Un sondage de l'ACP démontre que moins de Canadiens vivent d'une paie à l'autre. Les employés épargnent davantage, mais plusieurs sont encore loin de leurs objectifs de retraite

MONTRÉAL, le 6 sept. 2012 /CNW/ - Ce sont de bonnes et de mauvaises nouvelles qui ressortent du sondage auprès des employés qu'a réalisé l'Association canadienne de la paie (ACP) dans le cadre de la Semaine nationale de la paie de cette année. Commençons par les bonnes nouvelles :

Un moins grand nombre vit trop près du seuil

Les réponses de 3 500 employés de partout au Canada ont permis de découvrir qu'un moins grand nombre vivent d'une paie à la suivante. Bien que 47 % d'entre eux maintiennent qu'ils éprouveraient des difficultés financières si leur paie était retardée d'à peine une semaine, il n'en reste pas moins qu'il s'agit d'une nette amélioration sur les 57 % de l'an dernier qui avaient du mal à joindre les deux bouts.

Avec un résultat de 33 %, le Québec est en tête de toutes les autres provinces et régions dans cette catégorie. De ceux qui tentent d'épargner davantage, 71 % des employés au Québec ont affirmé qu'ils y avaient réussi jusqu'à maintenant cette année.

Épargner davantage

Le quatrième sondage annuel de l'ACP comprend un signe encourageant puisqu'il démontre qu'un plus grand nombre d'employés trouvent qu'ils sont mieux en mesure d'accroître leur épargne. Bien que seulement 40 % employés tentaient d'épargner davantage et le faisaient l'an dernier, ce nombre a augmenté à 66 % en 2012, un saut énorme.

Au Québec, les employés sont les meneurs en ce qui a trait à leur capacité d'accroître leur épargne (71 %).

Réévaluer les besoins de retraite

Les employés au Canada semblent également se préoccuper davantage de leurs besoins de retraite. Un plus petit nombre croit que des économies de 500 000 $ à un million de dollars suffiront pour leur assurer une retraite à l'aise (34 % cette année, 42 % l'an dernier), alors qu'un plus grand nombre croit qu'il leur faudra plutôt entre un million et trois millions de dollars (38 % cette année, 27 % l'an dernier).

Et maintenant, les mauvaises nouvelles :

Un taux d'épargne toujours bas

Bien qu'un plus grand nombre d'employés au Canada économisent, le taux d'épargne demeure bas. Près de la moitié (46 %) affirment qu'ils réussissent à épargner à peine 5 % ou moins de leur paie. Les spécialistes de la planification financière recommandent généralement un taux d'épargne de 10 % de la paie nette.

Très éloignés des objectifs de retraite

Ce bas taux d'épargne se reflète dans un autre constat inquiétant. Lorsqu'on leur demande jusqu'à quel point ils se rapprochent de leur objectif de retraite, 73 % des employés disent avoir épargné moins du quart des sommes qu'ils aimeraient avoir accumulées.

Une conclusion particulièrement préoccupante : même chez les employés au Canada qui se rapprochent de la retraite (50 ans et plus), 45 % mentionnent qu'ils ont amassé moins du quart de l'épargne qu'ils avaient souhaité pour leur retraite.

Devoir travailler plus longtemps

En ce qui concerne les employés, qui se sont fixé une date de retraite :

  • 41 % disent qu'ils devront maintenant travailler plus longtemps - cinq ans de plus en moyenne - qu'ils ne l'avaient prévu en 2007;

  • la principale raison qui explique cette nécessité de travailler plus longtemps est « Je n'épargne pas assez pour ma retraite »;

  • l'âge médian de retraite est de 60 ans.

L'endettement est le principal obstacle à l'épargne

Deux employés sur cinq au Canada dépensent leur paie nette ou davantage. Encore une fois, les Québécois font mieux avec seulement 30 % des employés qui dépensent à un tel rythme.

En résumé

« Le sondage de cette année montre qu'un plus grand nombre d'employés au Canada sont maintenant en mesure d'épargner davantage et que moins d'entre eux vivent d'une paie à la suivante », a remarqué Caroline Bernard, présidente du conseil de l'ACP. « Toutefois, à peine 13 % ont épargné la moitié ou plus de leur objectif de fonds de retraite. »

Patrick Culhane, président-directeur général de l'organisme, affirme que l'insuffisance d'épargne-retraite est particulièrement préoccupante parmi les travailleurs les plus âgés. « Plusieurs d'entre eux quitteront le marché du travail dans quelques années à peine, pourtant la plupart d'entre eux sont bien loin de leurs objectifs de retraite. »

Les professionnels de la paie peuvent souvent aider les employés à épargner automatiquement en demandant qu'une partie de leur paie nette soit versée dans un compte d'épargne distinct ou dans un régime enregistré d'épargne-retraite (qui contribue à réduire l'impôt sur le revenu personnel).

Consultez le site www.payroll.ca pour une synthèse des conclusions du sondage (sous le volet Salle de presse) ou pour toute autre information. Les porte-parole de l'ACP sont accessibles pour des entrevues.

Personnes-ressources :

Kevin Gaudet   416-777-0368
Leslie Challis   416 767-0167

Le sondage de l'ACP auprès des employés au Canada :

Quelque 3 499 employés de partout au Canada, et représentant plusieurs secteurs d'activité, ont rempli le sondage en ligne entre le 16 juin et le 13 août 2012, en utilisant une méthode d'échantillonnage de commodité. Les répondants avaient été recrutés par des membres de l'ACP avec qui ils collaborent afin d'obtenir des réponses de Canadiens qui travaillent. Ce sondage élaboré par l'Association canadienne de la paie a été réalisé par Framework Partners, une firme spécialisée de la recherche commerciale et de planification stratégique. Ce sondage a une marge d'erreur de plus ou moins 1,6 % 19 fois sur 20; mais puisqu'une méthode non probabiliste a été utilisée, il est impossible d'exprimer une marge d'erreur définitive. 

À propos de l'ACP :

Des professionnels de la paie dans 1,5 million d'organisations partout au Canada s'assurent du paiement ponctuel et exact de 830 milliards de dollars en salaires et avantages imposables, de 260 milliards en retenues obligatoires aux gouvernements fédéral et provinciaux, ainsi que de 90 milliards en cotisations de santé et de retraite, tout en respectant plus de 191 exigences réglementaires. Depuis 1978, l'Association canadienne de la paie (ACP) influence les pratiques et les procédés de conformité à la paie de centaines de milliers d'employeurs. En tant qu'autorité reconnue en matière de connaissances liées à la paie au Canada, l'ACP a une incidence sur les procédés législatifs, de même que sur les pratiques des services de la paie et des fournisseurs de logiciels, ainsi que sur des centaines de milliers de petits, moyens et grands employeurs.

La Semaine nationale de la paie (10 au 14 septembre 2012) reconnaît les réalisations des professionnels de la paie au Canada. L'ACP profite de l'occasion pour sensibiliser davantage le public à l'importance et à la portée d'un service de la paie et de son influence sur les employeurs, les employés et les gouvernements partout au Canada.


SOURCE : Canadian Payroll Association

Renseignements :

Kevin Gaudet   416-777-0368
Leslie Challis   416 767-0167

Profil de l'entreprise

Canadian Payroll Association

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.