Un Rapport de la Fondation des maladies du coeur révèle que les Canadiens et les Canadiennes ne signalent pas les AVC au 9-1-1



    TORONTO, le 12 juin /CNW/ - Au moins la moitié des Canadiens et des
Canadiennes ne traitent pas les accidents vasculaires cérébraux (AVC) comme
des urgences médicales, selon le Rapport sur les AVC de la Fondation des
maladies du coeur. Dans le cadre d'une enquête nationale auprès des adultes,
la Fondation des maladies du coeur a constaté que moins de la moitié d'entre
eux appelleraient le 9-1-1 s'ils ressentaient eux-mêmes, ou si un proche
ressentait les signes avant-coureurs d'un AVC.
    "En cas d'AVC, chaque minute compte, déclare Dre Louise-Hélène Lebrun,
neurologue à l'hôpital Notre-Dame du CHUM et porte-parole de la Fondation des
maladies du coeur. Chaque minute qui s'écoule avant d'appeler le 9-1-1 cause
des dommages au cerveau et accroît les risques de séquelles permanentes,
d'invalidité et de décès."
    Il existe un traitement pour la forme la plus courante d'AVC, soit les
AVC causés par un caillot sanguin obstruant une des artères qui alimentent le
cerveau, l'AVC ischémique. Ce traitement doit cependant être administré moins
de trois heures après l'apparition des signes avant-coureurs afin de réduire,
voire même éliminer, les séquelles d'un AVC.
    Selon la Fondation des maladies du coeur, il survient plus de 50 000 AVC
diagnostiqués au Canada, chaque année. Sur 100 personnes subissant un AVC :
    
    -   15 en meurent (15 %)
    -   10 récupèrent complètement (10 %)
    -   25 conservent de légères séquelles (25 %)
    -   40 conservent des séquelles modérées à sévères (40 %)
    -   10 conservent des séquelles si graves qu'elles ont besoin de soins
        prolongés (10 %)
    

    Enquête de la Fondation des maladies du coeur

    Dans le cadre d'une enquête nationale menée à l'automne 2007, la
Fondation des maladies du coeur a constaté que près des trois quarts des
adultes de 18 ans et plus savent reconnaître au moins un signe avant-coureur
d'AVC. Cependant, seulement cinq sur 10 au Canada (soit 49 %) déclarent qu'ils
appelleraient le 9-1-1 s'ils étaient en proie à ces signes avant-coureurs ou
s'ils en étaient témoins.

    
    EVALUATION DES RISQUES RELIES A L'INACTION D'APPELER LE 9-1-1 SELON LA
    FONDATION DES MALADIES DU COEUR

    -------------------------------------------------------------------------
                             % qui appellerait    Risque de ne pas recevoir
    PROVINCE                 le 9-1-1             le traitement d'AVC à temps
    -------------------------------------------------------------------------
    Québec                   53 %                 Risque considérable
    -------------------------------------------------------------------------
    Nouveau-Brunswick        52 %                 Risque considérable
    -------------------------------------------------------------------------
    Ontario                  51 %                 Risque considérable
    -------------------------------------------------------------------------
    Nouvelle-Ecosse          50 %                 Risque considérable
    -------------------------------------------------------------------------
    Colombie-Britannique     49 %                 Risque sérieux
    -------------------------------------------------------------------------
    Alberta                  43 %                 Risque sérieux
    -------------------------------------------------------------------------
    Manitoba                 41 %                 Risque sérieux
    -------------------------------------------------------------------------
    Saskatchewan             33 %                 Risque critique
    -------------------------------------------------------------------------
    Ile-du-Prince-Edouard    26 %                 Risque critique
    -------------------------------------------------------------------------
    Terre-Neuve              24 %                 Risque critique
    -------------------------------------------------------------------------
    Moyenne nationale        49 %                 Risque sérieux
    -------------------------------------------------------------------------
    

    (% de Canadiens et de Canadiennes qui appelleraient le 9-1-1 ou le numéro
    des urgences locales si eux-mêmes ou un proche était en proie à un des
    signes avant-coureurs d'AVC.)
    (*)Ces résultats sont considérés exacts avec une marge d'erreur de
    +/- 2,2 %, 19 fois sur 20.
    Risque considérable : 50-59 %; Risque sérieux : 40-49 %; Risque
    critique : moins de 40 %

    "C'est terrible de constater qu'à peine la moitié des gens appelleraient
le 9-1-1 si eux-mêmes ou un proche était en proie à un AVC, dit Stephen Samis,
directeur des politiques de santé de la Fondation des maladies du coeur du
Canada. Mais ce qui est le plus troublant, c'est la variation des résultats
entre les diverses provinces du pays."
    "Les Canadiens et les Canadiennes doivent avoir accès aux meilleurs soins
d'AVC, peu importe l'endroit où ils résident, dit Samis. Les stratégies
coordonnées de lutte contre les AVC peuvent faire une différence importante.
Au même moment, ces résultats nous indiquent que nous avons beaucoup de chemin
à parcourir pour assurer un accès équitable dans la qualité des soins reliés à
l'AVC à travers le pays."
    Les campagnes de sensibilisation à la reconnaissance et aux mesures à
prendre face aux signes avant-coureurs des AVC sont un des éléments des
stratégies de lutte contre les AVC. Cependant, une plus grande sensibilisation
à la reconnaissance des signes avant-coureurs d'AVC et à la façon d'y réagir
ne constitue que la première étape afin d'améliorer les chances de survie en
cas d'AVC. Sans l'implantation de stratégies coordonnées de lutte contre les
AVC destinées à s'assurer que les survivants d'AVC aient droit aux soins
optimaux dont ils ont besoin, au moment opportun, cette reconnaissance ne
saurait être utile.
    Présentement, trois provinces seulement, soit l'Ontario, la
Nouvelle-Ecosse et l'Alberta sont dotées de stratégies soutenues, intégrées et
coordonnées de lutte contre les AVC, financées par leur gouvernement
provincial respectif.

    Stratégie canadienne contre les AVC

    "Nous pouvons et devons faire mieux afin de traiter les AVC et de
réintégrer les survivants dans leur milieu, dit Sally Brown, première
dirigeante de la Fondation des maladies du coeur du Canada. Pour cette raison,
la Fondation des maladies du coeur et le Réseau canadien contre les accidents
cérébrovasculaires ont mis sur pied la Stratégie canadienne contre les AVC.
Cette initiative vise à offrir à tous les Canadiens les meilleurs soins d'AVC
possible, peu importe où ils se trouvent, d'ici 2010."
    En organisant les soins d'AVC dans le cadre d'une stratégie intégrée de
lutte aux AVC, il est possible d'améliorer le traitement des AVC, du dépistage
précoce des signes avant-coureurs au diagnostic immédiat, en passant par le
traitement ciblé et la réadaptation, et de réduire ainsi de façon marquée
l'impact des AVC, selon Mme Brown.
    L'accès répandu aux soins d'AVC organisés pourrait prévenir plus de
160 000 AVC, prévenir les invalidités chez 60 000 Canadiens et Canadiennes et
faire économiser huit milliards de dollars en soins de santé au cours des
20 prochaines années au Canada.
    D'importants progrès ont été accomplis dans l'ensemble du pays en vue
d'implanter des soins d'AVC organisés. Mais si les personnes aux prises avec
un AVC ignorent ce qui leur arrive et ne se rendent pas à temps à l'hôpital,
les bienfaits de cette organisation des soins ne se matérialiseront jamais.
Afin d'améliorer l'accès aux soins d'AVC organisés, la Fondation des maladies
du coeur propose les recommandations suivantes :

    
    Recommandations de la Fondation des maladies du coeur

    Aux gouvernements :

    -   Investir dans la mise en oeuvre de la Stratégie canadienne contre les
        AVC dans l'ensemble des provinces et du pays.

    Aux médecins :

    -   Informer les patients à risque d'ICT ou d'AVC des signes
        avant-coureurs et de l'urgence de demander des soins médicaux
        immédiats si ces signes avant-coureurs se manifestent.

    -   Réduire les risques d'ICT et d'AVC chez les patients
        -  Renseigner les patients au sujet des facteurs de risque et des
           modifications des modes de vie (activité physique, alimentation,
           contrôle du poids, vie sans fumée, etc.)
        -  S'assurer que tous les patients à risque fassent régulièrement
           mesurer leur tension artérielle et qu'ils la contrôlent, s'il y a
           lieu.

    Aux systèmes de santé pré-hospitaliers et d'urgence médicale :

    -   Eduquer les premiers répondants aux signes avant-coureurs d'AVC et
        leur fournir des outils de dépistage et de diagnostic.

    -   Améliorer la réponse d'urgence aux AVC par une assignation
        prioritaire.

    -   Implanter des protocoles et des mécanismes permettant le transfert
        rapide des patients d'AVC vers les hôpitaux désignés capables
        'offrir des soins d'AVC d'urgence.

    Aux directions régionales de santé et aux hôpitaux

    -   Désigner des hôpitaux spécifiques offrant des soins d'AVC d'urgence
        et des soins interdisciplinaires au sein d'unités dédiées aux soins
        d'AVC.

    -   Organiser la prestation des soins d'AVC selon les Pratiques
        exemplaires canadiennes en soins d'AVC de la Stratégie canadienne
        contre les AVC

    Aux Canadiens et aux Canadiennes:

    -   Apprendre à reconnaître les signes avant-coureurs d'AVC. Visitez le
        site fmcoeur.ca ou composez le 1-888-473-INFO pour plus de détails.

    -   Demander l'aide des services médicaux d'urgence dès que l'on ressent
        ou observe chez une autre personne l'un ou l'autre des signes
        avant-coureurs d'AVC en appelant le 9-1-1 ou le numéro d'urgence de
        sa localité. L'AVC est une urgence médicale.

    -   Etre proactif dans la gestion de leur propre santé. Demander au
        médecin quels sont ses risques d'AVC et quoi faire pour les réduire.

    -   Faire part aux élus des bienfaits des soins d'AVC organisés et de la
        nécessité pour les gouvernements de continuer à y investir.

    -   Les personnes affectées par les AVC et leurs familles peuvent militer
        en faveur du changement à tous les paliers, en racontant leur
        histoire et en lançant un appel à l'action.

    Aux instances de financement de la recherche et aux universités :

    -   Accroître la capacité de recherche sur la prévention et le traitement
        des AVC, la réadaptation des personnes atteintes et leur
        réintégration dans la collectivité.
    

    Selon la Fondation des maladies du coeur du Canada, les AVC sont la
troisième plus importante cause de décès au Canada, car ils sont responsables
de 14 000 décès chaque année. Plus de 50 000 AVC sont diagnostiqués chaque
année au pays, soit un AVC toutes les 10 minutes. Les AVC sont aussi la plus
importante cause d'invalidité neurologique et d'hospitalisation chez les
adultes. On estime que 300 000 Canadiens et Canadiennes vivent présentement
avec les séquelles légères, modérées ou graves d'un AVC.

    Organisme bénévole de bienfaisance en santé, la Fondation des maladies du
coeur (www.fmcoeur.ca) mène la lutte vers l'élimination des maladies du coeur
et des accidents vasculaires cérébraux (AVC), en contribuant activement à
l'avancement de la recherche et sa mise en application, la promotion de modes
de vie sains et la représentation auprès des instances responsables des
politiques de santé.





Renseignements :

Renseignements: Serge Breton, Fondation des maladies du coeur, (514)
871-8038, poste 258 ou (514) 792-8038; Jane-Diane Fraser, Fondation des
maladies du coeur, (613) 569-4361, poste 273; Pour joindre les responsables
des médias locaux, visiter la section "Pour nous rejoindre" du site
www.fmcoeur.ca/media


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.