Un protocole intégré d'intervention d'urgence pour la région d'Ottawa réduit de moitié la mortalité chez les patients victimes d'une crise cardiaque



    Le nouveau protocole de l'ICUO permet aussi de décongestionner les
    services d'urgence et d'améliorer le délai de prise en charge

    OTTAWA, le 17 janv. /CNW Telbec/ - Les patients de la région d'Ottawa qui
appellent le 9-1-1 en raison de douleurs thoraciques sont 50 % moins
susceptibles de mourir d'une crise cardiaque grâce à un nouveau protocole
d'intervention d'urgence mis au point par l'Institut de cardiologie de
l'Université d'Ottawa (ICUO). Le programme de l'ICUO, qui fait l'objet d'un
article dans le dernier numéro du New England Journal of Medicine, permet de
décongestionner les services d'urgence et d'améliorer le délai de prise en
charge, facteur déterminant dans la survie des patients.
    Les études et les essais cliniques menés par le Dr Michel Le May,
directeur de l'Unité de soins coronariens de l'ICUO, ont démontré que
l'adoption d'une approche novatrice pour le traitement des problèmes
cardiaques permettait de réduire de façon importante le taux de mortalité.
Dans le cadre du programme STEMI, une formation est fournie aux ambulanciers
paramédicaux de façon à ce qu'ils puissent diagnostiquer les cas d'infarctus
aigu du myocarde avec surélévation du segment ST (STEMI), type commun de crise
cardiaque, pour ensuite acheminer directement les patients à l'ICUO sans
passer par les services d'urgence. A l'ICUO, une équipe spécialisée est de
garde jour et nuit pour accueillir les patients dès leur arrivée et procéder
promptement à l'intervention considérée comme la stratégie thérapeutique
optimale en matière de survie.
    "L'objectif principal de cette approche est de gagner du temps, aussi
bien en ce qui concerne le temps passé au service d'urgence que le temps
écoulé entre le moment où les ambulanciers paramédicaux répondent à un appel
9-1-1 et le traitement du patient, explique le Dr Le May. Plus long est le
délai de prise en charge, plus élevé est le risque de dommages cardiaques et,
en conséquence, le taux de mortalité."
    Les résultats de l'étude du Dr Le May publiés dans le New England Journal
of Medicine (2008; 353:231-40) révèlent que le nouveau protocole a permis de
faire chuter la mortalité hospitalière par crise cardiaque à moins de 5 % pour
les patients de l'ICUO entre mai 2005 et mai 2006, comparativement à un taux
de 10 % pour les patients traités selon le protocole habituel.
    Dans le modèle traditionnel, les patients éprouvant des douleurs
thoraciques admis au service d'urgence étaient d'abord examinés par
l'urgentologue, qui posait le diagnostic de STEMI, après consultation avec un
cardiologue. Le modèle reposait sur l'administration de thrombolytiques
(médicaments pour dissoudre les caillots sanguins) et la surveillance
subséquente du patient. Lorsqu'une autre intervention "d'urgence" était
requise, les patients n'étaient souvent transférés à l'ICUO que deux à trois
heures plus tard.
    Dans le cadre du nouveau protocole, les patients victimes d'un STEMI sont
transférés immédiatement à l'ICUO par l'urgentologue. Les thrombolytiques ne
sont pas utilisés, et il n'y a pas de consultation préalable avec un
cardiologue. Le programme STEMI donne aussi la possibilité aux ambulanciers
paramédicaux qui répondent à un appel 9-1-1 d'identifier les patients victimes
d'un STEMI et de se rendre directement à l'ICUO plutôt qu'au service d'urgence
le plus proche.
    Dans un cas comme dans l'autre, un "code STEMI" est déclenché à l'ICUO,
où l'équipe du programme attend le patient pour pratiquer sur-le-champ une
intervention coronarienne percutanée (ICP), ou angioplastie, technique qui
consiste à dilater les artères obstruées à l'aide d'un ballonnet gonflable.
    Au cours de la première année qui a suivi la mise en oeuvre du programme,
un total de 344 patients ont été acheminés à l'ICUO. De ce nombre, 209 ont été
transférés des services d'urgence et 135 ont été amenés à la suite du
diagnostic des ambulanciers paramédicaux. Le délai de prise en charge médian
était de 123 minutes pour le premier groupe de patients et de 69 minutes pour
le deuxième.
    L'examen de rapports antérieurs concernant les transferts de patients
pour ICP indique que le nouveau protocole réduit d'environ une heure le délai
de prise en charge. Toutefois, lorsqu'un diagnostic préliminaire de STEMI est
établi par les ambulanciers paramédicaux, le délai de prise en charge est
encore beaucoup plus court. En outre, l'acheminement direct des patients à
l'ICUO a permis de diminuer d'environ 40 % l'affluence dans les services
d'urgence.
    D'autres études du Dr Le May ont montré que l'ICP procurait de meilleures
chances de survie que les thrombolytiques. Il a aussi été établi que
l'implantation d'une endoprothèse par angioplastie pour améliorer la
circulation sanguine était considérablement moins coûteuse que le recours aux
thrombolytiques. Des frais d'hospitalisation moindres et un séjour à l'hôpital
moins long ont également été constatés.
    "Les patients qui ont bénéficié du programme sont représentatifs de la
population de patients traités au cours d'une année. Les résultats ne sont
donc pas attribuables à une sélection rigoureuse de sujets possédant un
ensemble de caractéristiques spécifiques. En d'autres termes, ils sont basés
sur des conditions et des circonstances réelles et sur un échantillon de
patients présentant des problèmes de santé divers", souligne le Dr Le May.
    La phase pilote du programme STEMI a été lancée en 2001 par le Dr Le May
et ses collègues, le Dr Justin Maloney, directeur médical du Programme de base
hospitalière pour les services ambulanciers paramédicaux d'Ottawa, et le
Dr Richard Dionne, directeur médical adjoint de ce même programme. Le modèle
d'intervention STEMI suscite de l'intérêt dans l'ensemble du Canada et même
aux Etats-Unis et en Europe.
    "Ce modèle peut s'adapter, en tout ou en partie, à n'importe quel
environnement, qu'il s'agisse de petites ou de grandes villes - de la
formation des ambulanciers paramédicaux pour le diagnostic de STEMI jusqu'à la
mise en place d'un système pour les angioplasties d'urgence "sur mesure"",
conclut le Dr Le May.

    A propos de l'ICUO

    L'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa est le centre de santé
cardiovasculaire le plus important et le plus innovateur au Canada, qui se
consacre à la recherche, au traitement et à la prévention des maladies du
coeur. Nous offrons des soins de pointe personnalisés, façonnons la pratique
de la médecine cardiovasculaire et révolutionnons notre compréhension des
maladies du coeur ainsi que leur traitement. Nous acquérons de nouvelles
connaissances et utilisons ces découvertes pour améliorer les soins. Au
service de la collectivité locale, nationale et internationale, nous sommes
les pionniers d'une nouvelle ère dans le domaine de la santé cardiaque. Pour
plus d'information, visitez le www.ottawaheart.ca

    /AVIS AUX RESPONSABLES DE LA SECTION PHOTOGRAPHIQUE : Une photo
    accompagnant ce communiqué est disponible dans l'Archive photographique
    CNW et archivée à l'adresse http://photos.newswire.ca. Des images
    archivées sont aussi disponibles sur le site Web de l'Archive
    photographique CNW, à l'adresse http://photos.newswire.ca. Ces images
    sont gratuites pour les représentants accrédités des médias/




Renseignements :

Renseignements: Marlene Orton, Gestionnaire principale, Affaires
publiques, Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa, (613) 761-4427,
morton@ottawaheart.ca

Profil de l'entreprise

Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.