Un sondage pancanadien porte sur des moyens d'améliorer la Qualité de vie des Canadiens souffrant de troubles mentaux



    WINNIPEG, le 4 mai /CNW/ - La maladie mentale peut être une maladie
accablante pour toute personne qui en est frappée; de plus, elle est
particulièrement difficile à accepter pour les jeunes adultes chez qui elle
entraîne souvent l'interruption des études, perturbe leur plan de carrière, et
la possibilité d'élever une jeune famille. Les symptômes psychotiques
affectent la pensée, bouleversent les perceptions et déstabilisent les
relations importantes avec la famille et les amis. Il y a de l'espoir
cependant, car la schizophrénie et les psychoses se traitent et recouvrer une
réelle qualité de vie est possible lorsque les personnes atteintes sont
capables de trouver l'accès aux diverses options de traitement, au soutien et
à l'espoir.
    La Société canadienne de la schizophrénie (SCS) a commandé un sondage
pancanadien pour savoir comment soutenir les personnes atteintes de
schizophrénie et leurs familles dans leur cheminement vers la meilleure
qualité de vie possible. Grâce à un sondage qualitatif et quantitatif et des
groupes de discussion à travers le Canada, 1 086 personnes d'expérience en
santé mentale ont échangé sur ce que signifie pour eux la qualité de vie. Les
résultats révèlent que les personnes atteintes de schizophrénie et leurs
familles éprouvent des espoirs et des frustrations similaires à l'égard de
leur qualité de vie.
    Ce sondage d'envergure, le plus important de ce genre en Amérique du
Nord, souligne des secteurs clés où la qualité de vie peut être améliorée pour
les personnes atteintes de maladie mentale :

    Espoir, optimisme et la conviction que le rétablissement est possible
sont des aspects critiques dans l'amélioration de la qualité de vie des
personnes atteintes de maladie mentale et de troubles de santé mentale
apparentés. Alors que 86 % des personnes atteintes de maladie mentale croient
que le rétablissement est possible, les familles perdent parfois tout
optimisme face à la maladie et ont l'impression que les professionnels
eux-mêmes ne croient pas au rétablissement.

    Amitié et soutien familial sont essentiels. Les symptômes de la psychose
peuvent déstabiliser les relations familiales et amicales et entraîner
l'isolement et la solitude. Le soutien des amis et de la famille est
fondamental pour se rétablir, pour accéder au travail et pour améliorer sa
qualité de vie.

    La stigmatisation et la discrimination constituent de réels obstacles à
la qualité de vie. Environ 90 % des adultes affligés d'une maladie mentale
grave sont sans emploi. Les études démontrent que plusieurs d'entre eux
veulent et peuvent travailler. Malheureusement, le nombre restreint de
programmes de réadaptation et la prévalence de la discrimination les empêchent
d'avoir accès à un travail intéressant. La pauvreté en est la conséquence
malheureuse. Les Canadiens qui vivent avec une maladie mentale déplorent
également le sous financement dramatique des divers services de soins et de
soutien.

    Les médicaments et les services peuvent favoriser le rétablissement. Même
si la médication est importante, une majorité des personnes atteintes
considèrent que leurs familles et les professionnels de la santé insistent
trop sur l'adhésion à la médication et accordent trop peu d'attention sur tout
ce qui contribue à leur rétablissement et à leur qualité de vie.

    Mener une vie équilibrée est aussi un besoin important pour les familles
et les aidants. En raison de la maladie de leurs proches, les familles doivent
souvent supporter un lourd fardeau qui entraîne une souffrance à la fois
mentale, émotionnelle et physique pour tous leurs membres. Obtenir un soutien
professionnel, avoir accès à des programmes d'éducation et d'information sur
la schizophrénie et comprendre les facteurs qui supportent le rétablissement
permettraient aux familles de mieux faire face à la maladie.

    Globalement, le sondage de la Société canadienne de la schizophrénie nous
incite à encourager les professionnels à se diriger bien au-delà de la gestion
seule des symptômes et à bonifier l'approche vers le rétablissement dans une
perspective physique, psychologique et spirituelle. Le combat contre la
stigmatisation et la discrimination doit être engagé à l'aide d'outils
éducatifs, de politiques gouvernementales et de la promotion des droits.
Egalement, le financement d'hébergements sécuritaires doit être priorisé tout
comme l'accès à un travail valorisant.
    Le rapport complet et les données du rapport sommaire sont disponibles
sur le site web : www.schizophrenia.ca.





Renseignements :

Renseignements: Au besoin, communiquez avec: La Société québécoise de la
schizophrénie, Téléphone: (514) 251-4000 poste 3400

Profil de l'entreprise

Schizophrenia Society of Canada

Renseignements sur cet organisme

SOCIETE CANADIENNE DE LA SCHIZOPHRENIE

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.