Un sondage favorable aux PPP ignore les réalités de la privatisation



    OTTAWA, le 26 nov. /CNW Telbec/ - Le plus récent sondage mené par un
groupe de lobbying favorable à la privatisation démontre que les fausses
promesses des partenariats public-privé s'écroulent lorsque les Canadiens font
l'expérience de la réalité des ces projets.
    "Le Conseil canadien des partenariats public-privé réussit à peindre un
portrait tout à fait rose avec ses questions sur les PPP et il réussit à créer
un scénario grâce auquel les personnes interrogées peuvent croire que les PPP
constituent la solution magique à nos problèmes d'infrastructure. Son approche
par simulation ignore totalement la réalité du gaspillage des deniers publics
engendrés par les PPP. En Colombie-Britannique, la province qui a mené le plus
grand nombre d'expériences dans le domaine des PPP, les citoyens ont vu une
augmentation des coûts et une diminution de la qualité, de la capacité de
rendre des comptes et de la transparence", affirme le président national du
SCFP, Paul Moist.
    Les expériences vécues par les Canadiens sont reflétées dans le sondage
mené par le CCPPP, qui démontre bien que le soutien aux PPP est plus bas que
jamais en Colombie-Britannique et qu'il continue à baisser. Le soutien est
aussi plus bas que la moyenne nationale en Ontario où les dépassements de
coûts d'un certain nombre de projets d'hôpitaux en PPP approchent le milliard
de dollars.
    "En Colombie-Britannique, des projets comme le Canada Line ont révélé la
vraie nature des PPP. Les coûts du Canada Line ont augmenté de près de
500 millions et c'est le secteur public qui tient la bourse et qui est
responsable du respect des objectifs de fréquentation. Pendant ce temps,
d'autres projets demeurés publics, comme les systèmes d'eau de Vancouver et
Whistler, respectent l'horaire et les budgets", ajoute M. Moist.
    D'autres provinces se lancent depuis peu dans les grands projets de PPP.
Récemment, les citoyens du Québec ont réalisé qu'il était difficile d'analyser
avec précision le premier grand projet de PPP de la province, une nouvelle
section de l'autoroute 25, parce que des détails essentiels du projet de PPP
ont été rayés du contrat rendu public.
    "Ces ententes sont conçues de façon à cacher que les PPP constituent une
mauvaise politique publique. Pourtant, le gouvernement conservateur est
derrière le CCPPP et fait la promotion de la privatisation par le biais de
Chantiers Canada, dit encore M. Moist. Une fois écartée la manipulation
médiatique, il ne reste rien de bien nouveau et pratiquement pas d'argent neuf
dans ce projet. De fait, ce qui est nouveau ce sont les nouvelles conditions
qui font en sorte de forcer les municipalités à envisager la privatisation des
systèmes d'eau, d'égouts, de transports et d'autres services communautaires
essentiels."
    Les conservateurs préparent aussi la mise sur pied d'une nouvelle agence
dont la mission sera de faire la promotion de la privatisation et d'évaluer
les projets de PPP. Mais des évaluations objectives et fiables seront
difficiles à mener compte tenu du fait que cette agence sera de façon
permanente en conflit d'intérêts. La loi fédérale sur l'imputabilité qui a
tant fait les manchettes exclut les contrats et les PPP des clauses de
reddition de comptes et de transparence, ce qui fera en sorte que les citoyens
pourront difficilement y exercer une véritable surveillance.
    Le sondage confirme que les Canadiens sont de plus en plus inquiets de
l'état de notre infrastructure. La plus récente analyse rendue publique la
semaine dernière par la Fédération canadienne des municipalités démontre
clairement l'urgence de la situation.
    "Nos chiffres démontrent que le sous financement des municipalités
atteint 7 milliards par année. Il ne s'agit pas de lamentations. Il s'agit de
la véritable conséquence de près de 20 ans de délestage et de compressions de
la part des gouvernements fédéral et provinciaux. La solution est explicite.
Nous devons augmenter le financement à long terme aux municipalités -sans
conditions liées à la privatisation. La preuve est faite, une infrastructure
et des services financés et assurés par le public nous en donnent plus pour
notre argent", dit M. Moist.

    Rendez-vous sur scfp.ca/economics pour lire l'analyse du SCFP sur les
transferts aux municipalités et le Fonds Chantiers Canada. Voyez aussi
scfp.ca/privatisation pour en savoir plus sur les problèmes liés aux PPP.




Renseignements :

Renseignements: Paul Moist, président national, (613) 558-2873; Karin
Jordan, communications SCFP, (613) 222-4436; Claude Généreux,
secrétaire-trésorier national, (porte-parole francophone), (514) 884-5074

Profil de l'entreprise

Syndicat canadien de la fonction publique

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.