Un rapport propose de miser sur le partenariat pour permettre aux propriétaires canadiens d'assurer leur habitation contre les inondations

TORONTO, le 20 avril /CNW/ - L'Institut de prévention des sinistres catastrophiques (IPSC) a annoncé aujourd'hui le lancement de la version française d'un document de réflexion, intitulé « Rendre les inondations assurables pour les propriétaires canadiens ». Le document en question énonce des étapes et des solutions visant à permettre aux propriétaires canadiens d'assurer leur habitation contre les dégâts causés par une crue des eaux, ce qui leur est impossible actuellement.

À l'heure actuelle, les propriétaires canadiens ne peuvent acheter d'assurance contre la crue des eaux; ils doivent plutôt se fier aux programmes d'aide financière gérés par le gouvernement ou puiser dans leurs économies pour réparer les dégâts causés par une inondation. Or, comme l'indique le rapport, une assurance contre les inondations présente de nombreux avantages par rapport aux programmes de secours gouvernementaux. Les compagnies d'assurances disposent déjà de méthodes éprouvées pour évaluer et chiffrer le risque ainsi que pour honorer les demandes d'indemnisation d'une manière susceptible d'accélérer le rétablissement après sinistre. Les primes et les franchises fondées sur le risque peuvent également constituer une incitation à prendre des mesures pour réduire le risque d'inondation.

« Le Canada est le seul pays du G8 où les propriétaires n'ont pas accès à une assurance contre les inondations. Compte tenu du fait que d'autres types de dégâts causés par l'eau sont couverts, comme le refoulement d'égouts et l'éclatement de tuyaux, et que les entités commerciales sont en mesure d'acheter une assurance contre les inondations, ce vide dans le domaine de l'assurance rend les propriétaires perplexes, voire fâchés, quand ils constatent après une inondation qu'ils ne sont pas assurés », a déclaré Paul Kovacs, directeur administratif de l'Institut de prévention des sinistres catastrophiques. « Les propriétaires canadiens devraient pouvoir accéder à une assurance contre les inondations. Ainsi, le Canada serait sur un pied d'égalité avec la plupart des pays industrialisés, et la confusion qui entoure les demandes d'indemnisation pour des dégâts causés par l'eau se dissiperait », a ajouté M. Kovacs.

Avec la fonte du lourd manteau neigeux qui recouvrait le Midwest des États-Unis et les Prairies canadiennes, le dossier de l'assurance contre les inondations au Canada préoccupe de nombreux résidents du Manitoba et de la Saskatchewan : on prévoit en effet que les crues printanières de la rivière Rouge et de la rivière Assiniboine pourraient atteindre des niveaux comparables à ceux du printemps 1997. Il y a quelques mois, des résidents du Nouveau-Brunswick ont par ailleurs subi des inondations majeures après les pluies diluviennes de décembre 2010, et l'eau a causé de graves dégâts pour de nombreux résidents de Terre-Neuve-et-Labrador après le passage de l'ouragan Igor, qui a frappé l'île en septembre 2010.

Le rapport recommande la création d'un partenariat entre le secteur de l'assurance, le gouvernement et les propriétaires d'habitations. Il présente également un recensement des dommages causés par des inondations dans l'histoire du Canada et expose les pratiques de contrôle des inondations en vigueur actuellement à l'échelle nationale et dans quatre provinces à l'étude, en l'occurrence l'Ontario, le Québec, la Colombie-Britannique et l'Alberta.

L'antisélection est, à ce jour, l'un des plus grands obstacles à la mise en œuvre de l'assurance contre les inondations sur le marché canadien. Comme l'explique le rapport, il serait possible de surmonter cet obstacle en intégrant l'assurance contre les inondations aux polices que souscrivent les propriétaires pour couvrir d'autres risques, comme l'incendie ou le vol. Les conclusions du rapport indiquent que cette démarche axée sur le regroupement, qui est appliquée au Royaume-Uni depuis cinquante ans, serait le modèle convenant le mieux au Canada.

Pour assurer la viabilité d'un programme d'assurance contre les inondations au Canada, les gouvernements devront veiller à évaluer plus précisément le risque d'inondation et à réduire le risque lui-même. Il faudra également s'assurer que les programmes de secours publics n'interfèrent pas avec l'assurance contre les inondations.

Par ailleurs, conformément aux stratégies proposées dans le rapport, les propriétaires devront être conscients du risque d'inondation de leur habitation et prendre les mesures qui s'imposent pour minimiser les dégâts que causerait une inondation à leur résidence. Les primes et les franchises fondées sur le risque contribueraient à ce que les propriétaires d'habitations particulièrement vulnérables aux inondations assument une plus grande proportion des coûts. De même, pour éviter toute ambiguïté dans les demandes d'indemnisation et le versement des indemnisations, le rapport suggère qu'une assurance contre les inondations au Canada couvre toutes les causes d'inondation, y compris les grandes marées.

Le rapport conclut que pour instaurer un programme viable d'assurance contre les inondations, la prochaine étape consisterait à convier toutes les parties prenantes du secteur à une discussion sur ce dossier important.

Pour en savoir davantage sur le rapport « Rendre les inondations assurables pour les propriétaires canadiens », veuillez consulter le site www.iclr.org.

*           *           *           *

Fondé en 1998 par les assureurs multirisques du Canada, l'Institut de prévention des sinistres catastrophiques (IPSC) est un institut de recherche indépendant à but non lucratif établi à Toronto et à l'Université Western Ontario, à London, au Canada. L'IPSC est un centre d'excellence pour la recherche et l'éducation sur la prévention des sinistres catastrophiques. Le personnel de recherche de l'IPSC est reconnu à l'échelle mondiale pour ses travaux innovateurs dans un certain nombre de domaines dont l'étude des séismes et des vents, les sciences de l'atmosphère, le génie hydro-économique et l'économie. La recherche multidisciplinaire est la base du travail de l'IPSC, qui s'emploie à bâtir des collectivités plus en mesure de résister aux catastrophes.

SOURCE Institute for Catastrophic Loss Reduction

Renseignements :

Glenn McGillivray, directeur général, IPSC, tél. : 416-364-8677, poste 3216, cell. : 416-277-5827, téléc. : 416-364-5889, gmcgillivray@iclr.org

Profil de l'entreprise

Institute for Catastrophic Loss Reduction

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.