Un sondage parrainé par BDC démontre que les PME sont bien branchées mais ne tirent pas pleinement profit d'Internet et des TIC

Faits saillants

  • La majorité des PME canadiennes (92,8 %) est dorénavant branchée à Internet.
  • Peu d'entreprises utilisent les progiciels de gestion. Un quart d'entre elles ont informatisé leur processus en se servant soit d'un progiciel de gestion intégré (24,9 %), soit d'un système de gestion de la relation client (23,9 %). Une minorité (12,0 %) possède un logiciel de gestion de la chaîne logistique.
  • Les deux tiers (69,8 %) des PME canadiennes possèdent un site Web, mais seulement 8,2 % l'adapte pour une utilisation sur les plateformes mobiles. La vente en ligne est une activité peu populaire chez les PME puisque seulement 17,9 % des PME possédant un site Web s'y adonnent.
  • Les PME connectées à Internet ne sont pas encore séduites par les applications liées aux réseaux sociaux alors que seulement 15,2 % les utilisent dans leurs stratégies de marketing, 14,3 % à l'interne avec leurs employés, et 17,5 % avec leurs partenaires et fournisseurs.
  • La taille de l'entreprise et le secteur d'activités influencent l'adoption des TIC. L'appropriation des TIC est nettement mieux ancrée dans les PME de taille moyenne, soit celles qui comptent 100 à 499 employés, de même que dans les PME du secteur manufacturier.

MONTRÉAL, le 16 nov. 2011 /CNW Telbec/ - Les PME canadiennes sont bien branchées à Internet mais elles tardent à tirer pleinement profit du Web et des technologies de l'information et de la communication (TIC) pour augmenter leur productivité et leurs revenus. C'est notamment ce qu'a révélé une récente enquête mené par le CEFRIO et parrainée par la Banque de développement du Canada (BDC). Les principaux résultats de l'enquête, qui vise à évaluer dans quelle mesure les PME font usage des TIC dans leurs pratiques d'affaires, ont été présentés dans le cadre d'un panel de discussion organisé par Les compagnies de recherche pharmaceutique du Canada (Rx&D).

«L'impact des TIC sur la productivité, l'innovation et la compétitivité des PME est maintenant reconnu comme étant bien réel, a expliqué M. Michel Bergeron, vice-président, relations d'entreprise de BDC. De fait, une grande partie du problème de productivité au Canada s'explique par  l'insuffisance des investissements des entreprises en technologie. Selon un récent rapport de l'Institute for Competitiveness and Prosperity, nos entreprises investissent 2 400 $ de moins par employé, par année, en achat d'ordinateurs, logiciels et formation que les compagnies américaines.  Dans une économie mondialisée où la concurrence ne cesse de s'intensifier, il est important que les PME canadiennes  investissent davantage dans les TIC. C'est pourquoi BDC a récemment déployé des solutions de financement et des outils d'évaluation  en ligne pour aider les entreprises à mieux intégrer les TIC dans leurs activités quotidiennes. »

L'enquête démontre que 92,8 % des PME canadiennes sont connectées à Internet. Plus de 59,3 % possèdent des appareils mobiles tel que des téléphones intelligents ou des tablettes numériques alors que 40,1 % n'en possèdent aucun.

Durant les douze derniers mois, la majorité des PME a réalisé des investissements en TIC (88,3 %). L'achat d'équipement informatique et l'achat de licences sont les investissements les plus souvent réalisés par les entreprises, dans des proportions de 77,8 % et 40,5 % respectivement.

Des progiciels de gestion peu utilisés
Peu d'entreprises utilisent les progiciels de gestion. Un quart d'entre elles ont informatisé leur processus en se servant d'un progiciel de gestion intégré (24,9 %) ou d'un système de gestion de la relation client (23,9 %). Une minorité (12,0 %) possède un logiciel de gestion de la chaîne logistique.

L'enquête a démontré que l'appropriation des TIC est nettement mieux ancrée dans les entreprises de taille moyenne (100 à 499 employés), et dans une large mesure, dans celles du secteur manufacturier. C'est en effet chez ces dernières que le taux de branchement à Internet est le plus élevé (97,6 %) et que les suites bureautiques (92,3 %), les progiciels de gestion ERP (34,4 %) de même que le site Web comme outil Internet (78,2 %) sont les plus utilisés. Ce sont également les PME du secteur manufacturier qui utilisent le plus des systèmes ou logiciels de type «Open Source» (36,3 %) de même que des outils de collaboration tels que le courriel (95,2 %), les outils de gestion de projet (36,5 %) ou ceux d'édition partagée (40,4 %).

« Les PME qui réussissent le mieux et qui conquièrent de nouveaux marchés sont souvent à la fine pointe de la technologie, a expliqué Michel Bergeron, vice-président, relations d'entreprise de BDC. Certains logiciels de gestion peuvent s'avérer de puissants outils pour les entreprises en croissance. Les coûts de ces produits ayant diminué, leur acquisition est devenue très avantageuse. Dans un contexte où on doit toujours faire plus avec moins, davantage de PME devraient considérer adopter de tels outils. »

Des PME qui tardent à profiter du potentiel de la vente en ligne
En 2011, 70,9 % des PME branchées à Internet effectuent des achats en ligne. La vente en ligne est toutefois une activité beaucoup moins populaire puisque seulement 17,9 % des PME possédant un site Web s'y adonnent. Malgré l'important développement du Web 2.0, les PME ne sont pas encore séduites par les applications liées aux réseaux sociaux alors que seulement 15,2 % les utilisent dans leurs stratégies de marketing, 14,3 % à l'interne avec leurs employés, et 17,5 % avec leurs partenaires et fournisseurs. Celles qui s'adonnent à ces activités utilisent plus souvent Facebook (60,9 %) et le réseau LinkedIn (32,9 %).

« Quand on sait combien Internet et le Web 2.0  peuvent contribuer à l'augmentation des revenus et à la rentabilité d'une entreprise, il est clair que les dirigeants de PME ont tout intérêt à explorer davantage les occasions qui s'offrent à leur entreprise sur ces plateformes. Si elles ne passent pas à l'action dans ce domaine, elles risquent de se priver d'un potentiel de croissance et d'innovation important », a conclu Michel Bergeron.

BDC a récemment annoncé qu'elle mettait 200 millions de dollars à la disposition des entrepreneurs qui souhaitent obtenir un prêt afin de s'équiper en technologie de l'information et de la communication (TIC). BDC a également lancé sur www.bdc.ca  une nouvelle gamme d'outils en ligne adaptés aux besoins des PME et principalement voués à augmenter leur productivité et accélérer leur croissance.

Téléchargez une copie de l'enquête

Notes méthodologiques
Un peu plus de 2 000 dirigeants de PME canadiennes ont été interrogés (dirigeants de l'entreprise, propriétaires ou responsables de l'administration, des TIC, des communications ou du marketing, selon le cas). Des entrevues téléphoniques ont été réalisées par la firme de recherches et de sondages SOM, du 11 avril au 24 mai 2011. Les PME participantes comptaient entre 5 et 499 employés. Elles ont été sélectionnées de manière aléatoire à partir de la base de données de Dun & Bradstreet. Le taux de réponse de l'enquête se situe à 27,7 %. La marge d'erreur pour l'échantillon total est de ±3,4 %. Il s'agit de la marge d'erreur maximale pour une proportion évaluée sur l'échantillon total.

À propos de l'enquête
L'enquête NetPME 2011 en est à sa quatrième édition. Menée exclusivement au Québec par le passé, elle a été élargie cette année à l'ensemble du pays grâce à l'apport financier de la Banque de développement du Canada (BDC). L'enquête a également été réalisée grâce à la contribution financière du ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation, du Secrétariat du Conseil du trésor du Québec, des Services de cartes Desjardins, de Services Québec et de TELUS.

À propos du CEFRIO
Le CEFRIO est le centre facilitant la recherche et l'innovation dans les organisations, à l'aide des technologies de l'information et de la communication (TIC). Il regroupe plus de 150  membres universitaires, industriels et gouvernementaux ainsi que 60 chercheurs associés et invités qui œuvrent au service de l'innovation sociale et organisationnelle. Les activités du CEFRIO sont financées à 64 % par ses propres projets et à 36 % par le ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation (MDEIE), son principal partenaire financier.

À propos de BDC
La Banque de développement du Canada, BDC, fait passer l'entrepreneur d'abord. Forte de ses quelque 1 900 employés et plus de 100 centres d'affaires dans l'ensemble du pays, BDC offre des services de financement, de financement subordonné, de capital de risque et de consultation à 29 000 petites et moyennes entreprises. Leur réussite est cruciale pour la prospérité de l'économie canadienne.

SOURCE BANQUE DE DEVELOPPEMENT DU CANADA

Renseignements :

Maria Constantinescu
Conseillère, Relations avec les médias
BDC 
514-496-1876
maria.constantinescu@bdc.ca

Claire Bourget
Directrice, Recherche marketing
CEFRIO
514-808-6149
claire.bourget@cefrio.qc.ca

Profil de l'entreprise

BANQUE DE DEVELOPPEMENT DU CANADA

Renseignements sur cet organisme

CENTRE FRANCOPHONE D'INFORMATISATION DES ORGANISATIONS (CEFRIO)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.