Un travailleur agricole a le bras arraché par une vis à grains: la CSST dépose son rapport d'enquête



    SAINT-ROMUALD, QC, le 5 juin /CNW Telbec/ - La Commission de la santé et
de la sécurité du travail (CSST) rend publiques aujourd'hui les conclusions de
son enquête sur l'accident grave survenu à un travailleur de la Ferme
St-Bernard, le 1er novembre 2006, à Saint-Bernard. Alors qu'il va vérifier le
bon fonctionnement du séchoir à grain, le travailleur entre accidentellement
en contact avec l'arbre de transmission de la vis à grains; son bras gauche
est entraîné et est arraché par celui-ci. L'enquête révèle, entre autres, que
le protecteur conçu par le fabricant ne recouvre que partiellement l'arbre de
transmission et donne accès à ce dernier.

    Rappel des événements
    ---------------------

    La Ferme St-Bernard oeuvre dans la production laitière et porcine. Le
jour de l'accident, le travailleur est assigné à la récolte, au transport et
au déchargement du mais grain. En fin de journée, il discute avec un autre
travailleur qui finalise le déchargement du mais grain. Les deux travailleurs
sont à l'arrière du tracteur qui actionne la vis à grains. Alors que le
travailleur se retourne pour se rendre au séchoir du silo, la manche droite de
son manteau entre en contact avec l'arbre de transmission, situé sur le dessus
de la vis à grains. Par réflexe, il utilise son bras gauche pour tenter de
dégager son bras droit. Son bras gauche entre également en contact avec
l'arbre de transmission et est entraîné par ce dernier. Le travailleur est
projeté par-dessus la vis à grains et retombe de l'autre côté.
    L'autre travailleur se dirige immédiatement vers l'accidenté pour lui
porter secours et constate que ce dernier a le bras gauche arraché. Par la
suite, le propriétaire contacte les services ambulanciers qui arrivent sur les
lieux quelques minutes plus tard. Le travailleur est alors transporté à
l'hôpital.

    Constatations de la CSST
    ------------------------

    L'enquête a permis à la CSST de retenir les trois causes suivantes pour
expliquer l'accident :

    
    - le protecteur conçu par le fabricant ne recouvre que partiellement
      l'arbre de transmission de la vis à grains;
    - les vêtements du travailleur sont entraînés par l'arbre de
      transmission;
    - la gestion de la sécurité du travail lors de l'ensilage est déficiente,
      notamment en ce qui concerne les consignes de sécurité et l'accès au
      manuel du fabricant.

    Exigences de la CSST
    --------------------

    La CSST a exigé de l'employeur la mesure corrective suivante :

    - que l'arbre de transmission de la vis à grain ainsi que son raccord
      avec la prise de force du tracteur soient entièrement protégés.

    La CSST a aussi exigé du distributeur de la vis à grain de marque
Westfield qu'un protecteur soit installé afin de rendre l'arbre de
transmission inaccessible.
    L'employeur et le distributeur se sont conformés aux exigences de la CSST.

    Identifier les dangers pour mieux les prévenir
    ----------------------------------------------

    Pour éviter que les pièces en mouvement de machines blessent gravement un
travailleur, il faut d'abord identifier le danger. Il faut ensuite trouver un
moyen d'éliminer de façon durable ce danger. En ce qui concerne les machines,
les solutions sont souvent simples, par exemple :

    - empêcher l'accès aux zones dangereuses des machines par des protecteurs
      ou des dispositifs de protection conformes aux normes;
    - élaborer des méthodes de travail sécuritaires et les appliquer. De
      telles méthodes consistent, notamment, à laisser en place les
      protecteurs tant que des pièces sont en mouvement et que la machine n'a
      pas été cadenassée, à porter des vêtements ajustés et à maintenir les
      aires de circulation dégagées.
    

    Plan d'action Sécurité des machines
    -----------------------------------

    Afin de réduire le nombre d'accidents causés par les machines, la CSST
applique le Plan d'action Sécurité des machines et une politique de "tolérance
zéro" en ce qui concerne les dangers liés à l'accès à des pièces en mouvement.
Il s'agit donc, pour la CSST, d'une priorité d'action en matière de
prévention.
    -%SU: SOC,LAW,LBR
    -%RE: 1




Renseignements :

Renseignements: Sophie Gaudreault, Direction régionale de la
Chaudière-Appalaches, CSST, (418) 839-2500, poste 2315, 1-800-668-4613, poste
2315

Profil de l'entreprise

Commission de la santé et de la sécurité du travail

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.