Un sondage exhaustif réalisé auprès des Canadiens révèle des lacunes importantes dans le traitement du "paradigme de la douleur"



    Selon les personnes souffrant de douleur chronique, les symptômes
    psychologiques et les perturbations du sommeil associés à la douleur se
    répercutent sur leurs activités quotidiennes et sont souvent ni reconnus
    ni traités

    KIRKLAND, QC, le 11 déc. /CNW/ - Un récent sondage canadien révèle des
lacunes surprenantes dans le traitement et la prise en charge de la douleur
chronique au Canada(i). Selon les données recueillies, les personnes aux
prises avec une douleur chronique éprouvent des symptômes psychologiques,
comme l'anxiété et la dépression, ainsi que des perturbations du sommeil. Ces
troubles connexes, même s'ils sont signalés aux professionnels de la santé, ne
font souvent l'objet d'aucun traitement.
    "Ces nouvelles informations mettent au jour l'énorme fardeau que la
douleur impose aux Canadiens. Elles confirment aussi l'existence d'une
composante mentale et émotionnelle qui aggrave les symptômes physiques de la
douleur", souligne le Dr Michael Sullivan, Ph. D., du Département de
psychologie de l'Université McGill, à Montréal. "Ces données viennent
corroborer ce que nous avions déjà observé chez les patients souffrant de
douleur. En pareille circonstance, on doit mettre davantage l'accent sur le
diagnostic et le traitement efficace de toutes les composantes de la douleur -
aussi bien la douleur physique que les perturbations du sommeil et les
symptômes psychologiques." Le terme "paradigme de la douleur" s'emploie
parfois pour désigner cette relation entre la douleur, les perturbations du
sommeil et les symptômes psychologiques.
    Environ 6200 personnes ont participé au sondage en ligne mené par
Harris-Decima pour le compte de Pfizer Canada, durant le mois d'octobre 2007.
Parmi le groupe initial de répondants, quelque 1100 personnes ont indiqué
qu'elles souffraient d'une certaine forme de douleur chronique. De ce nombre,
un tiers éprouvait régulièrement au moins un symptôme de douleur chronique. Et
parmi ceux qui disaient souffrir régulièrement d'au moins deux symptômes
depuis plus de six mois, la moitié (47 %) n'avait pas reçu de diagnostic, et
un sur quatre (25 %) n'avait reçu ni diagnostic ni traitement pour la totalité
des symptômes.

    La douleur est souvent citée comme étant la cause des perturbations du
    sommeil

    Parmi les personnes souffrant de douleur chronique au Canada, environ
quatre sur dix (38 %) ressentent régulièrement ou toujours de la fatigue à
cause de leur état, et une personne sur trois (36 %) dit avoir de la
difficulté à s'endormir ou à dormir. Plus de la moitié des personnes aux
prises avec une douleur chronique ont fait état de leur fatigue et de leur
incapacité à dormir à leur professionnel de la santé, mais peu d'entre elles
se sont fait prescrire un médicament pour remédier à la situation.
    "Pour ceux d'entre nous qui travaillent auprès de ces patients, il n'est
pas étonnant de voir que seulement quatre patients sur dix ont signalé leur
anxiété à leur médecin et, parmi ceux-ci, seul un sur quatre s'est fait
prescrire un médicament ou d'autres traitements", déclare la Dre Angela Genge,
de l'Hôpital neurologique de Montréal. La Dre Genge traite des patients
présentant différentes affections douloureuses.

    L'anxiété et le sentiment de désespoir sont présents dans deux cas sur
    trois

    La douleur chronique peut avoir un impact considérable sur les activités
quotidiennes et la qualité de vie d'une personne. Outre les symptômes
physiques de la douleur chronique, deux personnes sur trois éprouvent de
l'anxiété à l'égard de leur maladie, et celles qui prennent des médicaments
pour soulager leur douleur sont deux fois plus portées à signaler une
inquiétude "constante" ou "régulière" liée à leur maladie, comparativement à
celles qui ne prennent pas de médicament. Pour un grand nombre de personnes
aux prises avec une douleur chronique, celle-ci s'accompagne aussi d'un
sentiment de désespoir et d'impuissance.
    "Selon les données recueillies, les perturbations du sommeil résultent
directement de la douleur chronique et peuvent agir aussi comme facteur
d'aggravation sur cette dernière et sur les symptômes psychologiques. A leur
tour, les symptômes psychologiques peuvent produire les mêmes effets sur la
douleur et le sommeil", a fait observer le Dr Sullivan.
    Parmi les Canadiens qui souffrent régulièrement d'au moins deux symptômes
de douleur chronique depuis plus de six mois, la moitié (47 %) n'ont pas reçu
de diagnostic mais prennent des médicaments d'ordonnance ou en vente libre
pour soulager leur douleur, tandis qu'une personne sur quatre (25 %) n'a reçu
ni diagnostic ni traitement. Les symptômes les plus souvent signalés par les
répondants sont :

    
    -  engourdissement temporaire ou faiblesse musculaire;
    -  sensation douloureuse de picotement, d'engourdissement ou de faiblesse
       musculaire;
    -  douleur vive, en coup de poignard, ou sensation de brûlure;
    -  hypersensibilité au froid ou à la chaleur; et
    -  hypersensibilité au toucher.
    

    La douleur neuropathique, ou névralgie, est la maladie nerveuse le plus
souvent diagnostiquée, suivie de la sclérose en plaques et d'affections
associées à des complications douloureuses, comme la neuropathie liée au
diabète, au zona et à l'accident vasculaire cérébral. On estime à près de 2,2
millions le nombre de Canadiens qui doivent composer avec une forme de douleur
neuropathique(ii), affection souvent mal reconnue et traitée de façon
inappropriée.

    LYRICA(MD) approuvé pour le traitement de la douleur neuropathique
    d'origine centrale

    En 2005, LYRICA (prégabaline) a été le premier médicament homologué pour
le traitement de la douleur neuropathique associée à la neuropathie diabétique
périphérique et aux névralgies postzostériennes. LYRICA est maintenant le
premier médicament à recevoir une approbation conditionnelle pour le
traitement de la douleur neuropathique d'origine centrale, soit la douleur
nerveuse secondaire à une lésion de la moelle épinière, à un accident
vasculaire cérébral, à la sclérose en plaques et à la maladie de Parkinson. La
douleur neuropathique d'origine centrale résulte d'une lésion ou d'un
dysfonctionnement primaire du système nerveux central (cerveau, tronc cérébral
et moelle épinière). LYRICA est commercialisé par Pfizer Canada Inc.
    L'homologation de LYRICA pour le traitement de la douleur neuropathique
d'origine centrale se fonde sur un essai effectué auprès de patients souffrant
de douleur secondaire à une lésion de la moelle épinière. Ce type de douleur
est généralement réfractaire au traitement; on lui associe un faible taux de
réponse aux opioides et aux médicaments couramment utilisés contre les
neuropathies. L'étude dont il est question est le plus important essai mené à
ce jour auprès de ce groupe de patients difficiles à traiter. Des bienfaits
thérapeutiques significatifs ont été observés pour tous les paramètres,
notamment le soulagement de la douleur, l'anxiété et les perturbations du
sommeil causées par la douleur, ainsi que l'impression globale de changement
selon le patient.
    La marge d'innocuité de LYRICA a été établie chez près de 9000 patients
(au cours d'études comparatives et non comparatives). Les effets indésirables
les plus fréquemment observés (survenus à une fréquence
(greater than or equal to) 5 % et deux fois supérieure à celle observée dans
le groupe placebo) chez les patients traités par la prégabaline dans les
études de précommercialisation ont été les suivants : étourdissements,
somnolence, oedème périphérique et sécheresse de la bouche. Ces effets
indésirables étaient généralement d'intensité légère à modérée.

    A propos de Pfizer Canada Inc.

    Pfizer Canada est la filiale canadienne de Pfizer Inc, première
entreprise pharmaceutique à l'échelle mondiale. Pfizer découvre, met au point,
fabrique et commercialise des médicaments d'ordonnance pour les humains et les
animaux. Fidèle à son principe directeur, Vers un monde en meilleure santé,
Pfizer mène des travaux de recherche et de développement dans divers domaines
thérapeutiques. Pour obtenir de l'information, visitez le site www.pfizer.ca.

    LYRICA, M.C. de C.P. Pharmaceuticals International C.V.
    Pfizer Canada Inc., licencié

    
    -------------------------
    (i)  Etude 2007 sur la douleur chronique, Harris-Decima, octobre 2007,
         données internes, Pfizer.
    (ii) Journal of Pain, vol. 7, ndegrees 4 (avril), 2006: p. 281-289.
    





Renseignements :

Renseignements: Christina Antoniou, Pfizer Canada Inc., (514) 693-4766
ou (514) 208-5960, christina.antoniou@pfizer.ca; Jennifer Nebesky, Thornley
Fallis Communications, (416) 515-7517 (poste 240) ou (416) 473-9565,
nebesky@thornleyfallis.com

Profil de l'entreprise

Pfizer Canada Inc.

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.