Un syndicat demande de révoquer l'approbation donnée au projet Keystone XL

OTTAWA, le 22 sept. 2011 /CNW/ - Le plus grand syndicat des travailleurs de l'énergie au Canada est sur la colline parlementaire aujourd'hui pour dire aux députés pourquoi l'approbation donnée au projet de pipeline Keystone XL devrait être rouverte et révoquée.

« Tout le modèle de développement des exportations massives de bitume brut et le processus de réglementation, qui a ignoré les vrais enjeux, ont été bâclés dès le départ », a déclaré Dave Coles, président du Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier.

« Nous disons au gouvernement qu'il devrait cesser de faire du lobbying pour le projet Keystone XL à Washington et, à la place, rouvrir ce dossier au Canada avec un examen parlementaire. »

Le syndicat a fait valoir aujourd'hui que, au moment où des pressions accrues sont exercées auprès du président Obama pour ne pas approuver le projet de pipeline aux États-Unis, le gouvernement canadien devrait aussi reconsidérer le projet parce que la construction du pipeline n'a pas commencé à l'intérieur de la période requise par le permis fédéral qui avait autorisé le projet de Keystone XL.

Le projet de pipeline XL est un destructeur d'emplois au Canada, a affirmé Dave Coles, en citant une étude de la firme Informetrica révélant que la hausse des exportations du bitume de l'Alberta par Keystone XL va coûter à l'économie canadienne un nombre estimé de 40 500 emplois potentiels directs et indirects. Il a aussi évoqué une étude de la Fédération du travail de l'Alberta qui a montré que neuf projets de valorisation du bitume ont été reportés ou retardés, alors que la capacité d'exportation du pipeline dépasse maintenant toute la nouvelle production des sables bitumineux de l'Alberta jusqu'en 2020.

« Ces emplois sont littéralement en train de s'envoler avec l'acheminement de 900 000 barils par jour de bitume non traité vers les États-Unis, alors que nous importons notre pétrole brut pour l'est du Canada », a-t-il ajouté.

Le projet XL et d'autres grands projets de pipelines d'exportation sont aussi au centre des enjeux environnementaux qui vont attirer des centaines de manifestants à Ottawa le 26 septembre. « Le rythme de développement stimulé par ces pipelines n'est tout simplement pas durable », a affirmé Dave Coles. « Les enjeux des gaz à effet de serre, de l'utilisation des terres et de l'eau, et les incidences sur les communautés des Premières Nations doivent être abordés. »

Dave Coles a déclaré aujourd'hui que le syndicat va se joindre à ses alliés lors de la manifestation contre le projet de pipeline lundi prochain à Ottawa. « Le premier ministre Harper ne devrait pas être surpris qu'il y ait une opposition publique de plus en plus forte contre les exportations de notre bitume, avec des manifestations à Washington et Ottawa contre le projet de pipeline XL, parce que ni l'Office national de l'énergie ni le gouvernement n'ont voulu débattre des enjeux relatifs aux emplois et au développement durable », a-t-il affirmé.

Le SCEP représente 130 000 membres dont plus de 35 000 travailleurs œuvrent dans les secteurs du pétrole, du gaz et de la chimie en Ontario, en Alberta et dans plusieurs autres provinces.

SOURCE SYNDICAT CANADIEN DES COMMUNICATIONS, DE L'ENERGIE ET DU PAPIER

Renseignements :

Dave Coles au 613-299-5628 ou 613-230-5200 ou Gaétan Ménard 819-775-6980 ou 613-230-5200

Profil de l'entreprise

SYNDICAT CANADIEN DES COMMUNICATIONS, DE L'ENERGIE ET DU PAPIER

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.