chariot à roulettes en insérant des contenants de plastiques remplis d'oeufs
sur les tablettes. Le chariot est installé sur une plate-forme élévatrice
munie d'un adaptateur. Lorsque le remplissage est complété, M. Staples
commande la descente de la plate-forme pour l'amener au niveau du plancher de
l'usine. Le chariot, qui pèse près de 370 kg, roule alors en dehors de
l'adaptateur et tombe à la renverse sur le travailleur. Son collègue de
travail soulève rapidement le chariot pour le libérer et les premiers soins
lui sont prodigués. Le travailleur est transporté à l'hôpital où son décès est
constaté.

    Mieux identifier les dangers
    ----------------------------

    L'enquête a permis à la CSST de retenir trois causes pour expliquer cet
accident. En premier lieu, la méthode de travail utilisée, soit celle de
remplir le chariot de la tablette du haut vers celle du bas, est dangereuse.
De plus, le mécanisme qui sert à retenir ce même chariot est défectueux.
Finalement, l'organisation et la supervision du travail entourant le
remplissage du chariot sont déficientes.

    Révision de l'organisation du travail
    -------------------------------------

    A la suite de l'accident, la CSST a interdit l'utilisation des deux
plates-formes élévatrices où s'effectue le remplissage des chariots. Avant de
pouvoir les remettre en fonction, l'entreprise devait mettre en place des
mesures de sécurité et réviser son organisation du travail quant à
l'utilisation des plates-formes élévatrices. A ce jour, l'interdiction
d'utiliser les plates-formes est toujours en vigueur.
    La CSST considère que l'employeur Ovac a agi de manière à compromettre la
sécurité des travailleurs. En conséquence, un constat d'infraction lui a été
délivré. Pour cette infraction, l'amende peut varier de 5 000 $ à 20 000 $
pour une première offense ou de 10 000 $ à 50 000 $ en cas de récidive.

    L'importance des entretiens préventifs
    --------------------------------------

    La CSST rappelle aux entreprises qu'il est primordial de faire
régulièrement des entretiens préventifs sur les dispositifs de sécurité afin
que ces derniers soient toujours fonctionnels.
    -%SU: LAW,LBR,SAN
    -%RE: 38




Renseignements :

Renseignements: Sophie Gaudreault, Direction régionale de la Mauricie et
du Centre-du-Québec - CSST, (819) 372-3400, poste 3276, 1-800-668-6210

Profil de l'entreprise

Commission de la santé et de la sécurité du travail

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.